Tag Archives: relativité

Debates and Discussions on http://www.anti-relativity.com/forum.
(My writings only.)

What Does it Feel Like to be a Bat?

It is a sensible question: What does it feel like to be a bat? Although we can never really know the answer (because we can never be bats), we know that there is an answer. It feels like something to be a bat. Bien, at least we think it does. We think bats have conscience and conscious feelings. D'autre part, it is not a sensible question to ask what it feels like to be brick or a table. It doesn’t feel like anything to be an inanimate object.

Continuer la lecture

Bye Bye Einstein

Starting from his miraculous year of 1905, Einstein has dominated physics with his astonishing insights on space and time, and on mass and gravity. Vrai, there have been other physicists who, with their own brilliance, have shaped and moved modern physics in directions that even Einstein couldn’t have foreseen; and I don’t mean to trivialize neither their intellectual achievements nor our giant leaps in physics and technology. But all of modern physics, even the bizarre reality of quantum mechanics, which Einstein himself couldn’t quite come to terms with, is built on his insights. It is on his shoulders that those who came after him stood for over a century now.

One of the brighter ones among those who came after Einstein cautioned us to guard against our blind faith in the infallibility of old masters. Taking my cue from that insight, Je, for one, think that Einstein’s century is behind us now. Je sais, coming from a non-practicing physicist, who sold his soul to the finance industry, this declaration sounds crazy. Delusional even. But I do have my reasons to see Einstein’s ideas go.

[animation]Let’s start with this picture of a dot flying along a straight line (on the ceiling, so to speak). You are standing at the centre of the line in the bottom (on the floor, c'est). If the dot was moving faster than light, how would you see it? Bien, you wouldn’t see anything at all until the first ray of light from the dot reaches you. As the animation shows, the first ray will reach you when the dot is somewhere almost directly above you. The next rays you would see actually come from two different points in the line of flight of the dot — one before the first point, and one after. Ainsi, the way you would see it is, incredible as it may seem to you at first, as one dot appearing out of nowhere and then splitting and moving rather symmetrically away from that point. (It is just that the dot is flying so fast that by the time you get to see it, it is already gone past you, and the rays from both behind and ahead reach you at the same instant in time.Hope that statement makes it clearer, rather than more confusing.).

[animation]Why did I start with this animation of how the illusion of a symmetric object can happen? Bien, we see a lot of active symmetric structures in the universe. Par exemple, look at this picture of Cygnus A. There is a “core” from which seem to emanate “features” that float away to the “lobes.” Doesn’t it look remarkably similar to what we would see based on the animation above? There are other examples in which some feature points or knots seem to move away from the core where they first appear at. We could come up with a clever model based on superluminality and how it would create illusionary symmetric objects in the heavens. We could, but nobody would believe us — because of Einstein. I know this — I tried to get my old physicist friends to consider this model. The response is always some variant of this, “Interesting, but it cannot work. It violates Lorentz invariance, il ne est pas?” LV being physics talk for Einstein’s insistence that nothing should go faster than light. Now that neutrinos can violate LV, why not me?

Bien sûr, if it was only a qualitative agreement between symmetric shapes and superluminal celestial objects, my physics friends are right in ignoring me. There is much more. The lobes in Cygnus A, par exemple, emit radiation in the radio frequency range. En fait, the sky as seen from a radio telescope looks materially different from what we see from an optical telescope. I could show that the spectral evolution of the radiation from this superluminal object fitted nicely with AGNs and another class of astrophysical phenomena, hitherto considered unrelated, called gamma ray bursts. En fait, I managed to publish this model a while ago under the title, “Sont des sources radio et Gamma Ray Bursts Luminal Booms?“.

Vous voyez, I need superluminality. Einstein being wrong is a pre-requisite of my being right. So it is the most respected scientist ever vs. Cordialement votre, a blogger of the unreal kind. You do the math. 🙂

Such long odds, cependant, have never discouraged me, and I always rush in where the wiser angels fear to tread. So let me point out a couple of inconsistencies in SR. The derivation of the theory starts off by pointing out the effects of light travel time in time measurements. And later on in the theory, the distortions due to light travel time effects become part of the properties of space and time. (En fait, light travel time effects will make it impossible to have a superluminal dot on a ceiling, as in my animation above — not even a virtual one, where you take a laser pointer and turn it fast enough that the laser dot on the ceiling would move faster than light. It won’t.) Mais, as the theory is understood and practiced now, the light travel time effects are to be applied on top of the space and time distortions (which were due to the light travel time effects to begin with)! Physicists turn a blind eye to this glaring inconstancy because SR “works” — as I made very clear in my previous post in this series.

Another philosophical problem with the theory is that it is not testable. Je sais, I alluded to a large body of proof in its favor, but fundamentally, the special theory of relativity makes predictions about a uniformly moving frame of reference in the absence of gravity. There is no such thing. Even if there was, in order to verify the predictions (that a moving clock runs slower as in the twin paradox, par exemple), you have to have acceleration somewhere in the verification process. Two clocks will have to come back to the same point to compare time. The moment you do that, at least one of the clocks has accelerated, and the proponents of the theory would say, “De, there is no problem here, the symmetry between the clocks is broken because of the acceleration.” People have argued back and forth about such thought experiments for an entire century, so I don’t want to get into it. I just want to point out that theory by itself is untestable, which should also mean that it is unprovable. Now that there is direct experimental evidence against the theory, may be people will take a closer look at these inconsistencies and decide that it is time to say bye-bye to Einstein.

Pourquoi ne pas Jeter la Relativité Restreinte?

Nothing would satisfy my anarchical mind more than to see the Special Theory of Relativity (SR) come tumbling down. En fait, I believe that there are compelling reasons to consider SR inaccurate, if not actually wrong, although the physics community would have none of that. I will list my misgivings vis-a-vis SR and present my case against it as the last post in this series, but in this one, I would like to explore why it is so difficult to toss SR out the window.

The special theory of relativity is an extremely well-tested theory. Despite my personal reservations about it, the body of proof for the validity of SR is really enormous and the theory has stood the test of time — at least so far. But it is the integration of SR into the rest of modern physics that makes it all but impossible to write it off as a failed theory. In experimental high energy physics, par exemple, we compute the rest mass of a particle as its identifying statistical signature. The way it works is this: in order to discover a heavy particle, you first detect its daughter particles (decay products, c'est), measure their energies and momenta, add them up (comme “4-vectors”), and compute the invariant mass of the system as the modulus of the aggregate energy-momentum vector. In accordance with SR, the invariant mass is the rest mass of the parent particle. You do this for many thousands of times and make a distribution (un “histogram”) and detect any statistically significant excess at any mass. Such an excess is the signature of the parent particle at that mass.

Almost every one of the particles in the particle data book that we know and love is detected using some variant of this method. So the whole Standard Model of particle physics is built on SR. En fait, almost all of modern physics (physics of the 20th century) is built on it. On the theory side, in the thirties, Dirac derived a framework to describe electrons. It combined SR and quantum mechanics in an elegant framework and predicted the existence of positrons, which bore out later on. Although considered incomplete because of its lack of sound physical backdrop, ce “second quantization” and its subsequent experimental verification can be rightly seen as evidence for the rightness of SR.

Feynman took it further and completed the quantum electrodynamics (QED), which has been the most rigorously tested theory ever. To digress a bit, Feynman was once being shown around at CERN, and the guide (probably a prominent physicist himself) was explaining the experiments, their objectives etc. Then the guide suddenly remembered who he was talking to; après tout, most of the CERN experiments were based on Feynman’s QED. Embarrassé, dit-il, “Bien sûr, Dr. Feynman, you know all this. These are all to verify your predictions.” Feynman quipped, “Pourquoi, you don’t trust me?!” To get back to my point and reiterate it, the whole edifice of the standard model of particle physics is built on top of SR. Its success alone is enough to make it impossible for modern physics to discard SR.

Si, if you take away SR, you don’t have the Standard Model and QED, and you don’t know how accelerator experiments and nuclear bombs work. The fact that they do is proof enough for the validity of SR, because the alternative (that we managed to build all these things without really knowing how they work) is just too weird. It’s not just the exotic (nuclear weaponry and CERN experiments), but the mundane that should convince us. Fluorescent lighting, laser pointers, LED, ordinateurs, mobile phones, GPS navigators, iPads — in short, all of modern technology is, in some way, a confirmation of SR.

So the OPERA result on observed superluminalily has to be wrong. But I would like it to be right. And I will explain why in my next post. Why everything we accept as a verification of SR could be a case of mass delusion — almost literally. Restez à l'écoute!

What is Unreal Blog?

Tell us a little about why you started your blog, and what keeps you motivated about it.

As my writings started appearing in different magazines and newspapers as regular columns, I wanted to collect them in one place — as an anthology of the internet kind, pour ainsi dire. That’s how my blog was born. The motivation to continue blogging comes from the memory of how my first book, L'Unreal Univers, took shape out of the random notes I started writing on scrap books. I believe the ideas that cross anybody’s mind often get forgotten and lost unless they are written down. A blog is a convenient platform to put them down. Et, since the blog is rather public, you take some care and effort to express yourself well.

Do you have any plans for the blog in the future?

I will keep blogging, roughly at the rate of one post a week or so. I don’t have any big plans for the blog per se, but I do have some other Internet ideas that may spring from my blog.

Philosophy is usually seen as a very high concept, intellectual subject. Do you think that it can have a greater impact in the world at large?

This is a question that troubled me for a while. And I wrote a post on it, which may answer it to the best of my ability. To repeat myself a bit, philosophy is merely a description of whatever intellectual pursuits that we indulge in. It is just that we don’t often see it that way. Par exemple, if you are doing physics, you think that you are quite far removed from philosophy. The philosophical spins that you put on a theory in physics is mostly an afterthought, it is believed. But there are instances where you can actually apply philosophy to solve problems in physics, and come up with new theories. This indeed is the theme of my book, L'Unreal Univers. It asks the question, if some object flew by faster than the speed of light, what would it look like? With the recent discovery that solid matter does travel faster than light, I feel vindicated and look forward to further developments in physics.

Do you think many college students are attracted to philosophy? What would make them choose to major in it?

Dans le monde d'aujourd'hui, I am afraid philosophy is supremely irrelevant. So it may be difficult to get our youngsters interested in philosophy. I feel that one can hope to improve its relevance by pointing out the interconnections between whatever it is that we do and the intellectual aspects behind it. Would that make them choose to major in it? In a world driven by excesses, it may not be enough. Puis à nouveau, it is world where articulation is often mistaken for accomplishments. Perhaps philosophy can help you articulate better, sound really cool and impress that girl you have been after — to put it crudely.

More seriously, bien que, what I said about the irrelevance of philosophy can be said about, dire, physics as well, despite the fact that it gives you computers and iPads. Par exemple, when Copernicus came up with the notion that the earth is revolving around the sun rather than the other way round, profound though this revelation was, in what way did it change our daily life? Do you really have to know this piece of information to live your life? This irrelevance of such profound facts and theories bothered scientists like Richard Feynman.

What kind of advice or recommendations would you give to someone who is interested in philosophy, and who would like to start learning more about it?

I started my path toward philosophy via physics. I think philosophy by itself is too detached from anything else that you cannot really start with it. You have to find your way toward it from whatever your work entails, and then expand from there. Au moins, that’s how I did it, and that way made it very real. When you ask yourself a question like what is space (so that you can understand what it means to say that space contracts, par exemple), the answers you get are very relevant. They are not some philosophical gibberish. I think similar paths to relevance exist in all fields. See for example how Pirsig brought out the notion of quality in his work, not as an abstract definition, but as an all-consuming (and eventually dangerous) obsession.

À mon avis, philosophy is a wrapper around multiple silos of human endeavor. It helps you see the links among seemingly unrelated fields, such as cognitive neuroscience and special relativity. Of what practical use is this knowledge, I cannot tell you. Puis à nouveau, of what practical use is life itself?

L'Unreal Univers

Nous savons que notre univers est un peu irréel. Les étoiles que nous voyons dans le ciel de nuit, par exemple, ne sont pas vraiment là. Ils ont déménagé ou sont même morts au moment où nous arrivons à les voir. Il faut du temps pour voyager léger des étoiles et des galaxies lointaines pour nous rejoindre. Nous savons de ce retard. Le soleil que nous voyons maintenant est déjà huit minutes vieux au moment où nous voyons, qui est pas une grosse affaire. Si nous voulons savoir ce qui se passe au soleil en ce moment, tout ce que nous avons à faire est d'attendre huit minutes. Toutefois, nous devons “correct” pour le retard dans la perception du fait de la vitesse finie de la lumière avant que nous pouvons faire confiance à ce que nous voyons.

Maintenant, cet effet soulève une question intéressante — ce qui est le “réel” chose que nous voyons? Si voir c'est croire, les choses que nous voyons devrait être la chose réelle. Puis à nouveau, nous savons de l'effet du temps de Voyage lumière. Donc, nous devrions corriger ce que nous voyons avant de croire qu'il. Qu'est-ce donc fait “vue” signifier? Lorsque nous disons que nous voyons quelque chose, Qu'entendons-nous vraiment?

Voir implique la lumière, évidemment. Il est fini (quoique très élevé) vitesse d'influences de la lumière et déforme la façon dont nous voyons les choses, comme le retard à voir des objets comme des étoiles. Ce qui est surprenant (et rarement mis en évidence) est que lorsqu'il est question de voir les objets en mouvement, nous ne pouvons pas rétro-calculer de la même façon dont nous prenons le retard en voyant le soleil. Si nous voyons un corps céleste se déplaçant à une vitesse incroyablement élevée, nous ne pouvons pas comprendre comment rapide et dans quelle direction il est “vraiment” déplacer sans faire d'autres hypothèses. Une façon de faire cette difficulté est d'attribuer les distorsions dans la perception des propriétés fondamentales de l'arène de la physique — l'espace et le temps. Un autre cours de l'action est d'accepter la déconnexion entre notre perception et le sous-jacent “réalité” et de traiter avec elle d'une certaine façon.

Ce décalage entre ce que nous voyons et ce qui est là-bas n'est pas inconnu à de nombreuses écoles de pensée philosophiques. Phénoménalisme, par exemple, Considère que l'espace et le temps ne sont pas des réalités objectives. Ils ne sont que le support de notre perception. Tous les phénomènes qui se produisent dans l'espace et le temps sont regroupe simplement de notre perception. En d'autres termes, espace et le temps sont des constructions cognitives découlant de la perception. Ainsi, toutes les propriétés physiques que nous attribuons à l'espace et le temps ne peuvent s'appliquer à la réalité phénoménale (la réalité que nous sentons). La réalité nouménal (qui détient les causes physiques de notre perception), en revanche, reste hors de notre portée cognitive.

Un, presque accidentelle, difficulté à redéfinir les effets de la vitesse finie de la lumière que les propriétés de l'espace et le temps, c'est que tout effet que nous ne comprenons obtient instantanément relégué à la sphère d'illusions d'optique. Par exemple, le délai de huit minutes en voyant le soleil, parce que nous pouvons facilement comprendre et dissocier de notre perception en utilisant l'arithmétique simple, est considéré comme une simple illusion d'optique. Cependant, les distorsions dans notre perception des objets en mouvement rapide, bien que provenant de la même source sont considérés comme une propriété de l'espace et du temps, car ils sont plus complexes. À un certain point, nous devons venir à accepter le fait que quand il s'agit de voir l'univers, il n'y a pas une telle chose comme une illusion d'optique, qui est probablement ce que Goethe a fait remarquer quand il a dit, “Illusion d'optique est la vérité optique.”

More about The Unreal UniverseLa distinction (ou l'absence de) entre illusion d'optique et de la vérité est une des plus anciennes débats en philosophie. Après tout, il s'agit de la distinction entre la connaissance et la réalité. La connaissance est considérée comme notre point de vue à propos de quelque chose qui, en réalité, est “effectivement le cas.” En d'autres termes, la connaissance est une réflexion, ou une image mentale de quelque chose d'extérieur. Dans cette image, la réalité externe passe par un processus de devenir notre connaissance, qui comprend la perception, activités cognitives, et l'exercice de la raison pure. Telle est l'image que la physique a fini par accepter. Tout en reconnaissant que notre perception peut être imparfaite, physique suppose que nous pouvons nous rapprocher et plus proche de la réalité extérieure à travers l'expérimentation de plus en plus fine, et, plus important encore, grâce à une meilleure théorisation. Les théories spéciales et de la relativité générale sont des exemples d'applications brillantes de ce point de vue de la réalité où les principes physiques simples sont poursuivis sans relâche à l'aide de la formidable machine de la raison pure de leurs conclusions logiquement inévitables.

Mais il est un autre, point de vue opposé de la connaissance et de la réalité qui a été autour depuis longtemps. C'est le point de vue que ce qui concerne la réalité perçue comme une représentation cognitive interne de nos entrées sensorielles. Dans ce point de vue, connaissance et la réalité perçue sont deux constructions cognitives internes, bien que nous en sommes venus à les considérer comme séparé. Ce qui est externe n'est pas la réalité telle que nous la percevons, mais une entité inconnaissable donnant lieu à des causes physiques à l'origine des entrées sensorielles. Dans cette école de pensée, nous construisons notre réalité en deux, se chevauchent souvent, mesures. La première étape consiste en la détection de processus, et le second est celui de raisonnement logique et cognitif. Nous pouvons appliquer cette vision de la réalité et de la connaissance à la science, mais pour le faire, nous devons deviner la nature de la réalité absolue, inconnaissable comme il est.

Les ramifications de ces deux positions philosophiques différentes décrites ci-dessus sont énormes. Depuis la physique moderne a adopté une démarche non-phénoménologique de l'espace et le temps, elle se trouve en contradiction avec cette branche de la philosophie. Ce gouffre entre la philosophie et la physique a augmenté à un point tel que le prix Nobel physicien gagner, Steven Weinberg, demandé (dans son livre “Rêves d'une théorie finale”) pourquoi la contribution de la philosophie à la physique ont été aussi étonnamment faible. Il invite aussi des philosophes de faire des déclarations comme, “La réalité nouménal si 'provoque réalité phénoménale’ ou si la «réalité noumène est indépendant de notre détection il’ ou si «on sent la réalité nouménal,’ le problème reste que le concept de réalité noumène est un concept totalement redondante pour l'analyse de la science.”

Du point de vue de la neuroscience cognitive, tout ce que nous voyons, sens, sentir et de penser est le résultat des interconnexions neuronales dans le cerveau et les minuscules signaux électriques dans les. Ce point de vue doit être droit. Quoi d'autre est là? Toutes nos pensées et inquiétudes, connaissances et croyances, moi et la réalité, la vie et la mort — tout est simplement tirs neuronales dans l'un et demi de kilogrammes gluant, matière grise que nous appelons notre cerveau. Il n'y a rien d'autre. Rien!

En fait, ce point de vue de la réalité en neurosciences est un écho exact de phénoménalisme, qui considère tout un faisceau de perception ou mentales constructions. Espace et le temps sont également des constructions cognitives de notre cerveau, comme tout le reste. Ils sont des images mentales nos cerveaux concoctent sur les entrées sensorielles que nos sens perçoivent. Produite à partir de notre perception sensorielle et fabriqué par notre processus cognitif, le continuum espace-temps est le domaine de la physique. De tous nos sens, vue est de loin la dominante. L'entrée sensorielle à la vue de la lumière. Dans un espace créé par le cerveau de la lumière tombant sur les rétines (ou sur la photo capteurs du télescope Hubble), est-ce une surprise que rien ne peut voyager plus vite que la lumière?

Cette prise de position philosophique est la base de mon livre, L'Unreal Univers, qui explore les points communs physique et la philosophie de liaison. Ces réflexions philosophiques obtiennent habituellement une mauvaise réputation de nous physiciens. Pour les physiciens, la philosophie est un domaine tout à fait différent, un autre silo de connaissances, qui détient aucun intérêt pour leurs efforts. Nous devons changer cette croyance et apprécions le chevauchement entre les différents silos de connaissances. C'est dans ce chevauchement que nous pouvons nous attendre à trouver de grandes percées dans la pensée humaine.

La torsion de cette histoire de la lumière et la réalité est que nous semblons avoir connu tout cela pendant une longue période. Écoles philosophiques classiques semblent avoir pensé le long des lignes très semblables à des raisonnements d'Einstein. Le rôle de la lumière dans la création de notre réalité ou l'univers est au cœur de la pensée religieuse occidentale. Un univers dépourvu de lumière n'est pas simplement un monde où vous avez éteint les lumières. Il est en effet un univers dépourvu de lui-même, un univers qui n'existe pas. C'est dans ce contexte que nous devons comprendre la sagesse derrière la déclaration que “la terre était sans forme, et non avenu” jusqu'à ce que Dieu a fait la lumière soit, en disant “Que la lumière soit.”

Le Coran dit aussi, “Allah est la lumière des cieux et de la terre,” qui se reflète dans l'un des anciens écrits hindous: “Conduis-moi de l'obscurité à la lumière, Conduis-moi de l'irréel au réel.” Le rôle de la lumière en nous tenant du vide irréel (le néant) à une réalité a été bien compris depuis longtemps, longtemps. Est-il possible que les saints et les prophètes anciens savaient des choses que nous commençons seulement maintenant à découvrir avec tous nos progrès supposés de connaissances?

Je sais que je peux se précipiter là où les anges craignent de marcher, pour réinterpréter les Écritures est un jeu dangereux. Ces interprétations étrangers sont rarement les bienvenus dans les cercles théologiques. Mais je me réfugie dans le fait que je suis à la recherche d'approbation dans les vues métaphysiques de philosophies spirituelles, sans diminuer leur valeur mystique et théologique.

Les parallèles entre la distinction noumène-phénoménale dans phénoménalisme et la Brahman-Maya distinction Advaita sont difficiles à ignorer. Cette sagesse éprouvée par le temps sur la nature de la réalité du répertoire de la spiritualité est maintenant réinventé en neurosciences modernes, qui traite la réalité comme une représentation cognitive créée par le cerveau. Le cerveau utilise les entrées sensorielles, mémoire, conscience, et même langue comme ingrédients dans concocter notre sens de la réalité. Ce point de vue de la réalité, cependant, est quelque chose de physique est encore à se réconcilier avec. Mais dans la mesure où son arène (l'espace et le temps) est une partie de la réalité, la physique n'est pas à l'abri de la philosophie.

Comme nous poussons les limites de nos connaissances de plus en plus, nous commençons à découvrir les interconnexions insoupçonnés et souvent surprenantes entre les différentes branches d'efforts humains. Dans l'analyse finale, la façon dont les divers domaines de la connaissance peuvent être indépendants les uns des autres quand toutes nos connaissances réside dans notre cerveau? La connaissance est une représentation cognitive de nos expériences. Mais alors, il en est de la réalité; il est une représentation cognitive de nos entrées sensorielles. C'est une erreur de penser que la connaissance est notre représentation interne d'une réalité extérieure, et donc distincte de lui. Connaissance et la réalité sont deux constructions cognitives internes, bien que nous en sommes venus à les considérer comme séparé.

Reconnaissant et en utilisant des interconnexions entre les différents domaines de l'activité humaine peut être le catalyseur pour la prochaine percée dans notre sagesse collective que nous avons attendu.

Un demi-seau d'eau

Nous avons tous voir et sentir l'espace, mais ce qui est vraiment? L'espace est une de ces choses fondamentales qu'un philosophe peut envisager une “intuition.” Lorsque philosophes regardent rien, ils obtiennent un peu technique. Est-espace relationnel, comme dans l', défini en termes de relations entre les objets? Une entité relationnelle est comme votre famille — vous avez vos parents, frères et sœurs, époux, enfants etc. formant ce que vous considérez votre famille. Mais votre famille elle-même ne est pas une entité physique, mais seulement un ensemble de relations. L'espace est aussi quelque chose comme ça? Ou est-il plus comme un conteneur physique où les objets résident et font leur chose?

Vous pouvez considérer la distinction entre les deux juste un autre de ces hairsplittings philosophiques, mais il ne est vraiment pas. Quel espace est, et même ce type d'espace d'entité est, a d'énormes implications en physique. Par exemple, se il est de nature relationnelle, puis, en l'absence de la matière, il n'y a pas d'espace. Tout comme en l'absence de membres de sa famille, vous avez pas de famille. D'autre part, si ce est une entité de type conteneur, l'espace existe même si vous enlevez toutes les matières, attendre un peu de matière à comparaître.

Et alors, vous demandez? Bien, nous allons jeter un demi-seau d'eau et de spin autour. Une fois l'eau dans les captures sur, sa surface se former une forme parabolique — vous savez, force centrifuge, pesanteur, la tension superficielle et que toutes. Maintenant, arrêter le seau, et tourner tout l'univers autour de lui à la place. Je sais, il est plus difficile. Mais imaginez que vous le faites. Sera la surface de l'eau est parabolique? Je pense que ce sera, parce qu'il n'y a pas beaucoup de différence entre le tournant de seau ou tout l'univers tourner autour d'elle.

Maintenant, imaginons que nous vidons l'univers. Il n'y a rien, mais ce seau à moitié plein. Maintenant, il tourne autour. Qu'advient-il de la surface de l'eau? Si l'espace est relationnelle, en l'absence de l'univers, il n'y a pas d'espace à l'extérieur du godet et il n'y a aucun moyen de savoir qu'il est en rotation. surface de l'eau doit être plat. (En fait, il devrait être sphérique, mais ils ignorent que, pour une seconde.) Et si l'espace est semblable à un conteneur, le seau de filature devrait se traduire par une surface parabolique.

Bien sûr, nous ne avons aucun moyen de savoir de quelle manière il va être parce que nous ne avons aucun moyen de vider l'univers et filer un seau. Mais cela ne nous empêche pas de deviner la nature de l'espace et de la construction de théories fondées sur elle. L'espace de Newton est semblable à un conteneur, tout en leur cœur, Les théories d'Einstein ont une notion relationnelle de l'espace.

Si, vous voyez, La philosophie ne importe.

L'Unreal Univers – Evalué

The Straits Times

pback-cover (17K)Le journal national de Singapour, le Straits Times, Laudes le style lisible et la conversation utilisé dans L'Unreal Univers et il recommande à tous ceux qui veulent en apprendre davantage sur la vie, l'univers et tout.

Wendy Lochner

Appel L'Unreal Univers une bonne lecture, Wendy dit, “Il est bien écrit, très claire à suivre pour le non-spécialiste.”

Bobbie Noël

Décrivant L'Unreal Univers comme “un tel livre perspicace et intelligent,” Bobbie dit, “Un livre pour penser laïcs, ce lisible, matière à réflexion travail offre une nouvelle perspective sur notre définition de la réalité.”

M. S. Chandramouli

M. S. Chandramouli diplômé de l'Indian Institute of Technology, Madras 1966 et par la suite a fait son MBA de l'Indian Institute of Management, Ahmedabad. Après une carrière de direction en Inde et en Europe couvrant certaines 28 ans, il a fondé Surya International en Belgique à travers lequel il propose désormais le développement des affaires et des services de marketing industriels.

Voici ce qu'il dit à propos de L'Unreal Univers:

“Le livre a une disposition très agréable, avec la taille de la police et de droit interligne et la densité contenu correct. Grand effort pour un livre auto-édité!”

“L'impact de l'ouvrage est kaléidoscopique. Les tendances dans l'esprit d'un lecteur (mien, c'est) déplacé et se ré-arrangé avec un «bruissement’ plus d'une fois.””Le style d'écriture de l'auteur est remarquablement à égale distance de la prose ampoulée des Indiens d'écriture sur la philosophie ou de la religion et de la nous-je-sais-tout le style des auteurs occidentaux sur la philosophie des sciences.”

“Il est une sorte de cosmique, background 'Eureka!’ qui semble imprégner l'ensemble du livre. Sa thèse centrale sur la différence entre la réalité perçue et réalité absolue est une idée attendre à fleurir dans un million d'esprits.”

“Le test sur la «émotivité de la Foi,’ Page 171, était remarquable prescience; il a travaillé pour moi!”

“Je ne suis pas sûr que la première partie, qui est essentiellement descriptive et philosophique, assis confortablement à la deuxième partie avec son physique bien argumentée; si et quand l'auteur est sur son chemin pour gagner l'argument, il peut vouloir se pencher sur trois différentes catégories de lecteurs – les laïques, mais intelligents qui ont besoin d'un certain degré de «traduction,’ le spécialiste non-physicien, et les philosophes de physicien. La segmentation du marché est la clé du succès.”

“Je pense que ce livre doit être lu largement. Je fais une petite tentative de le brancher en copiant ce à mes amis proches.”

Steven Bryant

Steven est un vice-président des services de consultation pour Logic Primitive, un premier ministre Systems Integrator régional situé à San Francisco, Californie. Il est l'auteur de La relativité Défi.

“Manoj considère la science comme un seul élément dans l'image de la vie. La science ne définit pas la vie. Mais les couleurs de la vie dont nous comprenons la science. Il défie tous les lecteurs à repenser leurs systèmes croire, à remettre en question ce qu'ils pensaient était réel, demander “Pourquoi”? Il nous demande d'enlever notre “des lunettes roses” et débloquer de nouvelles façons de vivre et de comprendre la vie. Ce travail de pensée provoquant devrait être une lecture obligatoire pour quiconque de se lancer dans une nouvelle aventure scientifique.”

“Le traitement de Manoj du temps est très stimulante. Bien que chacune de nos autres sens – vue, son, odeur, goût et le toucher – sont multi-dimensionnelle, le temps semble être unidimensionnelle. Comprendre l'interaction de temps avec nos autres sens est un puzzle très intéressant. Il ouvre également la porte à des possibilités d'existence d'autres phénomènes au-delà de notre gamme sensorielle de savoir.”

“Manoj du transmet une profonde compréhension de l'interaction de notre physique, systèmes de croyances humaines, perceptions, expériences, et même nos langues, sur la façon dont nous nous approchons de la découverte scientifique. Son travail vous mettra au défi de repenser ce que vous pensez que vous savez est vrai.”

“Manoj offre une perspective unique sur la science, perception, et la réalité. La prise de conscience que la science ne conduit pas à la perception, mais la perception conduit à la science, est la clé pour comprendre que tous les scientifiques “des faits” sont ouverts pour ré-exploration. Ce livre est extrêmement pensée provoquant et défie chaque lecteur la question leurs propres croyances.”

“Manoj approche de la physique dans une perspective holistique. La physique ne se produit pas dans l'isolement, mais est définie en termes de nos expériences – à la fois scientifique et spirituelle. Comme vous explorer son livre vous défier vos propres croyances et élargir vos horizons.”

Blogs et trouvé en ligne

Du Blog De l'autre côté du miroir

“Ce livre est considérablement différent des autres livres dans son approche de philosophie et la physique. Il contient de nombreux exemples pratiques sur les implications profondes de notre point de vue philosophique sur la physique, particulièrement l'astrophysique et la physique des particules. Chaque démonstration est livré avec un appendice mathématique, qui comprend une dérivation plus rigoureuse et plus d'explications. Le livre encore rênes dans diverses branches de la philosophie (e.g. penser à la fois de l'Orient et l'Occident, et à la fois la période classique et moderne de la philosophie contemporaine). Et il est gratifiant de savoir que toutes les mathématiques et la physique utilisés dans le livre sont très compréhensible, et, heureusement, pas de diplôme niveau. Cela permet de rendre beaucoup plus facile d'apprécier le livre.”

Du Pages Hub

Se faisant appeler “Un examen honnête de L'Unreal Univers,” cette revue, ressemble à celle utilisée dans le Straits Times.

Je me suis un peu de commentaires de mes lecteurs par courrier électronique et forums en ligne. Je les ai compilé avis comme anonymes dans la page suivante de ce post.

Cliquez sur le lien ci-dessous pour visiter la deuxième page.

The Big Bang Theory – Partie II

Après avoir lu un papier en Ashtekar sur la gravité quantique et penser, Je ai réalisé ce que mon problème avec la théorie du Big Bang était. Il est plus sur les hypothèses fondamentales que les détails. Je pensais que je résumerais mes pensées ici, plus pour mon propre bénéfice que quiconque est.

Les théories classiques (y compris SR et QM) espace régal comme néant continue; d'où le terme continuum espace-temps. Dans ce point de vue, objets existent dans l'espace continu et interagissent les uns avec les autres en temps continu.

Bien que cette notion de continuum espace de temps est intuitivement attrayante, il est, au mieux, incomplet. Envisager, par exemple, un corps tourner dans le vide. On se attend à faire l'expérience de la force centrifuge. Imaginons maintenant que le corps est fixe et l'ensemble de l'espace est en rotation autour d'elle. Sera-ce l'expérience de toute la force centrifuge?

Il est difficile de voir pourquoi il y aurait une force centrifuge si l'espace est vide néant.

GR a introduit un changement de paradigme par gravité codant dans l'espace-temps rendant ainsi de nature dynamique, plutôt que le néant vide. Ainsi, masse se empêtré dans l'espace (et le temps), l'espace devient synonyme de l'univers, et la question du corps de filature devient facile de répondre. Oui, il connaîtra la force centrifuge si ce est l'univers qui tourne autour de lui, car il est équivalent à la rotation du corps. Et, needs a context, il ne sera pas, si elle est dans l'espace juste vide. Mais “vide” ne existe pas. En l'absence de masse, il n'y a pas géométrie de l'espace-temps.

Si, naturellement, avant le Big Bang (se il y avait une), il ne pouvait y avoir d'espace, ni d'ailleurs ne pouvait y avoir aucune “avant.” Remarque, cependant, que le papier Ashtekar ne indique pas clairement pourquoi il devait y avoir un big bang. Le plus proche qu'il obtient est que la nécessité de BB découle de l'encodage de gravité dans l'espace-temps dans GR. Malgré ce codage de gravité et rendant ainsi l'espace-temps dynamique, GR traite toujours l'espace-temps comme un continuum lisse — une faille, selon Ashtekar, QG qui rectifiera.

Maintenant, si nous acceptons que l'univers a commencé avec un big bang (et d'une petite région), nous devons tenir compte des effets quantiques. L'espace-temps doit être quantifié et la seule bonne façon de le faire serait par gravité quantique. Grâce QG, nous nous attendons à éviter la singularité du Big Bang GR, de la même façon QM résolu le problème de l'énergie sans limite de l'état fondamental de l'atome d'hydrogène.

Ce que je ai décrit ci-dessus est ce que je crois être les arguments physiques derrière la cosmologie moderne. Le reste est un édifice mathématique construit en haut de cette physique (voire philosophique) fondation. Si vous ne avez pas d'idées bien arrêtées sur le fondement philosophique (ou si vos points de vue soient compatibles avec elle), vous pouvez accepter BB sans difficulté. Malheureusement, Je ne ai vues divergentes.

Mon point de vue se articulent autour des questions suivantes.

Ces postes peuvent sembler rêveries philosophiques inutiles, mais je ai du béton (et à mon avis, important) résultats, énumérés ci-dessous.

Il ya beaucoup plus de travail à faire sur ce front. Mais pour les deux prochaines années, avec mon nouveau contrat de livre et des pressions de ma carrière quant, Je ne aurai pas assez de temps pour étudier GR et de la cosmologie avec le sérieux qu'elles méritent. Je espère revenir à eux une fois la phase actuelle de propagation moi-même passe trop minces.

Voyage dans le Temps légers effets et fonctionnalités cosmologiques

This unpublished article is a sequel to my earlier paper (also posted here as “Sont des sources radio et Gamma Ray Bursts Luminal Booms?“). Cette version de blog contient le résumé, introduction et conclusions. La version complète de l'article est disponible sous forme de fichier PDF.

.

Résumé

Light travel time effects (LTT) are an optical manifestation of the finite speed of light. They can also be considered perceptual constraints to the cognitive picture of space and time. Based on this interpretation of LTT effects, we recently presented a new hypothetical model for the temporal and spatial variation of the spectrum of Gamma Ray Bursts (GRB) and radio sources. Dans cet article,, we take the analysis further and show that LTT effects can provide a good framework to describe such cosmological features as the redshift observation of an expanding universe, and the cosmic microwave background radiation. The unification of these seemingly distinct phenomena at vastly different length and time scales, avec sa simplicité conceptuelle, can be regarded as indicators of the curious usefulness of this framework, if not its validity.

Introduction

The finite speed of light plays an important part in how we perceive distance and speed. This fact should hardly come as a surprise because we do know that things are not as we see them. The sun that we see, par exemple, is already eight minutes old by the time we see it. This delay is trivial; si nous voulons savoir ce qui se passe sur le soleil maintenant, tout ce que nous avons à faire est d'attendre huit minutes. Nous, nonetheless, have to “correct” for this distortion in our perception due to the finite speed of light before we can trust what we see.

Ce qui est surprenant (et rarement mis en évidence) est que quand il s'agit de détecter le mouvement, nous ne pouvons pas rétro-calculer de la même façon dont nous prenons le retard en voyant le soleil. Si nous voyons un corps céleste se déplaçant à une vitesse incroyablement élevée, nous ne pouvons pas comprendre comment rapide et dans quelle direction il est “vraiment” déplacer sans faire d'autres hypothèses. One way of handling this difficulty is to ascribe the distortions in our perception of motion to the fundamental properties of the arena of physics — l'espace et le temps. Un autre cours de l'action est d'accepter la déconnexion entre notre perception et le sous-jacent “réalité” et de traiter avec elle d'une certaine façon.

Exploring the second option, we assume an underlying reality that gives rise to our perceived picture. We further model this underlying reality as obeying classical mechanics, and work out our perceived picture through the apparatus of perception. En d'autres termes, we do not attribute the manifestations of the finite speed of light to the properties of the underlying reality. Plutôt, we work out our perceived picture that this model predicts and verify whether the properties we do observe can originate from this perceptual constraint.

Espace, the objects in it, and their motion are, dans l'ensemble, the product of optical perception. One tends to take it for granted that perception arises from reality as one perceives it. Dans cet article,, we take the position that what we perceive is an incomplete or distorted picture of an underlying reality. Further, we are trying out classical mechanics for the the underlying reality (for which we use terms like absolute, noumenal or physical reality) that does cause our perception to see if it fits with our perceived picture (which we may refer to as sensed or phenomenal reality).

Note that we are not implying that the manifestations of perception are mere delusions. They are not; they are indeed part of our sensed reality because reality is an end result of perception. This insight may be behind Goethe’s famous statement, “Illusion d'optique est la vérité optique.”

We applied this line of thinking to a physics problem recently. We looked at the spectral evolution of a GRB and found it to be remarkably similar to that in a sonic boom. Using this fact, we presented a model for GRB as our perception of a “luminale” boom, with the understanding that it is our perceived picture of reality that obeys Lorentz invariance and our model for the underlying reality (causing the perceived picture) may violate relativistic physics. The striking agreement between the model and the observed features, cependant, extended beyond GRBs to symmetric radio sources, which can also be regarded as perceptual effects of hypothetical luminal booms.

Dans cet article,, we look at other implications of the model. We start with the similarities between the light travel time (LTT) effects and the coordinate transformation in Special Relativity (SR). These similarities are hardly surprising because SR is derived partly based on LTT effects. We then propose an interpretation of SR as a formalization of LTT effects and study a few observed cosmological phenomena in the light of this interpretation.

Similarities between Light Travel Time Effects and SR

Special relativity seeks a linear coordinate transformation between coordinate systems in motion with respect to each other. We can trace the origin of linearity to a hidden assumption on the nature of space and time built into SR, comme l'a dit Einstein: “En premier lieu, il est clair que les équations doivent être linéaire en raison des propriétés d'homogénéité que nous attribuons à l'espace et le temps.” En raison de cette hypothèse de linéarité, the original derivation of the transformation equations ignores the asymmetry between approaching and receding objects. Tant l'approche et les objets recul peut être décrite par deux systèmes qui sont toujours s'éloigne de l'autre coordonnée. Par exemple, si un système K se déplace par rapport à un autre système k le long de l'axe X positif de k, alors un objet au repos dans K à un positif x is receding while another object at a negative x est l'approche d'un observateur à l'origine de k.

The coordinate transformation in Einstein’s original paper is derived, en partie, a manifestation of the light travel time (LTT) effects and the consequence of imposing the constancy of light speed in all inertial frames. Ceci est particulièrement évident dans la première expérience de pensée, where observers moving with a rod find their clocks not synchronized due to the difference in light travel times along the length of the rod. Cependant, in the current interpretation of SR, la transformation de coordonnées est considéré comme une propriété fondamentale de l'espace et le temps.

One difficulty that arises from this interpretation of SR is that the definition of the relative velocity between the two inertial frames becomes ambiguous. S'il s'agit de la vitesse de la structure mobile, telle que mesurée par l'observateur, then the observed superluminal motion in radio jets starting from the core region becomes a violation of SR. If it is a velocity that we have to deduce by considering LT effects, then we have to employ the extra ad-hoc assumption that superluminality is forbidden. These difficulties suggest that it may be better to disentangle the light travel time effects from the rest of SR.

In this section, nous allons considérer l'espace et du temps dans le cadre du modèle cognitif créé par le cerveau, and argue that special relativity applies to the cognitive model. La réalité absolue (of which the SR-like space-time is our perception) does not have to obey the restrictions of SR. En particulier, les objets ne sont pas limités à des vitesses Subluminal, but they may appear to us as though they are restricted to subluminal speeds in our perception of space and time. If we disentangle LTT effects from the rest of SR, nous pouvons comprendre un large éventail de phénomènes, as we shall see in this article.

Unlike SR, considérations fondées sur les effets LTT entraînent ensemble intrinsèquement différente des lois de transformation des objets qui s'approchent un observateur et ceux qui s'éloignent de lui. Plus généralement, la transformation dépend de l'angle entre la vitesse de l'objet et le champ de vision de l'observateur,. Depuis les équations de transformation basé sur les effets LTT traitent l'approche et le recul des objets asymétrique, ils offrent une solution naturelle pour le paradoxe des jumeaux, par exemple.

Conclusions

Parce que l'espace et le temps sont une partie d'une réalité créée des apports de lumière à nos yeux, certaines de leurs propriétés sont des manifestations d'effets LTT, en particulier sur notre perception du mouvement. L'absolu, physical reality presumably generating the light inputs does not have to obey the properties we ascribe to our perceived space and time.

We showed that LTT effects are qualitatively identical to those of SR, noting that SR only considers frames of reference receding from each other. This similarity is not surprising because the coordinate transformation in SR is derived based partly on LTT effects, et en partie sur le principe que la lumière se déplace à la même vitesse par rapport à toutes les trames d'inertie. En le traitant comme une manifestation de LTT, we did not address the primary motivation of SR, qui est une formulation covariante des équations de Maxwell. Il peut être possible d'isoler la covariance de l'électrodynamique de la transformation de coordonnées, bien qu'il ne soit pas tenté dans cet article.

Unlike SR, LTT effets sont asymétriques. Cette asymétrie fournit une résolution au paradoxe des jumeaux et une interprétation des violations présumées de causalité associé à superluminality. En outre, la perception de superluminality est modulée par les effets LTT, and explains gamma ray bursts and symmetric jets. Comme nous l'avons montré dans l'article, perception of superluminal motion also holds an explanation for cosmological phenomena like the expansion of the universe and cosmic microwave background radiation. LTT effets doivent être considérés comme une contrainte fondamentale dans notre perception, et par conséquent, en physique, plutôt que comme une explication commode pour des phénomènes isolés.

Étant donné que notre perception est filtré à travers des effets LTT, nous devons les déconvolution de notre réalité perçue afin de comprendre la nature de l'absolu, la réalité physique. Cette déconvolution, cependant, résultats dans de multiples solutions. Ainsi, l'absolu, la réalité physique est hors de notre portée, et toute supposé propriétés de la réalité absolue ne peuvent être validées par la façon dont la résultante perçue la réalité est d'accord avec nos observations. Dans cet article,, we assumed that the underlying reality obeys our intuitively obvious classical mechanics and asked the question how such a reality would be perceived when filtered through light travel time effects. Nous avons démontré que ce traitement particulier pourrait expliquer certains phénomènes astrophysiques et cosmologiques que nous observons.

The coordinate transformation in SR can be viewed as a redefinition of space and time (ou, plus généralement,, réalité) in order to accommodate the distortions in our perception of motion due to light travel time effects. One may be tempted to argue that SR applies to the “réel” l'espace et le temps, pas notre perception. Cette argumentation peut se poser la question, ce qui est réel? Reality is only a cognitive model created in our brain starting from our sensory inputs, stimuli visuels étant la plus importante. Espace lui-même est une partie de ce modèle cognitif. Les propriétés de l'espace sont une cartographie des contraintes de notre perception.

The choice of accepting our perception as a true image of reality and redefining space and time as described in special relativity indeed amounts to a philosophical choice. The alternative presented in the article is inspired by the view in modern neuroscience that reality is a cognitive model in the brain based on our sensory inputs. Adoption de cette option nous réduit à deviner la nature de la réalité absolue et en comparant sa projection prédit à notre perception réelle. It may simplify and elucidate some theories in physics and explain some puzzling phenomena in our universe. Cependant, cette option est encore une autre position philosophique contre la réalité absolue inconnaissable.

Sont des sources radio et Gamma Ray Bursts Luminal Booms?

Cet article a été publié dans l'International Journal of Modern Physics D (IJMP–Ré) dans 2007. Il est vite devenu l' Top Consulté article de la revue par Jan 2008.

Bien qu'il puisse sembler comme un article de la physique de noyau dur, il s'agit en fait d'une application de la perspicacité philosophique imprègne ce blog et mon livre.

Cette version de blog contient le résumé, introduction et conclusions. La version complète de l'article est disponible sous forme de fichier PDF.

Journal de référence: IJMP-D complet. 16, Needs a context. 6 (2007) pp. 983–1000.

.

Résumé

L'assouplissement de la rémanence GRB similitudes remarquables à l'évolution de la fréquence dans un bang sonique. A l'extrémité avant de la bôme cône sonore, la fréquence est infinie, un peu comme une rafale Gamma Ray (GRB). L'intérieur du cône, la fréquence diminue rapidement à des plages infrasonores et la source de son apparaît à deux endroits en même temps, imitant les sources radio doubles lobes. Bien que “luminale” essor viole l'invariance de Lorentz et est donc interdit, il est tentant de travailler sur les détails et les comparer avec les données existantes. Cette tentation est encore renforcée par la superluminality observée dans les objets célestes associés à des sources de radio et de certains sursauts gamma. Dans cet article,, nous calculons la variation temporelle et spatiale des fréquences observées à partir d'une rampe d'luminale hypothétique et montrons remarquable similitude entre nos calculs et observations actuels.

Introduction

Un bang sonique est créé quand un objet émettant des sons traverse le milieu plus vite que la vitesse du son dans ce milieu. Comme l'objet traverse le milieu, il émet le son crée un front d'onde conique, comme le montre la Figure 1. La fréquence du son à ce front d'onde est infini en raison de l'effet Doppler. La fréquence derrière le front d'onde conique diminue considérablement et atteint la plage des infrasons bientôt. Cette évolution de la fréquence est remarquablement similaire à la rémanence évolution d'une salve de rayons gamma (GRB).

Sonic Boom
Figure 1:. L'évolution de la fréquence des ondes sonores par suite de l'effet Doppler en mouvement supersonique. Le supersonique objet S se déplace le long de la flèche. Les ondes sonores sont "inversés" en raison du mouvement, de sorte que les ondes émises en deux points différents dans la fusion de la trajectoire et peut atteindre l'observateur (à O) à la fois. Lorsque le front d'onde atteint l'observateur, la fréquence est infini. Après cela, la fréquence diminue rapidement.

Sursauts gamma sont très brèves, mais intenses bouffées de \gamma rayons dans le ciel, une durée de quelques millisecondes à plusieurs minutes, et sont actuellement cru émaner de effondrements cataclysmiques stellaires. Les clignotements courts (les émissions rapides) sont suivis d'un rémanence des énergies progressivement plus doux. Ainsi, la première \gamma rayons sont rapidement remplacées par des rayons X, la lumière et des ondes de même fréquence radio. Ce ramollissement du spectre est connu depuis un certain temps, et a été décrite pour la première en utilisant une hypernova (boule de feu) modèle. Dans ce modèle,, une boule de feu en expansion relativiste produit le \gamma émission, et le spectre adoucit comme la boule de feu se refroidit. Le modèle calcule l'énergie libérée dans le \gamma région 10^ {53}10^ {54} ergs en quelques secondes. Cette production d'énergie est semblable à environ 1000 fois de l'énergie totale libérée par le soleil sur toute sa durée de vie.

Plus récemment, une décroissance inverse de l'énergie de pointe en faisant varier la constante de temps a été utilisé de façon empirique en fonction de l'évolution temporelle de l'énergie observée de crête en utilisant un modèle de collapsar. Selon ce modèle,, Les sursauts gamma sont produits lorsque l'énergie de flux hautement relativistes dans effondrements stellaires se dissipent, avec les jets de rayonnement résultant inclinés correctement par rapport à notre ligne de mire. Le modèle de collapsar estime une production d'énergie plus faible parce que la libération de l'énergie n'est pas isotrope, mais on concentre le long des jets. Cependant, le taux d'événements collapsar doit être corrigé pour la fraction de l'angle solide dans lequel les jets de rayonnement peuvent apparaître comme GRB. Les sursauts gamma sont observés à peu près au rythme d'une fois par jour. Ainsi, le taux prévu des événements cataclysmiques alimentant les sursauts gamma est de l'ordre de 10^410^6 par jour. En raison de cette relation inverse entre le taux et le rendement énergétique d'environ, l'énergie totale libérée par observé GRB reste le même.

Si nous pensons à un GRB comme un effet semblable à la détonation en mouvement supersonique, l'exigence d'énergie cataclysmique supposé devient superflu. Une autre caractéristique de notre perception de l'objet supersonique, c'est que nous entendons de la source sonore à deux endroit différent que le même temps, comme illustré sur la Figure 2. Ce curieux effet a lieu parce que les ondes sonores émises en deux points différents dans la trajectoire de l'objet supersonique atteignent l'observateur au même instant dans le temps. Le résultat de cet effet final est la perception d'une paire symétrique de recul de sources sonores, qui, dans le monde luminale, C'est une bonne description des sources de radio symétriques (Source de radio Double Associé à Galactic Nucleus ou DRAGN).

superluminality
Figure 2:. L'objet est en vol de à A par et B à une vitesse supersonique constante. Imaginez que l'objet émet des sons lors de son Voyage. Le son émis au point (qui est proche du point d'approche le plus proche B) atteint l'observateur à O avant que le son émis plus tôt à . L'instant où le son à un point antérieur atteint l'observateur, le son émis à un point beaucoup plus tard A atteint également O. Si, le son émis à A et l'observateur atteint en même temps,, donnant l'impression que l'objet est en ces deux points en même temps. En d'autres termes, l'observateur entend deux objets s'éloignant de plutôt que d'un objet réel.

Sources radio sont généralement symétrique et semble associée à des noyaux galactiques, actuellement considérés comme des manifestations de singularités de l'espace-temps ou étoiles à neutrons. Les différentes classes de ces objets associés à Noyaux Actifs de Galaxies (AGN) ont été trouvés dans les cinquante dernières années. Figure 3 montre la galaxie radio Cygnus A, un exemple d'une telle source de radio et l'un des objets les plus brillants de radio. Beaucoup de ses caractéristiques sont communes à la plupart des sources radio extragalactiques: les lobes symétriques doubles, une indication d'un noyau, une apparence de jets alimentant les lobes et les points chauds. Certains chercheurs ont signalé caractéristiques cinématiques plus détaillées, tels que le bon mouvement des hotspots dans les lobes.

Sources de radio symétriques (galactique ou extragalactique) et les sursauts gamma peuvent apparaître comme des phénomènes complètement distincts. Cependant, les noyaux présentent une évolution similaire dans le temps de l'énergie de crête, mais avec très différentes constantes de temps. Les spectres de sursauts gamma évoluent rapidement de \gamma une région de rémanence optique ou encore RF, similaire à l'évolution spectrale des points d'accès d'une source de radio qui se déplacent du centre vers les lobes. Autres similitudes ont commencé à attirer l'attention dans les dernières années.

Cet article explore les similitudes entre une hypothétique “luminale” flèche et ces deux phénomènes astrophysiques, même si un tel boom luminale est interdit par l'invariance de Lorentz. Traiter GRB comme une manifestation d'un hypothétique résultat du boom luminal dans un modèle qui unifie ces deux phénomènes et fait des prédictions détaillées de leur cinématique.

CygA
Figure 3:.Le jet de la radio et des lobes de la galaxie radio hyperluminous Cygnus A. Les points chauds dans les deux lobes, la région de noyau et les jets sont clairement visibles. (Reproduit avec l'aimable autorisation d'une image de NRAO / AUI.)

Conclusions

Dans cet article,, nous avons examiné l'évolution spatio-temporelle d'un objet supersonique (à la fois dans sa position et la fréquence de son que nous entendons). Nous avons montré qu'il ressemble étroitement les sursauts gamma et DRAGNs si nous devions étendre les calculs à la lumière, même si un boom luminale nécessiterait mouvement supraluminique et est donc interdit.

Malgré cette difficulté, nous avons présenté un modèle unifié pour sursauts de rayons gamma et de jet comme sources de radio basé sur le mouvement supraluminique vrac. Nous avons montré que d'un seul objet supraluminique voler à travers notre champ de vision nous semble que la séparation symétrique de deux objets à partir d'un noyau fixe. L'utilisation de ce fait que le modèle pour les jets et les sursauts gamma symétriques, nous l'avons expliqué leurs caractéristiques cinématiques quantitativement. En particulier, nous avons montré que l'angle de séparation des hotspots était parabolique dans le temps, et les décalages spectraux des deux points chauds étaient presque identiques les uns aux autres. Même le fait que les spectres des points chauds sont dans la région de fréquence radio est expliquée en supposant mouvement hyperluminal et le redshift conséquente de la radiation du corps noir d'une étoile typique. L'évolution temporelle de la radiation du corps noir d'un objet supraluminique est totalement compatible avec le ramollissement des spectres observés dans les sursauts gamma et les sources de radio. En outre, notre modèle explique pourquoi il est important décalage vers le bleu dans les régions centrales de sources radio, pourquoi les sources de radio semblent être associés à des galaxies optiques et pourquoi les sursauts gamma apparaissent à des points aléatoires sans indication avant leur comparution imminente.

Bien qu'il ne traite pas des questions de l'énergétique (l'origine de superluminality), notre modèle présente une option intéressante basée sur la façon dont nous pourrions percevoir le mouvement supraluminique hypothétique. Nous avons présenté un ensemble de prévisions et comparé les données existantes de DRAGNs et les sursauts gamma. Les fonctionnalités telles que le bleu de l'âme, symétrie de lobes, le transitoire \gamma et des éclats X-Ray, l'évolution mesurée des spectres le long du jet tout trouver des explications simples et naturelles dans ce modèle que les effets perceptifs. Encouragé par ce premier succès, nous pouvons accepter notre modèle basé sur la flèche luminale comme un modèle de travail pour ces phénomènes astrophysiques.

Il convient de souligner que les effets perceptifs peuvent mascarade comme des violations apparentes de la physique classique. Un exemple d'un tel effet est le mouvement supraluminique apparent, qui a été expliqué et prévu dans le cadre de la théorie de la relativité restreinte avant même qu'elle ne soit effectivement observé. Bien que l'observation du mouvement supraluminique était le point de départ derrière le travail présenté dans cet article, il n'est en aucune façon une indication de la validité de notre modèle. La similitude entre un bang sonique et un boom luminale hypothétique dans l'évolution spatio-temporelle et spectrale est présenté ici comme un curieux, quoique probablement malsaine, fondement de notre modèle.

Une canette, cependant, soutenir que la théorie de la relativité (SR) ne traite pas de superluminality et, donc, mouvement et luminal booms superluminiques sont pas incompatibles avec SR. Comme en témoignent les déclarations de l'article original d'Einstein d'ouverture, la principale motivation pour la RS est une formulation covariante des équations de Maxwell, qui exige une transformation de coordonnées dérivées basées en partie sur le temps de Voyage lumière (LTT) effets, et en partie sur le principe que la lumière se déplace à la même vitesse par rapport à toutes les trames d'inertie. Malgré cette dépendance sur LTT, les effets LTT sont actuellement supposés s'appliquer sur un espace-temps qui obéit SR. SR est une redéfinition de l'espace et le temps (ou, plus généralement,, réalité) afin d'accueillir ses deux postulats de base. Il se peut qu'il y ait une structure plus profonde de l'espace-temps, dont SR est seulement notre perception, filtrée à travers les effets LTT. En les traitant comme une illusion d'optique à être appliqué sur un espace-temps qui obéit SR, nous pouvons être le double de les compter. Nous pouvons éviter le double comptage par démêler la covariance des équations de Maxwell de la transformations de coordonnées partie de SR. Traiter les effets LTT séparément (sans attribuer leurs conséquences pour la nature fondamentale de l'espace et le temps), nous pouvons accueillir superluminality et obtenir des explications élégantes des phénomènes astrophysiques décrites dans cet article. Notre explication unifiée pour les sursauts gamma et les sources de radio symétriques, donc, a des implications dans la mesure atteignant notre compréhension fondamentale de la nature de l'espace et le temps.


Photo par NASA Goddard Photo et Vidéo