Tag Archives: galaxie

Sont des sources radio et Gamma Ray Bursts Luminal Booms?

Cet article a été publié dans l'International Journal of Modern Physics D (IJMP–Ré) dans 2007. Il est vite devenu l' Top Consulté article de la revue par Jan 2008.

Bien qu'il puisse sembler comme un article de la physique de noyau dur, il s'agit en fait d'une application de la perspicacité philosophique imprègne ce blog et mon livre.

Cette version de blog contient le résumé, introduction et conclusions. La version complète de l'article est disponible sous forme de fichier PDF.

Journal de référence: IJMP-D complet. 16, Needs a context. 6 (2007) pp. 983–1000.

.

Résumé

L'assouplissement de la rémanence GRB similitudes remarquables à l'évolution de la fréquence dans un bang sonique. A l'extrémité avant de la bôme cône sonore, la fréquence est infinie, un peu comme une rafale Gamma Ray (GRB). L'intérieur du cône, la fréquence diminue rapidement à des plages infrasonores et la source de son apparaît à deux endroits en même temps, imitant les sources radio doubles lobes. Bien que “luminale” essor viole l'invariance de Lorentz et est donc interdit, il est tentant de travailler sur les détails et les comparer avec les données existantes. Cette tentation est encore renforcée par la superluminality observée dans les objets célestes associés à des sources de radio et de certains sursauts gamma. Dans cet article,, nous calculons la variation temporelle et spatiale des fréquences observées à partir d'une rampe d'luminale hypothétique et montrons remarquable similitude entre nos calculs et observations actuels.

Introduction

Un bang sonique est créé quand un objet émettant des sons traverse le milieu plus vite que la vitesse du son dans ce milieu. Comme l'objet traverse le milieu, il émet le son crée un front d'onde conique, comme le montre la Figure 1. La fréquence du son à ce front d'onde est infini en raison de l'effet Doppler. La fréquence derrière le front d'onde conique diminue considérablement et atteint la plage des infrasons bientôt. Cette évolution de la fréquence est remarquablement similaire à la rémanence évolution d'une salve de rayons gamma (GRB).

Sonic Boom
Figure 1:. L'évolution de la fréquence des ondes sonores par suite de l'effet Doppler en mouvement supersonique. Le supersonique objet S se déplace le long de la flèche. Les ondes sonores sont "inversés" en raison du mouvement, de sorte que les ondes émises en deux points différents dans la fusion de la trajectoire et peut atteindre l'observateur (à O) à la fois. Lorsque le front d'onde atteint l'observateur, la fréquence est infini. Après cela, la fréquence diminue rapidement.

Sursauts gamma sont très brèves, mais intenses bouffées de \gamma rayons dans le ciel, une durée de quelques millisecondes à plusieurs minutes, et sont actuellement cru émaner de effondrements cataclysmiques stellaires. Les clignotements courts (les émissions rapides) sont suivis d'un rémanence des énergies progressivement plus doux. Ainsi, la première \gamma rayons sont rapidement remplacées par des rayons X, la lumière et des ondes de même fréquence radio. Ce ramollissement du spectre est connu depuis un certain temps, et a été décrite pour la première en utilisant une hypernova (boule de feu) modèle. Dans ce modèle,, une boule de feu en expansion relativiste produit le \gamma émission, et le spectre adoucit comme la boule de feu se refroidit. Le modèle calcule l'énergie libérée dans le \gamma région 10^ {53}10^ {54} ergs en quelques secondes. Cette production d'énergie est semblable à environ 1000 fois de l'énergie totale libérée par le soleil sur toute sa durée de vie.

Plus récemment, une décroissance inverse de l'énergie de pointe en faisant varier la constante de temps a été utilisé de façon empirique en fonction de l'évolution temporelle de l'énergie observée de crête en utilisant un modèle de collapsar. Selon ce modèle,, Les sursauts gamma sont produits lorsque l'énergie de flux hautement relativistes dans effondrements stellaires se dissipent, avec les jets de rayonnement résultant inclinés correctement par rapport à notre ligne de mire. Le modèle de collapsar estime une production d'énergie plus faible parce que la libération de l'énergie n'est pas isotrope, mais on concentre le long des jets. Cependant, le taux d'événements collapsar doit être corrigé pour la fraction de l'angle solide dans lequel les jets de rayonnement peuvent apparaître comme GRB. Les sursauts gamma sont observés à peu près au rythme d'une fois par jour. Ainsi, le taux prévu des événements cataclysmiques alimentant les sursauts gamma est de l'ordre de 10^410^6 par jour. En raison de cette relation inverse entre le taux et le rendement énergétique d'environ, l'énergie totale libérée par observé GRB reste le même.

Si nous pensons à un GRB comme un effet semblable à la détonation en mouvement supersonique, l'exigence d'énergie cataclysmique supposé devient superflu. Une autre caractéristique de notre perception de l'objet supersonique, c'est que nous entendons de la source sonore à deux endroit différent que le même temps, comme illustré sur la Figure 2. Ce curieux effet a lieu parce que les ondes sonores émises en deux points différents dans la trajectoire de l'objet supersonique atteignent l'observateur au même instant dans le temps. Le résultat de cet effet final est la perception d'une paire symétrique de recul de sources sonores, qui, dans le monde luminale, C'est une bonne description des sources de radio symétriques (Source de radio Double Associé à Galactic Nucleus ou DRAGN).

superluminality
Figure 2:. L'objet est en vol de à A par et B à une vitesse supersonique constante. Imaginez que l'objet émet des sons lors de son Voyage. Le son émis au point (qui est proche du point d'approche le plus proche B) atteint l'observateur à O avant que le son émis plus tôt à . L'instant où le son à un point antérieur atteint l'observateur, le son émis à un point beaucoup plus tard A atteint également O. Si, le son émis à A et l'observateur atteint en même temps,, donnant l'impression que l'objet est en ces deux points en même temps. En d'autres termes, l'observateur entend deux objets s'éloignant de plutôt que d'un objet réel.

Sources radio sont généralement symétrique et semble associée à des noyaux galactiques, actuellement considérés comme des manifestations de singularités de l'espace-temps ou étoiles à neutrons. Les différentes classes de ces objets associés à Noyaux Actifs de Galaxies (AGN) ont été trouvés dans les cinquante dernières années. Figure 3 montre la galaxie radio Cygnus A, un exemple d'une telle source de radio et l'un des objets les plus brillants de radio. Beaucoup de ses caractéristiques sont communes à la plupart des sources radio extragalactiques: les lobes symétriques doubles, une indication d'un noyau, une apparence de jets alimentant les lobes et les points chauds. Certains chercheurs ont signalé caractéristiques cinématiques plus détaillées, tels que le bon mouvement des hotspots dans les lobes.

Sources de radio symétriques (galactique ou extragalactique) et les sursauts gamma peuvent apparaître comme des phénomènes complètement distincts. Cependant, les noyaux présentent une évolution similaire dans le temps de l'énergie de crête, mais avec très différentes constantes de temps. Les spectres de sursauts gamma évoluent rapidement de \gamma une région de rémanence optique ou encore RF, similaire à l'évolution spectrale des points d'accès d'une source de radio qui se déplacent du centre vers les lobes. Autres similitudes ont commencé à attirer l'attention dans les dernières années.

Cet article explore les similitudes entre une hypothétique “luminale” flèche et ces deux phénomènes astrophysiques, même si un tel boom luminale est interdit par l'invariance de Lorentz. Traiter GRB comme une manifestation d'un hypothétique résultat du boom luminal dans un modèle qui unifie ces deux phénomènes et fait des prédictions détaillées de leur cinématique.

CygA
Figure 3:.Le jet de la radio et des lobes de la galaxie radio hyperluminous Cygnus A. Les points chauds dans les deux lobes, la région de noyau et les jets sont clairement visibles. (Reproduit avec l'aimable autorisation d'une image de NRAO / AUI.)

Conclusions

Dans cet article,, nous avons examiné l'évolution spatio-temporelle d'un objet supersonique (à la fois dans sa position et la fréquence de son que nous entendons). Nous avons montré qu'il ressemble étroitement les sursauts gamma et DRAGNs si nous devions étendre les calculs à la lumière, même si un boom luminale nécessiterait mouvement supraluminique et est donc interdit.

Malgré cette difficulté, nous avons présenté un modèle unifié pour sursauts de rayons gamma et de jet comme sources de radio basé sur le mouvement supraluminique vrac. Nous avons montré que d'un seul objet supraluminique voler à travers notre champ de vision nous semble que la séparation symétrique de deux objets à partir d'un noyau fixe. L'utilisation de ce fait que le modèle pour les jets et les sursauts gamma symétriques, nous l'avons expliqué leurs caractéristiques cinématiques quantitativement. En particulier, nous avons montré que l'angle de séparation des hotspots était parabolique dans le temps, et les décalages spectraux des deux points chauds étaient presque identiques les uns aux autres. Même le fait que les spectres des points chauds sont dans la région de fréquence radio est expliquée en supposant mouvement hyperluminal et le redshift conséquente de la radiation du corps noir d'une étoile typique. L'évolution temporelle de la radiation du corps noir d'un objet supraluminique est totalement compatible avec le ramollissement des spectres observés dans les sursauts gamma et les sources de radio. En outre, notre modèle explique pourquoi il est important décalage vers le bleu dans les régions centrales de sources radio, pourquoi les sources de radio semblent être associés à des galaxies optiques et pourquoi les sursauts gamma apparaissent à des points aléatoires sans indication avant leur comparution imminente.

Bien qu'il ne traite pas des questions de l'énergétique (l'origine de superluminality), notre modèle présente une option intéressante basée sur la façon dont nous pourrions percevoir le mouvement supraluminique hypothétique. Nous avons présenté un ensemble de prévisions et comparé les données existantes de DRAGNs et les sursauts gamma. Les fonctionnalités telles que le bleu de l'âme, symétrie de lobes, le transitoire \gamma et des éclats X-Ray, l'évolution mesurée des spectres le long du jet tout trouver des explications simples et naturelles dans ce modèle que les effets perceptifs. Encouragé par ce premier succès, nous pouvons accepter notre modèle basé sur la flèche luminale comme un modèle de travail pour ces phénomènes astrophysiques.

Il convient de souligner que les effets perceptifs peuvent mascarade comme des violations apparentes de la physique classique. Un exemple d'un tel effet est le mouvement supraluminique apparent, qui a été expliqué et prévu dans le cadre de la théorie de la relativité restreinte avant même qu'elle ne soit effectivement observé. Bien que l'observation du mouvement supraluminique était le point de départ derrière le travail présenté dans cet article, il n'est en aucune façon une indication de la validité de notre modèle. La similitude entre un bang sonique et un boom luminale hypothétique dans l'évolution spatio-temporelle et spectrale est présenté ici comme un curieux, quoique probablement malsaine, fondement de notre modèle.

Une canette, cependant, soutenir que la théorie de la relativité (SR) ne traite pas de superluminality et, donc, mouvement et luminal booms superluminiques sont pas incompatibles avec SR. Comme en témoignent les déclarations de l'article original d'Einstein d'ouverture, la principale motivation pour la RS est une formulation covariante des équations de Maxwell, qui exige une transformation de coordonnées dérivées basées en partie sur le temps de Voyage lumière (LTT) effets, et en partie sur le principe que la lumière se déplace à la même vitesse par rapport à toutes les trames d'inertie. Malgré cette dépendance sur LTT, les effets LTT sont actuellement supposés s'appliquer sur un espace-temps qui obéit SR. SR est une redéfinition de l'espace et le temps (ou, plus généralement,, réalité) afin d'accueillir ses deux postulats de base. Il se peut qu'il y ait une structure plus profonde de l'espace-temps, dont SR est seulement notre perception, filtrée à travers les effets LTT. En les traitant comme une illusion d'optique à être appliqué sur un espace-temps qui obéit SR, nous pouvons être le double de les compter. Nous pouvons éviter le double comptage par démêler la covariance des équations de Maxwell de la transformations de coordonnées partie de SR. Traiter les effets LTT séparément (sans attribuer leurs conséquences pour la nature fondamentale de l'espace et le temps), nous pouvons accueillir superluminality et obtenir des explications élégantes des phénomènes astrophysiques décrites dans cet article. Notre explication unifiée pour les sursauts gamma et les sources de radio symétriques, donc, a des implications dans la mesure atteignant notre compréhension fondamentale de la nature de l'espace et le temps.


Photo par NASA Goddard Photo et Vidéo

The Big Bang Theory

I am a physicist, but I don’t quite understand the Big Bang theory. Let me tell you why.

The Big Bang theory says that the whole universe started from a “singularité” — a single point. The first question then is, a single point where? It is not a single point “in space” because the whole space was a single point. The Discovery channel would put it fancifully that “the whole universe could fit in the palm of your hand,” which of course it could not. Your palm would also be a little palm inside the little universe in that single point.

The second question is, if the whole universe was inside one point, what about all the points around it? Physicists would advise you not to ask such stupid questions. Ne vous sentez pas mal, they have asked me to shut up as well. Some of them may kindly explain that the other points may be parallel universes. Others may say that there are no “other” points. They may point out (as Steven Weinberg does in The Dreams of a Final Theory) that there is nothing more to the north of the North Pole. I consider this analogy more of a semantic argument than a scientific one, but let’s buy this argument for now.

The next hurdle is that the singularity is in space-time — not merely in space. So before the Big Bang, there was no time. Désolé, there was no “avant!” This is a concept that my five year old son has problems with. Encore, the Big Bang cosmologist will point out that things do not necessarily have to continue backwards — you may think that whatever temperature something is at, you can always make it a little colder. But you cannot make it colder than absolute zero. Vrai, vrai; but is temperature the same as time? Temperature is a measure of hotness, which is an aggregate of molecular speeds. And speed is distance traveled in unit time. Time again. Hmmm….

I am sure it is my lack of imagination or incompleteness of training that is preventing me from understanding and accepting this Big Bang concept. But even after buying the space-time singularity concept, other difficulties persist.

Firstly, if the whole universe is at one point at one time, one would naively expect it to make a super-massive black hole from which not even light can escape. Clearly then, the whole universe couldn’t have banged out of that point. But I’m sure there is a perfectly logical explanation why it can, just that I don’t know it yet. May be some of my readers will point it out to me?

Deuxième, what’s with dark matter and dark energy? The Big Bang cosmology has to stretch itself a bit with the notion of dark energy to account for the large scale dynamics of the observed universe. Our universe is expanding (or so it appears) at an accelerating rate, which can only be accounted for by assuming that there is an invisible energy pushing the galaxies apart. Within the galaxies themselves, stars are moving around as though there is more mass than we can see. This is the so called dark matter. Although “dark” signifies invisible, pour moi, it sounds as though we are in the dark about what these beasts are!

The third trouble I have is the fact that the Big Bang cosmology violates special relativity (SR). This little concern of mine has been answered in many different ways:

  • One answer is that general relativity “trumps” SR — if there are conflicting predictions or directives from these two theories, I was advised to always trust GR.
  • En plus de, SR applies only to local motion, like spaceships whizzing past each other. Non-local events do not have to obey SR. This makes me wonder how events know whether they are local or not. Bien, that was bit tongue in cheek. I can kind of buy this argument (based on curvature of space-time perhaps becoming significant at large distances), although the non-scientific nature of local-ness makes me uneasy. (During the inflationary phase in the Big Bang theory, were things local or non-local?)
  • Third answer: In the case of the Big Bang, the space itself is expanding, hence no violation of SR. SR applies to motion through space. (Wonder if I could’ve used that line when I got pulled over on I-81. “Officer, I wasn’t speeding. Just that the space in between was expanding a little too fast!”)

Speaking of space expanding, it is supposed to be expanding only in between galaxies, not within them, apparemment. I’m sure there is a perfectly logical explanation why, probably related to the proximity of masses or whatnot, but I’m not well-versed enough to understand it. In physics, disagreement and skepticism are always due to ignorance. But it is true that I have no idea what they mean when they say the space itself is expanding. If I stood in a region where the space was expanding, would I become bigger and would galaxies look smaller to me?

Note that it is necessary for space to expand only between galaxies. If it expanded everywhere, from subatomic to galactic scales, it would look as though nothing changed. Hardly satisfying because the distant galaxies do look as though they are flying off at great speeds.

I guess the real question is, what exactly is the difference between space expanding between two galaxies and the two galaxies merely moving away from each other?

One concept that I find bizarre is that singularity doesn’t necessarily mean single point in space. It was pointed out to me that the Big Bang could have been a spread out affair — thinking otherwise was merely my misconception, because I got confused by the similarity between the words “singularité” and single.

People present the Big Bang theory in physics pretty much like Evolution in biology, implying the same level of infallibility. But I feel that it is disingenuous to do that. Pour moi, it looks as though the theory is so full of patchwork, such a mathematical collage to cook up something that is consistent with GR that it is hard to imagine that it corresponds to anything real (ignorance, for the moment, my favorite question — ce qui est réel?) But popular writers have embraced it. Par exemple, Ray Kurzweil and Richard Dawkins put it as a matter of fact in their books, lending it a credence that it perhaps doesn’t merit.

Univers – Taille et âge

Je ai posté cette question qui me tracasse quand je ai lu qu'ils ont trouvé une galaxie à environ 13 milliards d'années lumière. Ma compréhension de cette déclaration est: À distance de 13 milliard d'années lumière, il y avait une galaxie 13 il ya des milliards d'années, afin que nous puissions voir la lumière à partir de maintenant. Ne serait-ce à dire que l'univers est au moins 26 vieille milliards d'années? Il doit avoir pris la galaxie propos 13 milliards d'années pour arriver là où il semble être, et la lumière de celle-ci doit prendre une autre 13 milliards d'années pour nous rejoindre.

En répondant à ma question, Martin et Swansont (qui je suppose sont phycisists académiques) souligner mes idées fausses et essentiellement me demander pour en savoir plus. Tout sera exaucé quand je suis assimilé, il semblerait! 🙂

Ce débat est publié comme un prélude à mon post sur la théorie du Big Bang, à venir dans un jour ou deux.

Mowgli 03-26-2007 10:14 PM

Univers – Taille et âge
I was reading a post in http://www.space.com/ stating that they found a galaxy at about 13 milliards d'années lumière. Je essaie de comprendre ce que des moyens de déclaration. Pour moi, cela signifie que 13 il ya des milliards d'années, cette galaxie est là que nous voyons maintenant. Ne est pas que ce que 13b LY distance des moyens? Dans l'affirmative, ne serait pas ce que cela signifie que l'univers doit être au moins 26 vieille milliards d'années? Je veux dire, tout l'univers a commencé à partir d'un point singulier; comment cette galaxie pourrait être où il était 13 il ya des milliards d'années à moins qu'il avait au moins 13 milliard d'années pour y arriver? (Ignorant la phase inflationniste pour l'instant…) Je ai entendu des gens expliquent que l'espace lui-même est en pleine expansion. Que diable ce que cela signifie? Est-il pas juste une façon de dire que colombophile la vitesse de la lumière était plus faible il ya quelque temps?
swansont 03-27-2007 09:10 AM

Citation:

Posté par Mowgli
(Poster 329204)
Je veux dire, tout l'univers a commencé à partir d'un point singulier; comment cette galaxie pourrait être où il était 13 il ya des milliards d'années à moins qu'il avait au moins 13 milliard d'années pour y arriver? (Ignorant la phase inflationniste pour l'instant…)

Ignorant tout le reste, comment serait-ce à dire que l'univers est 26 vieille milliards d'années?

Citation:

Posté par Mowgli
(Poster 329204)
Je ai entendu des gens expliquent que l'espace lui-même est en pleine expansion. Que diable ce que cela signifie? Est-il pas juste une façon de dire que colombophile la vitesse de la lumière était plus faible il ya quelque temps?

La vitesse de la lumière est une partie inhérente de la structure atomique, dans la constante de structure fine (alpha). Si c est en train de changer, alors les modèles de spectres atomiques devraient changer. Il n'a pas été confirmé que toutes les données montre que l'alpha a changé (il a été le papier occasionnelle affirmant qu'il, mais vous avez besoin de quelqu'un pour répéter les mesures), et le reste est tout compatible avec aucun changement.

Hirondelle 03-27-2007 11:25 AM

Pour confirmer ou renforcer ce que dit swansont, il ya la spéculation et certains marginaux ou non standard cosmologies qui impliquent c changer au fil du temps (ou alpha changer au fil du temps), mais les constantes chose changer obtient juste plus en plus out.I've statué été guettait plus 5 ans et plus les gens regardent et étudient des preuves moins il semble qu'il n'y ait aucun changement. Ils excluent pas de plus en plus précisément avec leur data.So il est probablement préférable d'ignorer la “varier la vitesse de la lumière” cosmologies jusqu'à une est complètement familiarisé avec la cosmologie dominante norme.Vous avez des idées fausses Mowgli

  • Relativité Générale (la 1915 théorie) Rel emporte spécial (1905)
  • Ils ne contredisent en fait pas si vous les comprenez correctement, parce SR n'a qu'une applicabilité locale très limitée, comme au passage de vaisseau spatial par:-)
  • Partout où GR et SR semblent contredire, croire GR. Ce est la théorie plus complète.
  • GR n'a pas de limite de vitesse sur la vitesse à laquelle de très grandes distances peuvent augmenter. la seule limite de vitesse est sur des choses LOCAL (vous ne pouvez pas rattraper et passer un photon)
  • Donc, nous pouvons et nous ne observons trucs qui se éloigne de nous plus vite que c. (Il est loin, SR ne se applique pas.)
  • Cela a été expliqué dans un article Sci Am Je pense que l'année dernière
  • Google nom de l'auteur Charles Lineweaver et Tamara Davis.
  • Nous connaissons beaucoup de choses qui est actuellement de plus de 14 LY milliards de loin.
  • Vous devez apprendre quelques cosmologie de sorte que vous ne serez pas confus par ces choses.
  • Aussi un “singularité” ne signifie pas un seul point. ce est une erreur populaire parce que les mots sonnent de la même.
  • Une singularité peut se produire sur toute une région, même une région infinie.

De plus, le “big bang” modèle ne ressemble pas à une explosion de la matière loin de siffler un certain point. Il ne faut pas imaginer comme ça. Le meilleur article expliquant les erreurs communes que les gens ont est cette chose Lineweaver et Davis dans Sci Am. Je pense que ce était Jan ou février 2005 mais je pourrais être une année sabbatique. Google. Obtenez-le de votre bibliothèque locale ou le trouver en ligne. Le meilleur conseil que je peux donner.

Mowgli 03-28-2007 01:30 AM

Pour swansont sur pourquoi je ai pensé 13 b LY impliquait un âge de 26 b années:Quand vous dites qu'il ya une galaxie à 13 b LY loin, Je comprends qu'il signifie que 13 milliard d'années il ya mon temps, la galaxie était au point où je le vois maintenant (qui est 13 b LY loin de moi). Sachant que tout a commencé à partir du même point, il doit avoir pris la galaxie au moins 13 b années pour arriver là où il était 13 il ya b années. Si 13+13. Je suis sûr que je dois être wrong.To Martin: Vous avez raison, Je ai besoin d'apprendre un peu plus sur la cosmologie. Mais un certain nombre de choses que vous avez mentionné me surprend — comment pouvons-nous observons des trucs qui se éloigne de que FTL? Je veux dire, ne serait pas la formule de décalage Doppler relativiste donner imaginaire 1 z? Et les choses au-delà 14 b LY loin – sont-ils “extérieur” l'univers?Je vais certainement regarder et lire les auteurs que vous avez mentionnés. Merci.
swansont 03-28-2007 03:13 AM

Citation:

Posté par Mowgli
(Poster 329393)
Pour swansont sur pourquoi je ai pensé 13 b LY impliquait un âge de 26 b années:Quand vous dites qu'il ya une galaxie à 13 b LY loin, Je comprends qu'il signifie que 13 milliard d'années il ya mon temps, la galaxie était au point où je le vois maintenant (qui est 13 b LY loin de moi). Sachant que tout a commencé à partir du même point, il doit avoir pris la galaxie au moins 13 b années pour arriver là où il était 13 il ya b années. Si 13+13. Je suis sûr que je dois être mauvais.

Cela dépend de la façon dont vous faites votre calibration. Vous cherchez seulement à un décalage Doppler et en ignorant tous les autres facteurs, si vous savez que la vitesse est en corrélation avec la distance, vous obtenez un certain décalage vers le rouge et vous auriez probablement calibrer que cela signifie 13b LY si ce était la distance réelle. Que la lumière serait vieille 13b année.

Mais comme l'a souligné Martin, l'espace se agrandit; le redshift cosmologique est différent du décalage Doppler. Parce que l'espace intermédiaire a élargi, Autant que je sache la lumière qui arrive à nous d'une galaxie 13b LY se trouve pas aussi vieux, parce que ce était plus proche lorsque la lumière a été émise. Je pense que tout cela est pris en compte dans les mesures, de sorte que lorsque la distance est donnée à la galaxie, ce est la distance réelle.

Hirondelle 03-28-2007 08:54 AM

Citation:

Posté par Mowgli
(Poster 329393)
Je vais certainement regarder et lire les auteurs que vous avez mentionnés.

Ce poste a 5 ou 6 liens vers cet article Sci Am par Lineweaver et Davis

http://scienceforums.net/forum/showt…965#post142965

Il est post #65 sur le fil collant Astronomie liens

Il se avère l'article était en Mars 2005 question.

Je pense qu'il est relativement facile à lire—bien écrit. Donc, il devrait aider.

Lorsque vous avez lu l'article Sci Am, poser plus de questions—vos questions pourraient être amusant d'essayer de réponse:-)