Tag Archives: vitesse de la lumière

Voyage dans le Temps légers effets et fonctionnalités cosmologiques

This unpublished article is a sequel to my earlier paper (also posted here as “Sont des sources radio et Gamma Ray Bursts Luminal Booms?“). Cette version de blog contient le résumé, introduction et conclusions. La version complète de l'article est disponible sous forme de fichier PDF.

.

Résumé

Light travel time effects (LTT) are an optical manifestation of the finite speed of light. They can also be considered perceptual constraints to the cognitive picture of space and time. Based on this interpretation of LTT effects, we recently presented a new hypothetical model for the temporal and spatial variation of the spectrum of Gamma Ray Bursts (GRB) and radio sources. Dans cet article,, we take the analysis further and show that LTT effects can provide a good framework to describe such cosmological features as the redshift observation of an expanding universe, and the cosmic microwave background radiation. The unification of these seemingly distinct phenomena at vastly different length and time scales, avec sa simplicité conceptuelle, can be regarded as indicators of the curious usefulness of this framework, if not its validity.

Introduction

The finite speed of light plays an important part in how we perceive distance and speed. This fact should hardly come as a surprise because we do know that things are not as we see them. The sun that we see, par exemple, is already eight minutes old by the time we see it. This delay is trivial; si nous voulons savoir ce qui se passe sur le soleil maintenant, tout ce que nous avons à faire est d'attendre huit minutes. Nous, nonetheless, have to “correct” for this distortion in our perception due to the finite speed of light before we can trust what we see.

Ce qui est surprenant (et rarement mis en évidence) est que quand il s'agit de détecter le mouvement, nous ne pouvons pas rétro-calculer de la même façon dont nous prenons le retard en voyant le soleil. Si nous voyons un corps céleste se déplaçant à une vitesse incroyablement élevée, nous ne pouvons pas comprendre comment rapide et dans quelle direction il est “vraiment” déplacer sans faire d'autres hypothèses. One way of handling this difficulty is to ascribe the distortions in our perception of motion to the fundamental properties of the arena of physics — l'espace et le temps. Un autre cours de l'action est d'accepter la déconnexion entre notre perception et le sous-jacent “réalité” et de traiter avec elle d'une certaine façon.

Exploring the second option, we assume an underlying reality that gives rise to our perceived picture. We further model this underlying reality as obeying classical mechanics, and work out our perceived picture through the apparatus of perception. En d'autres termes, we do not attribute the manifestations of the finite speed of light to the properties of the underlying reality. Plutôt, we work out our perceived picture that this model predicts and verify whether the properties we do observe can originate from this perceptual constraint.

Espace, the objects in it, and their motion are, dans l'ensemble, the product of optical perception. One tends to take it for granted that perception arises from reality as one perceives it. Dans cet article,, we take the position that what we perceive is an incomplete or distorted picture of an underlying reality. Further, we are trying out classical mechanics for the the underlying reality (for which we use terms like absolute, noumenal or physical reality) that does cause our perception to see if it fits with our perceived picture (which we may refer to as sensed or phenomenal reality).

Note that we are not implying that the manifestations of perception are mere delusions. They are not; they are indeed part of our sensed reality because reality is an end result of perception. This insight may be behind Goethe’s famous statement, “Illusion d'optique est la vérité optique.”

We applied this line of thinking to a physics problem recently. We looked at the spectral evolution of a GRB and found it to be remarkably similar to that in a sonic boom. Using this fact, we presented a model for GRB as our perception of a “luminale” boom, with the understanding that it is our perceived picture of reality that obeys Lorentz invariance and our model for the underlying reality (causing the perceived picture) may violate relativistic physics. The striking agreement between the model and the observed features, cependant, extended beyond GRBs to symmetric radio sources, which can also be regarded as perceptual effects of hypothetical luminal booms.

Dans cet article,, we look at other implications of the model. We start with the similarities between the light travel time (LTT) effects and the coordinate transformation in Special Relativity (SR). These similarities are hardly surprising because SR is derived partly based on LTT effects. We then propose an interpretation of SR as a formalization of LTT effects and study a few observed cosmological phenomena in the light of this interpretation.

Similarities between Light Travel Time Effects and SR

Special relativity seeks a linear coordinate transformation between coordinate systems in motion with respect to each other. We can trace the origin of linearity to a hidden assumption on the nature of space and time built into SR, comme l'a dit Einstein: “En premier lieu, il est clair que les équations doivent être linéaire en raison des propriétés d'homogénéité que nous attribuons à l'espace et le temps.” En raison de cette hypothèse de linéarité, the original derivation of the transformation equations ignores the asymmetry between approaching and receding objects. Tant l'approche et les objets recul peut être décrite par deux systèmes qui sont toujours s'éloigne de l'autre coordonnée. Par exemple, si un système K se déplace par rapport à un autre système k le long de l'axe X positif de k, alors un objet au repos dans K à un positif x is receding while another object at a negative x est l'approche d'un observateur à l'origine de k.

The coordinate transformation in Einstein’s original paper is derived, en partie, a manifestation of the light travel time (LTT) effects and the consequence of imposing the constancy of light speed in all inertial frames. Ceci est particulièrement évident dans la première expérience de pensée, where observers moving with a rod find their clocks not synchronized due to the difference in light travel times along the length of the rod. Cependant, in the current interpretation of SR, la transformation de coordonnées est considéré comme une propriété fondamentale de l'espace et le temps.

One difficulty that arises from this interpretation of SR is that the definition of the relative velocity between the two inertial frames becomes ambiguous. S'il s'agit de la vitesse de la structure mobile, telle que mesurée par l'observateur, then the observed superluminal motion in radio jets starting from the core region becomes a violation of SR. If it is a velocity that we have to deduce by considering LT effects, then we have to employ the extra ad-hoc assumption that superluminality is forbidden. These difficulties suggest that it may be better to disentangle the light travel time effects from the rest of SR.

In this section, nous allons considérer l'espace et du temps dans le cadre du modèle cognitif créé par le cerveau, and argue that special relativity applies to the cognitive model. La réalité absolue (of which the SR-like space-time is our perception) does not have to obey the restrictions of SR. En particulier, les objets ne sont pas limités à des vitesses Subluminal, but they may appear to us as though they are restricted to subluminal speeds in our perception of space and time. If we disentangle LTT effects from the rest of SR, nous pouvons comprendre un large éventail de phénomènes, as we shall see in this article.

Unlike SR, considérations fondées sur les effets LTT entraînent ensemble intrinsèquement différente des lois de transformation des objets qui s'approchent un observateur et ceux qui s'éloignent de lui. Plus généralement, la transformation dépend de l'angle entre la vitesse de l'objet et le champ de vision de l'observateur,. Depuis les équations de transformation basé sur les effets LTT traitent l'approche et le recul des objets asymétrique, ils offrent une solution naturelle pour le paradoxe des jumeaux, par exemple.

Conclusions

Parce que l'espace et le temps sont une partie d'une réalité créée des apports de lumière à nos yeux, certaines de leurs propriétés sont des manifestations d'effets LTT, en particulier sur notre perception du mouvement. L'absolu, physical reality presumably generating the light inputs does not have to obey the properties we ascribe to our perceived space and time.

We showed that LTT effects are qualitatively identical to those of SR, noting that SR only considers frames of reference receding from each other. This similarity is not surprising because the coordinate transformation in SR is derived based partly on LTT effects, et en partie sur le principe que la lumière se déplace à la même vitesse par rapport à toutes les trames d'inertie. En le traitant comme une manifestation de LTT, we did not address the primary motivation of SR, qui est une formulation covariante des équations de Maxwell. Il peut être possible d'isoler la covariance de l'électrodynamique de la transformation de coordonnées, bien qu'il ne soit pas tenté dans cet article.

Unlike SR, LTT effets sont asymétriques. Cette asymétrie fournit une résolution au paradoxe des jumeaux et une interprétation des violations présumées de causalité associé à superluminality. En outre, la perception de superluminality est modulée par les effets LTT, and explains gamma ray bursts and symmetric jets. Comme nous l'avons montré dans l'article, perception of superluminal motion also holds an explanation for cosmological phenomena like the expansion of the universe and cosmic microwave background radiation. LTT effets doivent être considérés comme une contrainte fondamentale dans notre perception, et par conséquent, en physique, plutôt que comme une explication commode pour des phénomènes isolés.

Étant donné que notre perception est filtré à travers des effets LTT, nous devons les déconvolution de notre réalité perçue afin de comprendre la nature de l'absolu, la réalité physique. Cette déconvolution, cependant, résultats dans de multiples solutions. Ainsi, l'absolu, la réalité physique est hors de notre portée, et toute supposé propriétés de la réalité absolue ne peuvent être validées par la façon dont la résultante perçue la réalité est d'accord avec nos observations. Dans cet article,, we assumed that the underlying reality obeys our intuitively obvious classical mechanics and asked the question how such a reality would be perceived when filtered through light travel time effects. Nous avons démontré que ce traitement particulier pourrait expliquer certains phénomènes astrophysiques et cosmologiques que nous observons.

The coordinate transformation in SR can be viewed as a redefinition of space and time (ou, plus généralement,, réalité) in order to accommodate the distortions in our perception of motion due to light travel time effects. One may be tempted to argue that SR applies to the “réel” l'espace et le temps, pas notre perception. Cette argumentation peut se poser la question, ce qui est réel? Reality is only a cognitive model created in our brain starting from our sensory inputs, stimuli visuels étant la plus importante. Espace lui-même est une partie de ce modèle cognitif. Les propriétés de l'espace sont une cartographie des contraintes de notre perception.

The choice of accepting our perception as a true image of reality and redefining space and time as described in special relativity indeed amounts to a philosophical choice. The alternative presented in the article is inspired by the view in modern neuroscience that reality is a cognitive model in the brain based on our sensory inputs. Adoption de cette option nous réduit à deviner la nature de la réalité absolue et en comparant sa projection prédit à notre perception réelle. It may simplify and elucidate some theories in physics and explain some puzzling phenomena in our universe. Cependant, cette option est encore une autre position philosophique contre la réalité absolue inconnaissable.

Contraintes de la perception et la cognition en physique relativiste

Ce poste est une version abrégée en ligne de mon article qui apparaît dans Galiléen électrodynamique en Novembre, 2008. [Réf: Galiléens électrodynamique, Vol. 19, Needs a context. 6, Nov / Dec 2008, pp: 103–117] ()

Cognitive traite des neurosciences espace et le temps comme la représentation de notre cerveau de nos entrées sensorielles. Dans ce point de vue, notre réalité perceptive est juste une cartographie lointain et pratique des processus physiques causant les entrées sensorielles. Le son est une cartographie des entrées auditives, et l'espace est une représentation de stimuli visuels. Toute limitation de la chaîne de détection a une manifestation spécifique sur la représentation cognitive qui est notre réalité. Une limitation physique de notre détection visuelle est la vitesse finie de la lumière, qui se manifeste comme une propriété fondamentale de notre espace-temps. Dans cet article,, nous examinons les conséquences de la vitesse limitée de notre perception, à savoir la vitesse de la lumière, et montrent qu'ils sont remarquablement similaires à la transformation de coordonnées dans la relativité restreinte. De cette observation, et inspiré par l'idée que l'espace est simplement un modèle cognitif créé à partir d'entrées de signaux lumineux, nous examinons les implications de traiter la théorie de la relativité restreinte comme un formalisme pour décrire les effets de perception due à la vitesse finie de la lumière. L'utilisation de ce cadre, nous montrons que nous pouvons unifier et expliquer un large éventail d'astrophysique apparemment sans rapport et les phénomènes cosmologique. Une fois que nous identifions les manifestations des limites de notre perception et de la représentation cognitive, nous pouvons comprendre les contraintes qui en découlent sur notre espace et le temps, conduisant à une nouvelle compréhension de l'astrophysique et de la cosmologie.

Mots clés: neuroscience cognitive; réalité; relativité restreinte; l'effet du temps de Voyage lumière; rayons gamma éclats; fond diffus cosmologique rayonnement.

1. Introduction

Notre réalité est une image mentale que notre cerveau crée, à partir de nos entrées sensorielles [1]. Bien que cette carte cognitive est souvent considérée comme une image fidèle des causes physiques à l'origine du processus de détection, les causes elles-mêmes sont tout à fait différente de l'expérience perceptive de détection. La différence entre la représentation cognitive et leurs causes physiques n'est pas immédiatement évident lorsque nous considérons notre sens primaire de la vue. Mais, nous pouvons apprécier la différence en regardant les sens olfactifs et auditifs, car nous pouvons utiliser notre modèle cognitif basé sur la vue afin de comprendre le fonctionnement de la «moindre’ raison. Odeurs, qui peut apparaître comme une propriété de l'air que nous respirons, sont en fait la représentation de notre cerveau des signatures chimiques que notre nez détectent. De même, son n'est pas une propriété intrinsèque d'un corps vibrant, mais le mécanisme de notre cerveau pour représenter les ondes de pression dans l'air que nos oreilles sens. Le tableau I montre la chaîne des causes physiques de l'entrée sensorielle à la réalité finale que le cerveau crée. Bien que les causes physiques peuvent être identifiées pour les chaînes olfactives et auditives, ils ne sont pas faciles à discerner pour le processus visuel. Depuis la vue est le sens le plus puissant dont nous disposons, nous sommes obligés d'accepter la représentation de notre cerveau de stimuli visuels comme la réalité fondamentale.

Bien que notre réalité visuelle fournit un excellent cadre pour les sciences physiques, il est important de réaliser que la réalité elle-même est un modèle avec des limitations et des distorsions physiques ou physiologiques potentiels. L'intégration étroite entre la physiologie de la perception et sa représentation dans le cerveau a été prouvé récemment dans une expérience intelligente en utilisant l'illusion tactile d'entonnoir [2]. Cette illusion résultats dans une seule sensation tactile au point focal au centre d'un motif de relance, même si aucune stimulation est appliquée sur ce site. Dans l'expérience, la région d'activation du cerveau correspond au point focal où la sensation est perçue, plutôt que les points où les stimuli sont appliqués, prouver perceptions que le cerveau enregistrés, pas les causes physiques de la réalité perçue. En d'autres termes, pour le cerveau, il n'y a aucune différence entre l'application du motif de stimulus et l'application d'une seule impulsion au centre du motif. Le cerveau associe les entrées sensorielles à des régions qui correspondent à leur perception, plutôt que des régions qui correspondent à l'physiologiquement stimuli sensoriels.

Sens modalité: Cause physique: Signal détecté: Le modèle de cerveau:
Olfactif Produits chimiques Les réactions chimiques Odeurs
Auditif Vibrations Les ondes de pression Sons
Visuel Inconnu Lumière Espace, temps
réalité

Tableau I: La représentation du cerveau des entrées sensorielles différentes. Les odeurs sont une représentation de la composition chimique et la concentration de nos sens dans le nez. Les sons sont une cartographie des ondes de pression d'air produites par un objet qui vibre. En vue, nous ne savons pas la réalité physique, notre représentation de l'espace, et éventuellement le temps.

La localisation neurologique de différents aspects de la réalité a été établie par des études en neurosciences de lésions. La perception du mouvement (et la base conséquente de notre sens du temps), par exemple, est donc localisée qu'une petite lésion peut effacer complètement. Les cas de patients atteints de cette perte spécifique d'une partie de la réalité [1] illustrer le fait que notre expérience de la réalité, tous les aspects de celui-ci, est en fait une création du cerveau. Espace et le temps sont des aspects de la représentation cognitive de notre cerveau.

L'espace est une expérience perceptive tout comme son. Les comparaisons entre les modes auditifs et visuels de détection peuvent être utiles pour comprendre les limites de leurs représentations dans le cerveau. Une limitation est les plages d'entrée des organes sensoriels. Les oreilles sont sensibles dans la gamme de fréquence de 20Hz-20kHz, et les yeux sont limitées au spectre visible. Une autre limitation, qui peut exister chez des individus spécifiques, est une représentation inadéquate des intrants. Une telle limitation peut conduire à la surdité musicale et daltonisme, par exemple. La vitesse de la modalité de détection présente également un effet, comme le temps qui s'écoule entre voir un événement et d'entendre le son correspondant. Pour la perception visuelle, une conséquence de la vitesse finie de la lumière est appelé un Voyage dans le Temps clair (LTT) effet. LLT propose une interprétation possible pour le mouvement supraluminique observée dans certains objets célestes [3,4]: quand un objet se rapproche de l'observateur à un angle faible, il peut sembler déplacer beaucoup plus rapidement que la réalité [5] en raison de LTT.

Autres conséquences des effets LTT dans notre perception sont remarquablement similaires à la transformation de coordonnées de la théorie de la relativité restreinte (SRT). Ces effets comprennent une contraction apparente d'un objet en retrait le long de sa direction de mouvement et un effet de dilatation du temps. En outre, un objet recul ne peut jamais apparaître à aller plus vite que la vitesse de la lumière, même si sa vitesse réelle est supraluminique. Alors que SRT n'interdit pas explicitement, superluminality est entendu conduire à Voyage dans le temps et les violations découlent de causalité. Un apparent violation de la causalité est l'une des conséquences de LTT, lorsque l'objet supraluminique se rapproche de l'observateur. Tous ces effets LTT sont remarquablement semblables à effets prévus par SRT, et sont actuellement considérés comme «confirmation’ que l'espace-temps obéit SRT. Mais au lieu, l'espace-temps peut avoir une structure plus profonde que, lorsqu'ils sont filtrés par des effets LTT, résultats dans notre perception que l'espace-temps obéit SRT.

Une fois que nous acceptons le point de vue des neurosciences de la réalité comme une représentation de nos entrées sensorielles, nous pouvons comprendre pourquoi la vitesse de la lumière des chiffres tellement en évidence dans nos théories physiques. Les théories de la physique sont une description de la réalité. La réalité est créé à partir des lectures de nos sens, en particulier à nos yeux. Ils travaillent à la vitesse de la lumière. Ainsi la sainteté accordée à la vitesse de la lumière est une fonction uniquement de notre réalité, pas l'absolu, réalité ultime que nos sens s'efforcent de percevoir. Quand il s'agit de la physique qui décrit les phénomènes bien au-delà de nos gammes sensorielles, nous devons vraiment prendre en compte le rôle que notre perception et le jeu de la cognition à les voir. L'univers que nous voyons est seulement un modèle cognitif créé à partir des photons qui tombent sur notre rétine ou sur la photo-capteurs du télescope Hubble. En raison de la vitesse limitée du support d'informations (à savoir photons), notre perception est déformée de telle sorte que pour nous donner l'impression que l'espace et le temps obéissent SRT. Ils le font, mais l'espace et le temps ne sont pas la réalité absolue. “Espace et le temps sont les modes par lesquels nous pensons et non les conditions dans lesquelles nous vivons,” comme Einstein dit lui-même. Traiter notre réalité perçue comme la représentation de notre cerveau de nos entrées visuelles (filtrée à travers l'effet LTT), nous verrons que tous les effets étranges de la transformation de coordonnées dans SRT peuvent être compris comme des manifestations de la vitesse finie de nos sens dans notre espace et le temps.

En outre, nous allons montrer que cette ligne de pensée conduit à des explications naturelles pour deux classes de phénomènes astrophysiques:

Sursauts gamma, qui sont très brèves, mais intenses bouffées de \gamma rayons, croit actuellement émaner d'effondrements cataclysmiques stellaires, et Sources radio, qui sont généralement symétrique et semble associée à des noyaux galactiques, actuellement considérés comme des manifestations de singularités de l'espace-temps ou étoiles à neutrons. Ces deux phénomènes astrophysiques semblent distincts et sans rapport, mais ils peuvent être unifiées et expliquées en utilisant des effets LTT. Cet article présente un tel modèle quantitatif unifiée. Il montrera également que les limites cognitives à la réalité en raison des effets LTT peuvent fournir des explications qualitatives de ces caractéristiques cosmologiques que l'expansion apparente de l'Univers et de la Micro-ondes rayonnement de fond cosmique (CMBR). Ces deux phénomènes peuvent être considérés comme liés à notre perception des objets superluminiques. C'est l'unification de ces phénomènes apparemment distincts à des échelles de longueur et de temps très différentes, avec sa simplicité conceptuelle, que nous détenons comme les indicateurs de validité de ce cadre.

2. Les similitudes entre les effets LTT & SRT

La transformation de coordonnées dérivé dans l'article original d'Einstein [6] est, en partie, une manifestation des effets LTT et la conséquence d'imposer la constance de la vitesse de la lumière dans tous les référentiels inertiels. Ceci est particulièrement évident dans la première expérience de pensée, où observateurs en mouvement avec une tige trouver leurs horloges non synchronisées en raison de la différence de LTT de long de la longueur de la tige. Cependant, dans l'interprétation actuelle de SRT, la transformation de coordonnées est considéré comme une propriété fondamentale de l'espace et le temps. Une difficulté qui se pose à partir de cette formulation est que la définition de la vitesse relative entre les deux cadres d'inertie devient ambigu. S'il s'agit de la vitesse de la structure mobile, telle que mesurée par l'observateur, alors le mouvement supraluminique observée dans les jets de radio à partir de la région centrale devient une violation de SRT. Si il est une vitesse que nous devons déduire en tenant compte des effets LTT, alors nous devons employer le supplément ad-hoc hypothèse que superluminality est interdit. Ces difficultés suggèrent qu'il peut être préférable de distinguer les effets LTT du reste du SRT. Bien que pas tenté dans cet article, la principale motivation pour SRT, à savoir la covariance des équations de Maxwell, peut être réalisée même sans attribuer les effets LTT aux propriétés de l'espace et le temps.

Dans cette section, nous allons considérer l'espace et du temps dans le cadre du modèle cognitif créé par le cerveau, et montrer que SRT s'applique au modèle cognitif. La réalité absolue (dont l'espace-temps SRT-comme c'est notre perception) ne pas avoir à respecter les restrictions de SRT. En particulier, les objets ne sont pas limités à des vitesses Subluminal, même si elles peuvent nous apparaître comme si elles se limitent à des vitesses Subluminal dans notre perception de l'espace et le temps. Si nous démêler les effets LTT du reste du SRT, nous pouvons comprendre un large éventail de phénomènes, comme indiqué dans cet article,.

SRT recherche un linéaire transformation de coordonnées entre les systèmes de coordonnées en mouvement par rapport à l'autre. Nous pouvons retracer l'origine de la linéarité à une hypothèse cachée sur la nature de l'espace et du temps intégré dans SRT, comme l'a dit Einstein [6]: “En premier lieu, il est clair que les équations doivent être linéaire en raison des propriétés d'homogénéité que nous attribuons à l'espace et le temps.” En raison de cette hypothèse de linéarité, le calcul initial des équations de transformation ne tient pas compte de l'asymétrie entre les approchant et en retrait des objets et se concentre sur les objets s'éloignent. Tant l'approche et les objets recul peut être décrite par deux systèmes qui sont toujours s'éloigne de l'autre coordonnée. Par exemple, si un système K se déplace par rapport à un autre système à le long de l'axe X positif de à, alors un objet au repos dans K à un positif x est l'approche d'un observateur à l'origine de à. Contrairement SRT, considérations fondées sur les effets LTT entraînent ensemble intrinsèquement différente des lois de transformation des objets qui s'approchent un observateur et ceux qui s'éloignent de lui. Plus généralement, la transformation dépend de l'angle entre la vitesse de l'objet et le champ de vision de l'observateur,. Depuis les équations de transformation basé sur les effets LTT traitent l'approche et le recul des objets asymétrique, ils offrent une solution naturelle pour le paradoxe des jumeaux, par exemple.

2.1 Premier ordre effets perceptuels

D'approche et de recul des objets, les effets relativistes sont du second ordre de la vitesse \beta, et la vitesse apparaît généralement comme \sqrt{1-\beta^2}. Les effets LTT, d'autre part, sont du premier ordre en vitesse. Les effets de premier ordre ont été étudiés au cours des cinquante dernières années en termes de l'apparence d'un corps étendu relativiste mobile [7-15]. Il a également été suggéré que l'effet Doppler relativiste peut être considérée comme la moyenne géométrique [16] calculs de plus de base. La croyance actuelle est que les effets de premier ordre sont une illusion d'optique à prendre sur notre perception de la réalité. Une fois que ces effets sont sortis ou «déconvoluée’ à partir des observations, la «vraie’ espace et le temps sont supposés obéir SRT. Notez que cette hypothèse est impossible à vérifier car la déconvolution est un problème mal posé – il existe des solutions multiples à la réalité absolue que tout résultat dans la même image perceptive. Toutes les solutions respectent pas SRT.

L'idée que c'est la réalité absolue qui obéit huissiers de SRT dans un problème plus profond philosophique. Cette notion revient à insister pour que l'espace et le temps sont en fait «intuitions’ au-delà de la perception sensorielle plutôt que d'une image cognitive créée par notre cerveau sur les entrées sensorielles qu'il reçoit. Une critique formelle des intuitions kantiennes de l'espace et du temps est au-delà de la portée de cet article. Ici, nous prenons la position que c'est notre réalité observée ou perçue qui obéit SRT et explorer où il nous mène. En d'autres termes, nous supposons que SRT est rien, mais une formalisation des effets de perception. Ces effets ne sont pas de premier ordre de la vitesse lorsque l'objet ne s'approche pas directement (ou s'éloignent de) l'observateur, comme nous le verrons plus tard. Nous allons montrer dans cet article que le traitement de SRT comme un effet perceptif nous donner une solution naturelle pour les phénomènes astrophysiques comme les sursauts gamma et les jets de radio symétriques.

2.2 Perception de la vitesse

Nous examinons d'abord la façon dont la perception du mouvement est modulée par des effets LTT. Comme souligné plus haut, les équations de transformation de SRT de ne traiter que les objets s'éloignent de l'observateur. Pour cette raison, nous considérons d'abord un objet recul, s'envoler de l'observateur à une vitesse \beta de l'objet dépend de la vitesse réelle de b (comme indiqué à l'annexe A.1):


\beta_O ,=, \frac{\beta}{1,+,\beta} & Nbsp; & Nbsp; & Nbsp; & Nbsp; (1)
\lim_{\beta\to\infty} \beta_O ,=, 1& Nbsp; & Nbsp; & Nbsp; & Nbsp; (2)

Ainsi, en raison des effets LTT, un véritable vitesse infinie se fait en correspondance avec une vitesse apparente \beta_O=1. En d'autres termes, aucun objet ne peut apparaître à déplacer plus vite que la vitesse de la lumière, entièrement compatible avec SRT.

Physiquement, cette limite de vitesse apparente correspond à une cartographie de c à \infty. Cette cartographie est plus évidente dans ses conséquences. Par exemple, il faut une quantité infinie d'énergie pour accélérer un objet à une vitesse apparente \beta_O=1 parce que, en réalité, nous accélérons à une vitesse infinie. Cette exigence d'énergie infinie peut également être considérée comme la masse relativiste changement de vitesse, atteindre \infty à \beta_O=1. Einstein a expliqué cette cartographie comme: “Pour des vitesses plus grandes que celle de la lumière de nos délibérations perdent leur sens; nous allons, cependant, trouver dans ce qui suit, que la vitesse de la lumière dans notre théorie joue le rôle, physiquement, d'un infiniment grand vitesse.” Ainsi, pour les objets s'éloignent de l'observateur, les effets de la LTT sont presque identiques aux conséquences de SRT, en termes de perception de la vitesse.

2.3 Dilatation du temps
Dilatation du temps
Figure 1
Figure 1:. Comparaison entre le temps de Voyage lumière (LTT) effets et les prédictions de la théorie de la relativité restreinte (SR). L'axe des X représente la vitesse apparente et de l'axe des Y montre la dilatation du temps ou de la longueur de contraction par rapport.

Effets LTT influencent le temps de façon à l'objet en mouvement est perçu. Imaginez un objet s'éloigne de l'observateur à une vitesse constante. En s'éloignant, les photons successifs émis par l'objet prennent plus de temps et plus de temps pour atteindre l'observateur, car ils sont émis à plus en plus loin. Ce délai de Voyage donne à l'observateur l'illusion que le temps s'écoule plus lentement pour l'objet en mouvement. Il peut être facile de montrer (voir l'annexe A.2) que l'intervalle de temps observé \Delta t_O est liée à l'intervalle de temps réel \Delta t comme:


  \frac{\Delta t_O}{\Delta t} ,=, \frac{1}{1-\beta_O}& Nbsp; & Nbsp; & Nbsp; & Nbsp;(3)

pour un objet s'éloigne de l'observateur (\theta=\pi). Cette dilatation du temps observée est représentée sur la figure. 1, où il est comparé à la durée prévue de la dilatation SR. Notez que la dilatation du temps en raison de LTT a une plus grande ampleur que celle prévue dans SR. Cependant, la variation est semblable, avec deux dilatations du temps tend à \infty observé que la vitesse tend à c.

2.4 Longueur contraction

La longueur d'un objet en mouvement apparaît également différente en raison des effets LTT. On peut montrer (voir l'annexe A.3) que la longueur observée d_O comme:


\frac{d_O}{d} ,=, {1-\beta_O}& Nbsp; & Nbsp; & Nbsp; & Nbsp; & Nbsp; & Nbsp;(4)

pour un objet s'éloigne de l'observateur avec une vitesse apparente de \beta_O. Cette équation est également tracée sur la figure. 1. Notez encore que les effets LTT sont plus forts que ceux prévus dans SRT.

Figue. 1 illustre le fait que les deux dilatation du temps et contraction de Lorentz peuvent être considérés comme des effets LTT. Alors que les grandeurs réelles des effets LTT sont plus grandes que ce que prédit SRT, leur dépendance qualitative de la vitesse est presque identique. Cette similitude n'est pas surprenant car la transformation de coordonnées dans SRT est en partie basée sur les effets LTT. Si LTT effets doivent être appliqués, comme une illusion d'optique, sur les conséquences de SRT comme on le croit actuellement, alors la contraction de la longueur totale observée et la dilatation du temps sera nettement plus que les prévisions de SRT.

2.5 Décalage Doppler
Le reste de l'article (les sections jusqu'à Conclusions) a été abrégée et peut être lu dans la version PDF.
()

5 Conclusions

Dans cet article,, nous avons commencé avec un aperçu de la neuroscience cognitive sur la nature de la réalité. La réalité est une représentation pratique que notre cerveau crée de nos entrées sensorielles. Cette représentation, bien pratique, est une application expérience incroyablement lointain des causes physiques réels qui constituent les entrées de nos sens. En outre, limites de la chaîne de détection et la perception carte de manifestations mesurables et prévisibles à la réalité que nous percevons. Une telle contrainte fondamentale à notre réalité perçue est la vitesse de la lumière, et les manifestations correspondantes, Effets LTT. Parce que l'espace et le temps sont une partie d'une réalité créée des apports de lumière à nos yeux, certaines de leurs propriétés sont des manifestations d'effets LTT, en particulier sur notre perception du mouvement. L'absolu, réalité physique générer les entrées de lumière n'obéit pas les propriétés que nous attribuons à notre espace et le temps perçu. Nous avons montré que les effets LTT sont qualitativement identiques à ceux de SRT, notant que SRT ne considère que les cadres de référence recul de l'autre. Cette similitude n'est pas surprenant car la transformation de coordonnées dans SRT est établi sur la base en partie sur les effets LTT, et en partie sur le principe que la lumière se déplace à la même vitesse par rapport à toutes les trames d'inertie. En le traitant comme une manifestation de LTT, nous n'avons pas abordé la motivation première de SRT, qui est une formulation covariante des équations de Maxwell, comme en témoignent les déclarations de l'article original d'Einstein d'ouverture [6]. Il peut être possible d'isoler la covariance de l'électrodynamique de la transformation de coordonnées, bien qu'il ne soit pas tenté dans cet article.

Contrairement SRT, LTT effets sont asymétriques. Cette asymétrie fournit une résolution au paradoxe des jumeaux et une interprétation des violations présumées de causalité associé à superluminality. En outre, la perception de superluminality est modulée par les effets LTT, et explique g sursauts et jets symétriques. Comme nous l'avons montré dans l'article, perception du mouvement supraluminique détient également une explication des phénomènes cosmologiques comme l'expansion de l'Univers et la radiation cosmique de fond. LTT effets doivent être considérés comme une contrainte fondamentale dans notre perception, et par conséquent, en physique, plutôt que comme une explication commode pour des phénomènes isolés. Étant donné que notre perception est filtré à travers des effets LTT, nous devons les déconvolution de notre réalité perçue afin de comprendre la nature de l'absolu, la réalité physique. Cette déconvolution, cependant, résultats dans de multiples solutions. Ainsi, l'absolu, la réalité physique est hors de notre portée, et toute supposé propriétés de la réalité absolue ne peuvent être validées par la façon dont la résultante perçue la réalité est d'accord avec nos observations. Dans cet article,, nous avons supposé que la absolu la réalité obéit nos mécanique classique intuitivement évidentes et a demandé à la question de savoir comment une telle réalité serait perçue quand filtré par des effets LTT. Nous avons démontré que ce traitement particulier pourrait expliquer certains phénomènes astrophysiques et cosmologiques que nous observons. La distinction entre les différentes notions de vitesse, y compris la vitesse appropriée et la vitesse d'Einstein, était l'objet d'un récent numéro de la revue [33].

La transformation de coordonnées dans SRT devrait être considérée comme une redéfinition de l'espace et le temps (ou, plus généralement,, réalité) afin de tenir compte des distorsions dans notre perception du mouvement en raison des effets LTT. La réalité absolue derrière notre perception n'est pas soumis à des restrictions de SRT. On peut être tenté de faire valoir que SRT s'applique à la «vraie’ l'espace et le temps, pas notre perception. Cette argumentation peut se poser la question, ce qui est réel? La réalité est rien, mais un modèle cognitif créée dans notre cerveau à partir de nos entrées sensorielles, stimuli visuels étant la plus importante. Espace lui-même est une partie de ce modèle cognitif. Les propriétés de l'espace sont une cartographie des contraintes de notre perception. Nous n'avons pas accès à une réalité au-delà de notre perception. Le choix d'accepter notre perception comme une image fidèle de la réalité et redéfinir l'espace et le temps comme décrit dans SRT s'élève en effet à un choix philosophique. L'alternative présentée dans l'article est invité par la vue en neurosciences modernes que la réalité est un modèle cognitif dans le cerveau en fonction de nos entrées sensorielles. Adoption de cette option nous réduit à deviner la nature de la réalité absolue et en comparant sa projection prédit à notre perception réelle. Il peut simplifier et préciser certaines théories de physique et d'expliquer certains phénomènes troublants dans notre Univers. Cependant, cette option est encore une autre position philosophique contre la réalité absolue inconnaissable.

Références

[1] V.S. Ramachandran, “L'esprit émergents: Reith Lectures sur les neurosciences” (BBC, 2003).
[2] L.M. Chen, R.M. Friedman, et A. Dans. Chevreuil, Science 302, 881 (2003).
[3] J.A. Barrette, W.B. Sparks, et F. Macchetto, ApJ 520, 621 (1999).
[4] A.J. Recensement, RECHERCHE&A 35, 607 (1997).
[5] M. Rees, Nature 211, 468 (1966).
[6] A. Einstein, Annales de Physique 17, 891 (1905).
[7 ] R. Weinstein, A l'. J. Pois. 28, 607 (1960).
[8 ] M.L. Bon, A l'. J. Pois. 29, 283 (1961).
[9 ] S. Yngström, Archive pour la physique 23, 367 (1962).
[10] G.D. Scott et M.R. Vins, A l'. J. Pois. 33, 534 (1965).
[11] N.C. McGill, Contemp. Pois. 9, 33 (1968).
[12] R.Bhandari, A l'. J. Pois 38, 1200 (1970).
[13] G.D. Scott et H.J. van Driel, A l'. J. Pois. 38, 971 (1970).
[14] P.M. Mathews et M. Lakshmanan, Nuovo Cimento 12, 168 (1972).
[15] J. Terrell, A l'. J. Pois. 57, 9 (1989).
[16] T.M. Kalotas et A.M. Lee, A l'. J. Pois. 58, 187 (1990).
[17] I.F. Mirabel et L.F. Rodríguez, Nature 371, 46 (1994).
[18] I.F. Mirabel et L.F. Rodríguez, RECHERCHE&A 37, 409 (1999).
[19] Sol. Otages, Nature 371, 18 (1994).
[20] R.P. Aile, S.T. Garrington, Ré. J. McKay, T. Dans. B. Muxlow, Sol. Sol. Pooley, R. E. Spencer, A. M. Stirling, et E.B. Waltman, MNRAS 304, 865 (1999).
[21] R. A. Perley, J.W. Tourneur, et J. J. Cowan, ApJ 285, L35 (1984).
[22] Je. Owsianik et J.E. Conway, A&A 337, 69 (1998).
[23] A.g. Polatidis, J.E. Conway, et I.Owsianik, dans Proc. 6e Symposium européen VLBI réseau, édité par Ros, Noix, Lobanov, Recensement (2002).
[24] M. Thulasidas, L'effet perceptif (en raison de LTT) d'un objet supraluminique apparaissant comme deux objets est le mieux illustré à l'aide d'une animation, qui peut être trouvé sur le site Web de l'auteur: http://www.TheUnrealUniverse.com/anim.html
[25] S. Bouffon, H.J. Roeser, K.Meisenheimer, et R.Perley, A&A 431, 477 (2005), astro-ph / 0410520.
[26] T. Piran, International Journal of Modern Physics A 17, 2727 (2002).
[27] E.P. Mazets, S.V. Golenetskii, V.N. Ilyinskii, Et. A. Guryan, et R. La. Aptekar, Ap&SS 82, 261 (1982).
[28] T. Piran, Phys.Rept. 314, 575 (1999).
[29] Fa. Ryde, ApJ 614, 827 (2005).
[30] Fa. Ryde, , et R. Forgeron, ApJ 566, 210 (2003).
[31] Sol. Ghisellini, J.Mod.Phys.A (Proc. 19th Ray Symposium européen cosmique – ECRS 2004) (2004), astro-ph / 0411106.
[32] Fa. Ryde et R. Forgeron, ApJ 529, L13 (2000).
[33] C. Whitney, Galiléens électrodynamique, Questions spéciales 3, Essais de l'éditeur, Hiver 2005.

The Philosophy of Special RelativityA Comparison between Indian and Western Interpretations

Résumé: The Western philosophical phenomenalism could be treated as a kind of philosophical basis of the special theory of relativity. The perceptual limitations of our senses hold the key to the understanding of relativistic postulates. The specialness of the speed of light in our phenomenal space and time is more a matter of our perceptual apparatus, than an input postulate to the special theory of relativity. The author believes that the parallels among the phenomenological, Western spiritual and the Eastern Advaita interpretations of special relativity point to an exciting possibility of unifying the Eastern and Western schools of thought to some extent.

Editor

Key Words: Relativity, Speed of Light, Phénoménalisme, Advaita.

Introduction

The philosophical basis of the special theory of relativity can be interpreted in terms of Western phenomenalism, which views space and time are considered perceptual and cognitive constructs created out our sensory inputs. From this perspective, the special status of light and its speed can be understood through a phenomenological study of our senses and the perceptual limitations to our phenomenal notions of space and time. A similar view is echoed in the BrahmanMaya distinction Advaita. If we think of space and time as part of Maya, we can partly understand the importance that the speed of light in our reality, as enshrined in special relativity. The central role of light in our reality is highlighted in the Bible as well. These remarkable parallels among the phenomenological, Western spiritual and the Advaita interpretations of special relativity point to an exciting possibility of unifying the Eastern and Western schools of thought to a certain degree.

Special Relativity

Einstein unveiled his special theory of relativity2 a little over a century ago. In his theory, he showed that space and time were not absolute entities. They are entities relative to an observer. An observer’s space and time are related to those of another through the speed of light. Par exemple, nothing can travel faster than the speed of light. In a moving system, time flows slower and space contracts in accordance with equations involving the speed of light. Lumière, donc, enjoys a special status in our space and time. This specialness of light in our reality is indelibly enshrined in the special theory of relativity.

Where does this specialness come from? What is so special about light that its speed should figure in the basic structure of space and time and our reality? This question has remained unanswered for over 100 ans. It also brings in the metaphysical aspects of space and time, which form the basis of what we perceive as reality.

Noumenal-Phenomenal and BrahmanMaya Distinctions

Dans l' Advaita3 view of reality, what we perceive is merely an illusion-Maya. Advaita explicitly renounces the notion that the perceived reality is external or indeed real. It teaches us that the phenomenal universe, our conscious awareness of it, and our bodily being are all an illusion or Maya. They are not the true, absolute reality. The absolute reality existing in itself, independent of us and our experiences, est Brahman.

A similar view of reality is echoed in phenomenalism,4 which holds that space and time are not objective realities. Ils ne sont que le support de notre perception. Dans ce point de vue, all the phenomena that happen in space and time are merely bundles of our perception. Space and time are also cognitive constructs arising from perception. Ainsi, the reasons behind all the physical properties that we ascribe to space and time have to be sought in the sensory processes that create our perception, whether we approach the issue from the Advaita or phenomenalism perspective.

This analysis of the importance of light in our reality naturally brings in the metaphysical aspects of space and time. In Kant’s view,5 space and time are pure forms of intuition. They do not arise from our experience because our experiences presuppose the existence of space and time. Ainsi, we can represent space and time in the absence of objects, but we cannot represent objects in the absence of space and time.

Kant’s middle-ground has the advantage of reconciling the views of Newton and Leibniz. It can agree with Newton’s view6 that space is absolute and real for phenomenal objects open to scientific investigation. It can also sit well with Leibniz’s view7 that space is not absolute and has an existence only in relation to objects, by highlighting their relational nature, not among objects in themselves (noumenal objects), but between observers and objects.

We can roughly equate the noumenal objects to forms in Brahman and our perception of them to Maya. Dans cet article,, we will use the termsnoumenal reality,” “absolute reality,” ou “la réalité physique” interchangeably to describe the collection of noumenal objects, their properties and interactions, which are thought to be the underlying causes of our perception. De même, we willphenomenal reality,” “perceived or sensed reality,” et “perceptual realityto signify our reality as we perceive it.

As with Brahman causing Maya, we assume that the phenomenal notions of space and time arise from noumenal causes8 through our sensory and cognitive processes. Note that this causality assumption is ad-hoc; there is no a priori reason for phenomenal reality to have a cause, nor is causation a necessary feature of the noumenal reality. Despite this difficulty, we proceed from a naive model for the noumenal reality and show that, through the process of perception, we can “dériver” a phenomenal reality that obeys the special theory of relativity.

This attempt to go from the phenomena (l'espace et le temps) to the essence of what we experience (a model for noumenal reality) is roughly in line with Husserl’s transcendental phenomenology.9 The deviation is that we are more interested in the manifestations of the model in the phenomenal reality itself rather than the validity of the model for the essence. Through this study, we show that the specialness of the speed of light in our phenomenal space and time is a consequence of our perceptual apparatus. It doesn’t have to be an input postulate to the special theory of relativity.

Perception and Phenomenal Reality

The properties we ascribe to space and time (such as the specialness of the speed of light) can only be a part of our perceived reality or Maya, dans Advaita, not of the underlying absolute reality, Brahman. If we think of space and time as aspects of our perceived reality arising from an unknowable Brahman through our sensory and cognitive processes, we can find an explanation for the special distinction of the speed of light in the process and mechanism of our sensing. Our thesis is that the reason for the specialness of light in our phenomenal notions of space and time is hidden in the process of our perception.

Nous, donc, study how the noumenal objects around us generate our sensory signals, and how we construct our phenomenal reality out of these signals in our brains. The first part is already troublesome because noumenal objects, par définition,, have no properties or interactions that we can study or understand.

These features of the noumenal reality are identical to the notion of Brahman dans Advaita, which highlights that the ultimate truth is Brahman, the one beyond time, space and causation. Brahman is the material cause of the universe, but it transcends the cosmos. It transcends time; it exists in the past, present and future. It transcends space; it has no beginning, middle and end. It even transcends causality. For that reason, Brahman is incomprehensible to the human mind. The way it manifests to us is through our sensory and cognitive processes. This manifestation is Maya, the illusion, qui, in the phenomenalistic parlance, corresponds to the phenomenal reality.

For our purpose in this article, we describe our sensory and cognitive process and the creation of the phenomenal reality or Maya10 as follows. It starts with the noumenal objects (or forms in Brahman), which generate the inputs to our senses. Our senses then process the signals and relay the processed electric data corresponding to them to our brain. The brain creates a cognitive model, a representation of the sensory inputs, and presents it to our conscious awareness as reality, which is our phenomenal world or Maya.

This description of how the phenomenal reality created ushers in a tricky philosophical question. Who or what creates the phenomenal reality and where? It is not created by our senses, brain and mind because these are all objects or forms in the phenomenal reality. The phenomenal reality cannot create itself. It cannot be that the noumenal reality creates the phenomenal reality because, in that case, it would be inaccurate to assert the cognitive inaccessibility to the noumenal world.

This philosophical trouble is identical in Advaita aussi. Our senses, brain and mind cannot create Maya, because they are all part of Maya. Si Brahman created Maya, it would have to be just as real. This philosophical quandary can be circumvented in the following way. We assume that all events and objects in Maya have a cause or form in Brahman or in the noumenal world. Ainsi, we postulate that our senses, mind and body all have some (unknown) forms in Brahman (or in the noumenal world), and these forms create Maya in our conscious awareness, ignoring the fact that our consciousness itself is an illusory manifestation in the phenomenal world. This inconsistency is not material to our exploration into the nature of space and time because we are seeking the reason for the specialness of light in the sensory process rather than at the level of consciousness.

Space and time together form what physics considers the basis of reality. Space makes up our visual reality precisely as sounds make up our auditory world. Just as sounds are a perceptual experience rather than a fundamental property of physical reality, space also is an experience, or a cognitive representation of the visual inputs, not a fundamental aspect of Brahman or the noumenal reality. The phenomenal reality thus created is Maya. La Maya events are an imperfect or distorted representation of the corresponding Brahman events. Depuis Brahman is a superset of Maya (ou, equivalently, our senses are potentially incapable of sensing all aspects of the noumenal reality), not all objects and events in Brahman create a projection in Maya. Our perception (ou Maya) is thus limited because of the sense modality and its speed, which form the focus of our investigation in this article.

In summary, it can be argued that the noumenal-phenomenal distinction in phenomenalism is an exact parallel to the BrahmanMaya distinction Advaita if we think of our perceived reality (ou Maya) as arising from sensory and cognitive processes.

Sensing Space and Time, and the Role of Light

The phenomenal notions of space and time together form what physics considers the basis of reality. Since we take the position that space and time are the end results of our sensory perception, we can understand some of the limitations in our Maya by studying the limitations in our senses themselves.

At a fundamental level, how do our senses work? Our sense of sight operates using light, and the fundamental interaction involved in sight falls in the electromagnetic (EM) category because light (or photon) is the intermediary of EM interactions.11

The exclusivity of EM interaction is not limited to our long-range sense of sight; all the short-range senses (touch, taste, odeur et audition,,en,sont également EM dans la nature,,en,Comprendre les limites de notre perception de l'espace,,en,nous n'avons pas besoin de mettre en évidence la nature EM de tous nos sens,,en,L'espace est,,en,le résultat de notre sens de la vue,,en,Mais il est utile de garder à l'esprit que nous n'aurions pas de détection,,en,et en effet pas de réalité,,en,en l'absence d'interactions EM,,en,Comme nos sens,,en,toutes nos extensions technologiques à nos sens,,en,tels que les radiotélescopes,,en,microscopes électroniques,,en,mesures redshift et même lentilles gravitationnelles,,en,utiliser les interactions EM exclusivement pour mesurer notre univers,,en,nous ne pouvons pas échapper aux contraintes de base de notre perception, même lorsque nous utilisons des instruments modernes,,en,Le télescope Hubble peut voir un milliard d'années-lumière plus loin que nos yeux nus,,en,Notre réalité perçue,,en,si construit sur les entrées sensorielles directes ou technologiquement améliorées,,en) are also EM in nature. In physics, the fundamental interactions are modeled as fields with gauge bosons.12 In quantum electrodynamics13 (the quantum field theory of EM interactions), photon (or light) is the gauge boson mediating EM interactions. Electromagnetic interactions are responsible for all our sensory inputs. To understand the limitations of our perception of space, we need not highlight the EM nature of all our senses. Space is, dans l'ensemble, the result of our sight sense. But it is worthwhile to keep in mind that we would have no sensing, and indeed no reality, in the absence of EM interactions.

Like our senses, all our technological extensions to our senses (such as radio telescopes, electron microscopes, red shift measurements and even gravitational lensing) use EM interactions exclusively to measure our universe. Ainsi, we cannot escape the basic constraints of our perception even when we use modern instruments. The Hubble telescope may see a billion light years farther than our naked eyes, mais ce qu'il voit est encore un milliard d'années de plus que ce que nos yeux voient. Our phenomenal reality, whether built upon direct sensory inputs or technologically enhanced, is made up of a subset of EM particles and interactions only. What we perceive as reality is a subset of forms and events in the noumenal world corresponding to EM interactions, filtered through our sensory and cognitive processes. Dans l' Advaita parlance, Maya can be thought of as a projection of Brahman through EM interactions into our sensory and cognitive space, quite probably an imperfect projection.

The exclusivity of EM interactions in our perceived reality is not always appreciated, mainly because of a misconception that we can sense gravity directly. This confusion arises because our bodies are subject to gravity. There is a fine distinction between “being subject to” et “being able to sense” gravitational force. The gravity sensing in our ears measures the effect of gravity on EM matter. En l'absence d'interaction EM,,en,il est impossible de sentir la gravité,,en,ou toute autre chose d'ailleurs,,en,Les interactions électromagnétiques sont responsables de nos entrées sensorielles,,en,La perception sensorielle conduit à la représentation de notre cerveau que nous appelons la réalité,,en,Toute limitation dans cette chaîne conduit à une limitation correspondante de notre sens de la réalité,,en,Une limitation de la chaîne des sens à la réalité est la vitesse finie du photon,,en,qui est le boson de jauge de nos sens,,en,La vitesse finie de la modalité sensorielle influence et déforme notre perception du mouvement,,en,Parce que ces distorsions sont perçues comme faisant partie de notre réalité même,,en,la cause profonde de la distorsion devient une propriété fondamentale de notre réalité,,en,C'est ainsi que la vitesse de la lumière devient une constante si importante dans notre espace-temps,,en, it is impossible to sense gravity, or anything else for that matter.

This assertion that there is no sensing in the absence of EM interactions brings us to the next philosophical hurdle. One can always argue that, in the absence of EM interaction, there is no matter to sense. This argument is tantamount to insisting that the noumenal world consists of only those forms and events that give rise to EM interaction in our phenomenal perception. En d'autres termes, it is the same as insisting that Brahman is made up of only EM interactions. What is lacking in the absence of EM interaction is only our phenomenal reality. Dans l' Advaita notion, in the absence of sensing, Maya does not exist. The absolute reality or Brahman, cependant, is independent of our sensing it. Encore, we see that the Eastern and Western views on reality we explored in this article are remarkably similar.

The Speed of Light

Knowing that our space-time is a representation of the light waves our eyes receive, we can immediately see that light is indeed special in our reality. In our view, sensory perception leads to our brain’s representation that we call reality, ou Maya. Any limitation in this chain of sensing leads to a corresponding limitation in our phenomenal reality.

One limitation in the chain from senses to perception is the finite speed of photon, which is the gauge boson of our senses. The finite speed of the sense modality influences and distorts our perception of motion, l'espace et le temps. Because these distortions are perceived as a part of our reality itself, the root cause of the distortion becomes a fundamental property of our reality. This is how the speed of light becomes such an important constant in our space-time.

The importance of the speed of light, cependant, is respected only in our phenomenal Maya. Other modes of perception have other speeds the figure as the fundamental constant in their space-like perception. The reality sensed through echolocation, par exemple, has the speed of sound as a fundamental property. En fait, it is fairly simple to establish14 that echolocation results in a perception of motion that obeys something very similar to special relativity with the speed of light replaced with that of sound.

Theories beyond Sensory Limits

The basis of physics is the world view called scientific realism, which is not only at the core of sciences but is our natural way of looking at the world as well. Scientific realism, and hence physics, assume an independently existing external world, whose structures are knowable through scientific investigations. To the extent observations are based on perception, the philosophical stance of scientific realism, as it is practiced today, can be thought of as a trust in our perceived reality, and as an assumption that it is this reality that needs to be explored in science.

Physics extends its reach beyond perception or Maya through the rational element of pure theory. Most of physics works in thisextendedintellectual reality, with concepts such as fields, forces, light rays, atomes, particules, etc, the existence of which is insisted upon through the metaphysical commitment implied in scientific realism. Cependant, it does not claim that the rational extensions are the noumenal causes or Brahman giving raise to our phenomenal perception.

Scientific realism has helped physics tremendously, with all its classical theories. Cependant, scientific realism and the trust in our perception of reality should apply only within the useful ranges of our senses. Within the ranges of our sensory perceptions, we have fairly intuitive physics. An example of an intuitive picture is Newtonian mechanics that describe “normal” objects moving around at “normal” speeds.

When we get closer to the edges of our sensory modalities, we have to modify our sciences to describe the reality as we sense it. These modifications lead to different, and possibly incompatible, theories. When we ascribe the natural limitations of our senses and the consequent limitations of our perception (and therefore observations) to the fundamental nature of reality itself, we end up introducing complications in our physical laws. Depending on which limitations we are incorporating into the theory (par exemple, small size, large speeds etc.), we may end up with theories that are incompatible with each other.

Our argument is that some of these complications (et, avec espoir, incompatibilities) can be avoided if we address the sensory limitations directly. Par exemple, we can study the consequence of the fact that our senses operate at the speed of light as follows. We can model Brahman (the noumenal reality) as obeying classical mechanics, and work out what kind of Maya (phenomenal reality) we will experience through the chain of sensing.

The modeling of the noumenal world (as obeying classical mechanics), bien sûr, has shaky philosophical foundations. But the phenomenal reality predicted from this model is remarkably close to the reality we do perceive. Starting from this simple model, it can be easily shown our perception of motion at high speeds obeys special relativity.

The effects due to the finite speed of light are well known in physics. Nous savons, par exemple, that what we see happening in distant stars and galaxies now actually took place quite awhile ago. A moreadvancedeffect due to the light travel time15 is the way we perceive motion at high speeds, which is the basis of special relativity. En fait, many astrophysical phenomena can be understood16 in terms of light travel time effects. Because our sense modality is based on light, our sensed picture of motion has the speed of light appearing naturally in the equations describing it. So the importance of the speed of light in our space-time (as described in special relativity) is due to the fact that our reality is Maya created based on light inputs.

Conclusion

Almost all branches of philosophy grapple with this distinction between the phenomenal and the absolute realities to some extent. Advaita Vedanta holds the unrealness of the phenomenal reality as the basis of their world view. Dans cet article,, we showed that the views in phenomenalism can be thought of as a restatement of the Advaita postulates.

When such a spiritual or philosophical insight makes its way into science, great advances in our understanding can be expected. This convergence of philosophy (or even spirituality) and science is beginning to take place, most notably in neuroscience, which views reality as a creation of our brain, echoing the notion of Maya.

Science gives a false impression that we can get arbitrarily close to the underlying physical causes through the process of scientific investigation and rational theorization. An example of such theorization can be found in our sensation of hearing. The experience or the sensation of sound is an incredibly distant representation of the physical causenamely air pressure waves. We are aware of the physical cause because we have a more powerful sight sense. So it would seem that we can indeed go from Maya (son) to the underlying causes (air pressure waves).

Cependant, it is a fallacy to assume that the physical cause (the air pressure waves) est Brahman. Air pressure waves are still a part of our perception; they are part of the intellectual picture we have come to accept. This intellectual picture is an extension of our visual reality, based on our trust in the visual reality. It is still a part of Maya.

The new extension of reality proposed in this article, again an intellectual extension, is an educated guess. We guess a model for the absolute reality, ou Brahman, and predict what the consequent perceived reality should be, working forward through the chain of sensing and creating Maya. If the predicted perception is a good match with the Maya we do experience, then the guesswork for Brahman is taken to be a fairly accurate working model. The consistency between the predicted perception and what we do perceive is the only validation of the model for the nature of the absolute reality. En outre, the guess is only one plausible model for the absolute reality; there may be different suchsolutionsto the absolute reality all of which end up giving us our perceived reality.

It is a mistake to think of the qualities of our subjective experience of sound as the properties of the underlying physical process. In an exact parallel, it is a fallacy to assume that the subjective experience of space and time is the fundamental property of the world we live in. The space-time continuum, as we see it or feel it, is only a partial and incomplete representation of the unknowable Brahman. If we are willing to model the unknowable Brahman as obeying classical mechanics, we can indeed derive the properties of our perceived reality (such as time dilation, length contraction, light speed ceiling and so on in special relativity). By proposing this model for the noumenal world, we are not suggesting that all the effects of special relativity are mere perceptual artifacts. We are merely reiterating a known fact that space and time themselves cannot be anything but perceptual constructs. Thus their properties are manifestations of the process of perception.

When we consider processes close to or beyond our sensor limits, the manifestations of our perceptual and cognitive constraints become significant. Donc, when it comes to the physics that describes such processes, we really have to take into account the role that our perception and cognition play in sensing them. The universe as we see it is only a cognitive model created out of the photons falling on our retina or on the photosensors of the Hubble telescope. En raison de la vitesse limitée du support d'informations (namely light), our perception is distorted in such a way as to give us the impression that space and time obey special relativity. Ils le font, but space and time are only a part of our perception of an unknowable realitya perception limited by the speed of light.

The central role of light in creating our reality or universe is at the heart of western spiritual philosophy as well. Un univers dépourvu de lumière n'est pas simplement un monde où vous avez éteint les lumières. Il est en effet un univers dépourvu de lui-même, un univers qui n'existe pas. It is in this context that we have to understand the wisdom behind the notion that “la terre était sans forme, and void'” jusqu'à ce que Dieu a fait la lumière soit, en disant “Que la lumière soit.” Quran also says, “Allah is the light of the heavens.The role of light in taking us from the void (le néant) to a reality was understood for a long, longtemps. Is it possible that the ancient saints and prophets knew things that we are only now beginning to uncover with all our advances in knowledge? Whether we use old Eastern Advaita views or their Western counterparts, we can interpret the philosophical stance behind special relativity as hidden in the distinction between our phenomenal reality and its unknowable physical causes.

Références

  1. Dr. Manoj Thulasidas graduated from the Indian Institute of Technology (ITI), Madras, dans 1987. He studied fundamental particles and interactions at the CLEO collaboration at Cornell University during 1990-1992. After receiving his PhD in 1993, he moved to Marseilles, France and continued his research with the ALEPH collaboration at CERN, Genève. During his ten-year career as a research scientist in the field of High energy physics, il co-auteur de plus de 200 publications.
  2. Einstein, A. (1905). Zur Elektrodynamik bewegter Körper. (On The Electrodynamics Of Moving Bodies). Annales de Physique, 17, 891-921.
  3. Radhakrishnan, S. & Moore, C. A. (1957). Source Book in Indian Philosophy. Princeton University Press, Princeton, NY.
  4. Chisolm, R. (1948). The Problem of Empiricism. The Journal of Philosophy, 45, 512-517.
  5. Allison, H. (2004). Kant’s Transcendental Idealism. Yale University Press.
  6. Rynasiewicz, R. (1995). By Their Properties, Causes and Effects: Newton’s Scholium on Time, Espace, Place and Motion. Studies in History and Philosophy of Science, 26, 133-153, 295-321.
  7. Calkins, M. Dans. (1897). Kant’s Conception of the Leibniz Space and Time Doctrine. The Philosophical Review, 6 (4), 356-369.
  8. Janaway, C., ed. (1999). The Cambridge Companion to Schopenhauer. Cambridge University Press.
  9. Schmitt, R. (1959). Husserl’s Transcendental-Phenomenological Reduction. Philosophy and Phenomenological Research, 20 (2), 238-245.
  10. Thulasidas, M. (2007). L'Unreal Univers. Asian Books, Singapour.
  11. Electromagnetic (EM) interaction is one of the four kinds of interactions in the Standard Model (Griffths, 1987) of particle physics. It is the interaction between charged bodies. Despite the EM repulsion between them, cependant, the protons stay confined within the nucleus because of the strong interaction, whose magnitude is much bigger than that of EM interactions. The other two interactions are termed the weak interaction and the gravitational interaction.
  12. In quantum field theory, every fundamental interaction consists of emitting a particle and absorbing it in an instant. These so-called virtual particles emitted and absorbed are known as the gauge bosons that mediate the interactions.
  13. Feynman, R. (1985). Quantum Electrodynamics. Addison Wesley.
  14. Thulasidas, M. (2007). L'Unreal Univers. Asian Books, Singapour.
  15. Rees, M. (1966). Appearance of Relativistically Expanding Radio Sources. Nature, 211, 468-470.
  16. Thulasidas, M. (2007un). Sont des sources radio et Gamma Ray Bursts Luminal Booms? International Journal of Modern Physics D, 16 (6), 983-1000.

Univers – Taille et âge

Je ai posté cette question qui me tracasse quand je ai lu qu'ils ont trouvé une galaxie à environ 13 milliards d'années lumière. Ma compréhension de cette déclaration est: À distance de 13 milliard d'années lumière, il y avait une galaxie 13 il ya des milliards d'années, afin que nous puissions voir la lumière à partir de maintenant. Ne serait-ce à dire que l'univers est au moins 26 vieille milliards d'années? Il doit avoir pris la galaxie propos 13 milliards d'années pour arriver là où il semble être, et la lumière de celle-ci doit prendre une autre 13 milliards d'années pour nous rejoindre.

En répondant à ma question, Martin et Swansont (qui je suppose sont phycisists académiques) souligner mes idées fausses et essentiellement me demander pour en savoir plus. Tout sera exaucé quand je suis assimilé, il semblerait! 🙂

Ce débat est publié comme un prélude à mon post sur la théorie du Big Bang, à venir dans un jour ou deux.

Mowgli 03-26-2007 10:14 PM

Univers – Taille et âge
I was reading a post in http://www.space.com/ stating that they found a galaxy at about 13 milliards d'années lumière. Je essaie de comprendre ce que des moyens de déclaration. Pour moi, cela signifie que 13 il ya des milliards d'années, cette galaxie est là que nous voyons maintenant. Ne est pas que ce que 13b LY distance des moyens? Dans l'affirmative, ne serait pas ce que cela signifie que l'univers doit être au moins 26 vieille milliards d'années? Je veux dire, tout l'univers a commencé à partir d'un point singulier; comment cette galaxie pourrait être où il était 13 il ya des milliards d'années à moins qu'il avait au moins 13 milliard d'années pour y arriver? (Ignorant la phase inflationniste pour l'instant…) Je ai entendu des gens expliquent que l'espace lui-même est en pleine expansion. Que diable ce que cela signifie? Est-il pas juste une façon de dire que colombophile la vitesse de la lumière était plus faible il ya quelque temps?
swansont 03-27-2007 09:10 AM

Citation:

Posté par Mowgli
(Poster 329204)
Je veux dire, tout l'univers a commencé à partir d'un point singulier; comment cette galaxie pourrait être où il était 13 il ya des milliards d'années à moins qu'il avait au moins 13 milliard d'années pour y arriver? (Ignorant la phase inflationniste pour l'instant…)

Ignorant tout le reste, comment serait-ce à dire que l'univers est 26 vieille milliards d'années?

Citation:

Posté par Mowgli
(Poster 329204)
Je ai entendu des gens expliquent que l'espace lui-même est en pleine expansion. Que diable ce que cela signifie? Est-il pas juste une façon de dire que colombophile la vitesse de la lumière était plus faible il ya quelque temps?

La vitesse de la lumière est une partie inhérente de la structure atomique, dans la constante de structure fine (alpha). Si c est en train de changer, alors les modèles de spectres atomiques devraient changer. Il n'a pas été confirmé que toutes les données montre que l'alpha a changé (il a été le papier occasionnelle affirmant qu'il, mais vous avez besoin de quelqu'un pour répéter les mesures), et le reste est tout compatible avec aucun changement.

Hirondelle 03-27-2007 11:25 AM

Pour confirmer ou renforcer ce que dit swansont, il ya la spéculation et certains marginaux ou non standard cosmologies qui impliquent c changer au fil du temps (ou alpha changer au fil du temps), mais les constantes chose changer obtient juste plus en plus out.I've statué été guettait plus 5 ans et plus les gens regardent et étudient des preuves moins il semble qu'il n'y ait aucun changement. Ils excluent pas de plus en plus précisément avec leur data.So il est probablement préférable d'ignorer la “varier la vitesse de la lumière” cosmologies jusqu'à une est complètement familiarisé avec la cosmologie dominante norme.Vous avez des idées fausses Mowgli

  • Relativité Générale (la 1915 théorie) Rel emporte spécial (1905)
  • Ils ne contredisent en fait pas si vous les comprenez correctement, parce SR n'a qu'une applicabilité locale très limitée, comme au passage de vaisseau spatial par:-)
  • Partout où GR et SR semblent contredire, croire GR. Ce est la théorie plus complète.
  • GR n'a pas de limite de vitesse sur la vitesse à laquelle de très grandes distances peuvent augmenter. la seule limite de vitesse est sur des choses LOCAL (vous ne pouvez pas rattraper et passer un photon)
  • Donc, nous pouvons et nous ne observons trucs qui se éloigne de nous plus vite que c. (Il est loin, SR ne se applique pas.)
  • Cela a été expliqué dans un article Sci Am Je pense que l'année dernière
  • Google nom de l'auteur Charles Lineweaver et Tamara Davis.
  • Nous connaissons beaucoup de choses qui est actuellement de plus de 14 LY milliards de loin.
  • Vous devez apprendre quelques cosmologie de sorte que vous ne serez pas confus par ces choses.
  • Aussi un “singularité” ne signifie pas un seul point. ce est une erreur populaire parce que les mots sonnent de la même.
  • Une singularité peut se produire sur toute une région, même une région infinie.

De plus, le “big bang” modèle ne ressemble pas à une explosion de la matière loin de siffler un certain point. Il ne faut pas imaginer comme ça. Le meilleur article expliquant les erreurs communes que les gens ont est cette chose Lineweaver et Davis dans Sci Am. Je pense que ce était Jan ou février 2005 mais je pourrais être une année sabbatique. Google. Obtenez-le de votre bibliothèque locale ou le trouver en ligne. Le meilleur conseil que je peux donner.

Mowgli 03-28-2007 01:30 AM

Pour swansont sur pourquoi je ai pensé 13 b LY impliquait un âge de 26 b années:Quand vous dites qu'il ya une galaxie à 13 b LY loin, Je comprends qu'il signifie que 13 milliard d'années il ya mon temps, la galaxie était au point où je le vois maintenant (qui est 13 b LY loin de moi). Sachant que tout a commencé à partir du même point, il doit avoir pris la galaxie au moins 13 b années pour arriver là où il était 13 il ya b années. Si 13+13. Je suis sûr que je dois être wrong.To Martin: Vous avez raison, Je ai besoin d'apprendre un peu plus sur la cosmologie. Mais un certain nombre de choses que vous avez mentionné me surprend — comment pouvons-nous observons des trucs qui se éloigne de que FTL? Je veux dire, ne serait pas la formule de décalage Doppler relativiste donner imaginaire 1 z? Et les choses au-delà 14 b LY loin – sont-ils “extérieur” l'univers?Je vais certainement regarder et lire les auteurs que vous avez mentionnés. Merci.
swansont 03-28-2007 03:13 AM

Citation:

Posté par Mowgli
(Poster 329393)
Pour swansont sur pourquoi je ai pensé 13 b LY impliquait un âge de 26 b années:Quand vous dites qu'il ya une galaxie à 13 b LY loin, Je comprends qu'il signifie que 13 milliard d'années il ya mon temps, la galaxie était au point où je le vois maintenant (qui est 13 b LY loin de moi). Sachant que tout a commencé à partir du même point, il doit avoir pris la galaxie au moins 13 b années pour arriver là où il était 13 il ya b années. Si 13+13. Je suis sûr que je dois être mauvais.

Cela dépend de la façon dont vous faites votre calibration. Vous cherchez seulement à un décalage Doppler et en ignorant tous les autres facteurs, si vous savez que la vitesse est en corrélation avec la distance, vous obtenez un certain décalage vers le rouge et vous auriez probablement calibrer que cela signifie 13b LY si ce était la distance réelle. Que la lumière serait vieille 13b année.

Mais comme l'a souligné Martin, l'espace se agrandit; le redshift cosmologique est différent du décalage Doppler. Parce que l'espace intermédiaire a élargi, Autant que je sache la lumière qui arrive à nous d'une galaxie 13b LY se trouve pas aussi vieux, parce que ce était plus proche lorsque la lumière a été émise. Je pense que tout cela est pris en compte dans les mesures, de sorte que lorsque la distance est donnée à la galaxie, ce est la distance réelle.

Hirondelle 03-28-2007 08:54 AM

Citation:

Posté par Mowgli
(Poster 329393)
Je vais certainement regarder et lire les auteurs que vous avez mentionnés.

Ce poste a 5 ou 6 liens vers cet article Sci Am par Lineweaver et Davis

http://scienceforums.net/forum/showt…965#post142965

Il est post #65 sur le fil collant Astronomie liens

Il se avère l'article était en Mars 2005 question.

Je pense qu'il est relativement facile à lire—bien écrit. Donc, il devrait aider.

Lorsque vous avez lu l'article Sci Am, poser plus de questions—vos questions pourraient être amusant d'essayer de réponse:-)