Tag Archives: enfants

Why Have Kids?

At some point in their life, most parents of teenage children would have asked a question very similar to the one Cypher asked in Matrix, “Pourquoi, oh, why didn’t I take the blue pill?” Did I really have to have these kids? Ne vous méprenez pas, I have no particular beef with my children, they are both very nice kids. En plus de, I am not at all a demanding parent, which makes everything work out quite nicely. But this general question still remains: Why do people feel the need to have children?

Continuer la lecture

Une autre histoire de Pen Tough Love

Une fois un oncle préféré m'a offert un stylo. Cet oncle était un soldat dans l'armée indienne à l'époque. Les soldats l'habitude de venir à la maison pour un couple de mois chaque année ou presque, et donner des cadeaux à tout le monde dans la famille élargie. Il y avait un sentiment de droit sur le tout, et il n'a jamais eu à les preneurs de cadeaux qu'ils pourraient peut-être donner quelque chose en retour ainsi. Au cours des deux dernières décennies, les choses ont changé. Les preneurs de cadeaux se rassemblaient autour de la riche “Golfe Malayalees” (Travailleurs migrants Keralite au Moyen-Orient) diminuant ainsi considérablement la position sociale des pauvres soldats.

De toute façon, ce stylo que je suis de mon oncle était un beau spécimen mat or d'une marque appelée Crest, peut-être de contrebande sur la frontière chinoise, au pied de l'Himalaya et achetés par mon oncle. Je suis assez fier de ce bien précieux de la mine, comme je suppose que je l'ai été de tous mes biens dans les années ultérieures. Mais le stylo n'a pas duré aussi longtemps — il a été volé par un garçon plus âgé avec qui je devais partager un bureau lors d'un test à l'été 1977.

Je suis dévasté par la perte. Plus que, Je suis terrifiée à l'idée de laisser ma mère sait car je savais qu'elle ne va pas prendre de bien vouloir lui. Je suppose que je devrais avoir été plus prudent et gardé le stylo sur ma personne en tout temps. Effectivement, ma mère était livide de colère à la perte de ce cadeau de son frère. Un promoteur de l'amour dur, elle m'a dit d'aller trouver le stylo, et de ne pas revenir sans elle. Maintenant, qui était un geste dangereux. Qu'est-ce que ma mère n'a pas apprécié était que je prenais la plupart des directives littéralement. Je fais encore. Il était déjà tard le soir, quand je me suis mis sur mon espoir errant, et il est peu probable que je serais revenu à tous que je ne devais pas, pas sans la plume.

Mon père a la maison quelques heures plus tard, et a été choqué par la tournure des événements. Il n'a certainement pas croire en l'amour dur, bien au contraire. Ou peut-être qu'il avait un sens de mon caractère littéral, d'avoir été victime de ce plus tôt. De toute façon, il est venu me chercher et m'a trouvé errant sans but autour de mon école enfermé une dizaine de kilomètre de la maison.

La parentalité est une question d'équilibre. Vous devez faire preuve d'amour difficile, de peur que votre enfant ne doit pas être préparé pour le monde dure tard dans la vie. Vous devez montrer l'amour et l'affection ainsi afin que votre enfant peut se sentir émotionnellement stables. Vous devez fournir à votre enfant sans être trop indulgent, ou vous finiriez les abîmer. Vous devez leur donner la liberté et l'espace pour grandir, mais vous ne devriez pas se détacher et insensible. Tuning votre comportement à la bonne hauteur sur autant de dimensions est ce qui fait élever un art difficile à maîtriser. Ce qui le rend vraiment effrayant est le fait que vous obtenez seulement un coup à ce. Si vous vous trompez, les ondulations de vos erreurs peuvent durer beaucoup plus longtemps que vous pouvez imaginer. Une fois quand je suis en colère contre lui, mon fils (beaucoup plus sage que ses six exercices) m'a dit que je devais faire attention, car il serait traitait ses enfants la façon dont je l'ai traité. Mais alors, nous savons déjà ce, ne le faisons pas nous?

Ma mère ne me préparer pour un monde réel impitoyable, et mon père a nourri assez de bonté en moi. La combinaison est peut-être pas trop mal. Mais nous aimerions tous faire mieux que nos parents. Dans mon cas,, Je l'utilise une astuce simple pour moduler mon comportement et le traitement de mes enfants. Je tente de me représenter à l'extrémité de réception de ladite traitement. Si je devrais me sentir négligés ou traités injustement, le comportement doit peaufiner.

Cette astuce ne fonctionne pas tout le temps parce qu'il vient généralement après le fait. Nous agissons d'abord en réponse à une situation, avant que nous ayons le temps de faire une analyse coûts-avantages rationnelle. Il doit y avoir une autre façon de faire les choses. Peut être est-ce juste une question de développement de beaucoup de patience et de gentillesse. Vous savez, il ya des moments où Je voudrais demander à mon père.

Physique vs. Financement

Malgré la richesse que les mathématiques confèrent à la vie, il reste un haï et difficile sujet à de nombreuses. Je pense que la difficulté vient de la déconnexion tôt et souvent permanente entre les mathématiques et la réalité. Il est difficile à mémoriser que les inverses des nombres plus grands sont plus petits, alors qu'il est amusant de savoir que si vous aviez plus de personnes partageant une pizza, vous obtenez une plus petite tranche. Comprendre est un plaisir, mémorisation — pas tellement. Mathématiques, étant une représentation formelle des modèles à la réalité, ne met pas trop l'accent sur la partie figurant sur, et il est clair perdu sur de nombreux. Pour répéter cette déclaration avec une précision mathématique — mathématiques est syntaxiquement riche et rigoureuse, mais sémantiquement faible. Syntaxe peut construire sur elle-même, et secouer souvent hors de ses cavaliers sémantiques comme un cheval fougueux. Pire, il peut se métamorphoser en différentes formes sémantiques qui ont l'air très différents les uns des autres. Il faut un étudiant quelques années à remarquer que les nombres complexes, algèbre vectorielle, la géométrie des coordonnées, algèbre linéaire et de la trigonométrie sont tous essentiellement différentes descriptions syntaxiques de la géométrie euclidienne. Ceux qui excellent en mathématiques sont, Je présume, ceux qui ont développé leurs propres perspectives sémantiques à maîtriser la bête syntaxique apparemment sauvage.

La physique peut également fournir de beaux contextes sémantiques aux formalismes vides de mathématiques avancées. Regardez l'espace de Minkowski et la géométrie de Riemann, par exemple, et comment Einstein les a transformés en des descriptions de notre réalité perçue. En plus de fournir de la sémantique formalisme mathématique, la science favorise également une vision du monde basée sur la pensée critique et une intégrité scientifique férocement scrupuleux. Il est une attitude d'examiner ses conclusions, suppositions et des hypothèses sans pitié pour se convaincre que rien n'a été négligé. Nulle part cette obsession tatillonne plus évidente que dans la physique expérimentale. Les physiciens rendent compte de leurs mesures avec deux séries d'erreurs — une erreur statistique représentant le fait qu'ils ont un nombre fini d'observations, et une erreur systématique qui est censé rendre compte des inexactitudes dans la méthodologie, hypothèses, etc..

Nous pouvons le trouver intéressant de regarder la contrepartie de cette intégrité scientifique dans notre coin de pays — finance quantitative, qui décore l'édifice syntaxique de calcul stochastique avec la sémantique dollar-et-cents, d'un genre qui finit dans les rapports annuels et génère des primes de rendement. On pourrait même dire qu'il a un impact profond sur l'économie mondiale dans son ensemble. Compte tenu de cet impact, comment pouvons-nous assignons des erreurs et des niveaux de confiance de nos résultats? Afin d'illustrer par un exemple, quand un système commercial indique le P / L d'un commerce comme, dire, sept millions, est-il $7,000,000 +/- $5,000,000 ou est-il $7,000, 000 +/- $5000? Le dernier, clairement, détient plus de valeur pour l'institution financière et devraient être récompensés plus que l'ancien. Nous sommes conscients de ce. Nous estimons que les erreurs en fonction de la volatilité et les sensibilités des rendements et appliquons P / L réserves. Mais comment pouvons-nous traiter d'autres erreurs systématiques? Comment mesurer l'impact de nos hypothèses sur la liquidité du marché, symétrie de l'information, etc., et attribuer des valeurs monétaires aux erreurs résultant? Si nous avions été scrupuleux sur propagations d'erreurs de ce, peut-être la crise financière de 2008 ne serait pas venu sur.

Bien que les mathématiciens sont, en général, libre de ces propres doutes critiques que les physiciens — précisément à cause d'une déconnexion totale entre leur magie syntaxique et ses contextes sémantiques, à mon avis — il y en a qui prennent la validité de leurs hypothèses presque trop au sérieux. Je me souviens de ce professeur de la mine qui nous a appris induction mathématique. Après avoir prouvé quelque théorème mineur de l'utiliser sur le tableau noir (oui il était avant l'ère de tableaux blancs), il nous a demandé si il avait prouvé. Nous avons dit, sûr, il l'avait fait avant droit de nous. Il dit alors:, "Ah, mais vous devez vous demander si l'induction mathématique est juste. "Si je pense à lui comme un grand mathématicien, il est peut-être seulement à cause de la fantaisie romantique qui nous est commune qui glorifie nos anciens professeurs. Mais je suis à peu près certain que la reconnaissance de l'erreur possible dans ma glorification est une conséquence directe des graines qu'il a plantées avec sa déclaration.

Mon professeur a peut-être pris cette auto-entreprise doute trop loin; il est peut-être pas en bonne santé ou pratique à la question de la toile de fond de notre rationalité et la logique. Qu'est-ce qui est plus important est de veiller à la santé mentale des résultats, nous arrivons à, utilisant la machinerie syntaxique formidable à notre disposition. La seule façon de maintenir une attitude de doute de soi saine et les vérifications de bonne santé qui en découlent est de garder jalousement le lien entre les modèles de la réalité et les formalismes mathématiques. Et que, à mon avis, serait la bonne façon de développer un amour pour les mathématiques ainsi.

Math et Patterns

La plupart des modèles enfants d'amour. Math se trouve à motifs. Ainsi est la vie. Math, donc, est simplement un moyen formel de vie décrivant, ou au moins les modèles que nous rencontrons dans la vie. Si le lien entre la vie, les modèles et les mathématiques peuvent être maintenues, il en résulte que les enfants devraient aimer les mathématiques. Et l'amour des mathématiques devrait générer une capacité analytique (ou ce que je qualifierais de capacité mathématique) to understand and do most things well. Par exemple, I wrote of a connection “entre” three things a couple of sentences ago. I know that it has to be bad English because I see three vertices of a triangle and then one connection doesn’t make sense. A good writer would probably put it better instinctively. A mathematical writer like me would realize that the word “entre” is good enough in this context — the subliminal jar on your sense of grammar that it creates can be compensated for or ignored in casual writing. I wouldn’t leave it standing in a book or a published column (except this one because I want to highlight it.)

My point is that it is my love for math that lets me do a large number of things fairly well. As a writer, par exemple, I have done rather well. But I attribute my success to a certain mathematical ability rather than literary talent. I would never start a book with something like, “It was the best of times, it was the worst of times.” As an opening sentence, by all the mathematical rules of writing I have formulated for myself, this one just doesn’t measure up. Yet we all know that Dickens’s opening, following no rules of mine, is perhaps the best in English literature. I will probably cook up something similar someday because I see how it summarizes the book, and highlights the disparity between the haves and the have-nots mirrored in the contrasting lead characters and so on. En d'autres termes, I see how it works and may assimilate it into my cookbook of rules (if I can ever figure out how), and the process of assimilation is mathematical in nature, especially when it is a conscious effort. Similar fuzzy rule-based approaches can help you be a reasonably clever artist, employee, manager or anything that you set your sights on, which is why I once bragged to my wife that I could learn Indian classical music despite the fact that I am practically tone-deaf.

So loving math is a probably a good thing, in spite of its apparent disadvantage vis-a-vis cheerleaders. But I am yet to address my central theme — how do we actively encourage and develop a love for math among the next generation? I am not talking about making people good at math; I’m not concerned with teaching techniques per se. I think Singapore already does a good job with that. But to get people to like math the same way they like, dire, their music or cars or cigarettes or football takes a bit more imagination. I think we can accomplish it by keeping the underlying patterns on the foreground. So instead of telling my children that 1/4 is bigger than 1/6 parce que 4 is smaller than 6, I say to them, “You order one pizza for some kids. Do you think each will get more if we had four kids or six kids sharing it?”

From my earlier example on geographic distances and degrees, I fancy my daughter will one day figure out that each degree (or about 100km — corrected by 5% et 6%) means four minutes of jet lag. She might even wonder why 60 appears in degrees and minutes and seconds, and learn something about number system basis and so on. Mathematics really does lead to a richer perspective on life. All it takes on our part is perhaps only to share the pleasure of enjoying this richness. Au moins, that’s my hope.

Amour de maths

Si vous aimez les mathématiques, vous êtes un geek — avec des options d'achat d'actions dans votre avenir, mais pas de pom-pom girls. Donc obtenir un enfant à aimer les mathématiques sont un cadeau douteux — sommes-nous vraiment les faisons une faveur? Récemment, un ami haut placé de la mienne m'a demandé de regarder en elle — non seulement comme l'obtention d'un couple d'enfants intéressait en mathématiques, mais comme un effort général d'éducation dans le pays. Une fois qu'il devient un phénomène général, Débrouillards mathématiques pourraient bénéficier du même niveau d'acceptation sociale et la popularité comme, dire, athlètes et des stars du rock. La pensée magique? Peut être…

J'ai toujours été parmi les gens qui ont aimé les mathématiques. Je me souviens de mes années de lycée où l'un de mes amis feraient long multiplication et la division au cours des expériences de physique, alors que je voudrais faire équipe avec un autre ami à regarder logarithmes et essayer de battre le premier mec, qui presque toujours gagné. Il n'a pas vraiment d'importance qui a remporté; le simple fait que nous aurions jeux de périphériques comme ça à l'adolescence peut-être présagé un avenir de pom-pom girl-moins. Comme il s'est avéré, le gars à long multiplication a grandi pour être un banquier haut placé dans le Moyen-Orient, sans doute grâce à ses talents de pas le meneur-phobique, math-phelic genre.

Quand j'ai déménagé à l'ITI, ce geekiness mathématique a atteint un nouveau niveau entier. Même parmi les geekiness général qui imprégnait l'air ITI, Je me souviens d'un couple de gars qui se démarque. Il y avait “Sournois” qui a également eu l'honneur douteux de me présenter à ma vierge Kingfisher, et “Douleur” serait Drawl un très peiné “Évidemment Yaar!” lorsque nous, les geeks moins, omis de suivre facilement une ligne particulière de son acrobaties mathématiques.

Nous avons tous eu un amour pour les mathématiques. Mais, où cela vient-il? Et comment dans le monde serais-je en faire un outil d'enseignement général? Transmettre le calcul de l'amour à un enfant n'est pas trop difficile; vous venez de faire plaisir. L'autre jour, alors que je conduisais avec ma fille, elle décrit certaines forme (fait la bosse sur le front de sa grand-mère) comme une demi-balle. Je lui ai dit que c'était en fait un hémisphère. Puis je l'ai souligné à elle que nous allions dans l'hémisphère sud (Nouvelle-Zélande) pour nos vacances le lendemain, de l'autre côté du globe par rapport à l'Europe, qui était la raison pour laquelle c'était l'été, il. Et enfin, Je lui ai dit de Singapour était sur l'équateur. Ma fille aime à corriger personnes, elle dit, needs a context, il n'a pas été. Je lui ai dit que nous étions sur le point 0.8 degrés au nord de l'équateur (J'espère que j'avais raison), et vu mon ouverture. Je lui ai demandé ce que la circonférence d'un cercle était, et lui a dit que le rayon de la Terre est d'environ 6000 km, et travaillé que nous étions à environ 80km au nord de l'équateur, qui n'était rien comparé à 36000 km grand cercle autour de la terre. Ensuite, nous avons travaillé sur ce que nous avons fait un 5% approximation de la valeur de pi, de sorte que le nombre correct est d'environ 84 km. J'aurais pu lui dire que nous avons fait une autre 6% approximation du rayon, le nombre serait plus comme 90 km. C'était amusant pour elle de travailler sur ces choses. Je crois son amour pour les mathématiques a été augmentée un peu.

Photo par Dylan231

Comment être un bon parent

En regardant comment j'élevé mes enfants (ou, comment je l'ai fait, car ils sont encore des enfants), Je suis mitigé sur la façon dont bon je suis en tant que parent. Global, Je suis décent, légèrement supérieur à la moyenne, Je suppose. Mais je suis certainement formé des opinions bien arrêtées sur ce que cela signifie d'être un bon parent. Je veux partager mes pensées avec mes jeunes lecteurs dans l'espoir qu'ils peuvent trouver quelque chose d'utile en elle.

Dans la plupart des choses que nous faisons, il y a une rétroaction, et nous pouvons utiliser les évaluations nous améliorer. Par exemple, si nous faisons mal au travail, nos primes et salaires souffrent, et nous pouvons, si nous voulons, travailler plus fort ou plus intelligemment pour remédier à la situation. Dans nos rapports avec nos enfants, le retour est très subtil, voire absente. Nous devons être très sensible et observateur de l'attraper. Par exemple, quand ma fille était âgée de moins d'un an, Je remarquai qu'elle ne serait pas établir un contact visuel lorsque je suis rentré tard du travail ou lorsque sa mère est revenue d'un voyage d'affaires. À ce jour, Je ne suis pas tout à fait sûr qu'il est l'expression de la désapprobation de sa part, ou de l'imagination fantaisiste sur le mien.

Même lorsque les enfants sont assez vieux pour exprimer leurs pensées, leur réaction est souvent subtile, voire inexistante parce qu'ils ne savent pas comment nous juger, les parents. Vous voyez, ils ont pas d'étalon, pas de normes permettant d'évaluer nos qualités parentales. Nous sommes les seuls parents, ils auront jamais et, pour toutes nos folies, il est très difficile pour eux de trouver des défauts avec nous. Nous avons donc de se mesurer à un niveau beaucoup plus élevé — notre propre.

Couplé avec cette rétroaction sourde est l'énorme sentiment d'injustice que nos petits inéquités peuvent infliger aux petits cœurs de nos enfants. Comme l'a dit Dickens dans un de ses livres, petites injustices occupent une place importante dans le petit monde d'un enfant. (Je suis sûr qu'il a dit beaucoup mieux; Je paraphrase.) Nous devons apprécier la nécessité d'être soigneusement et scrupuleusement équitable avec nos enfants. Je ne parle pas d'être juste entre enfants, mais entre nous et un enfant. Ne pas les tenir à des règles que vous n'êtes pas prêt à vivre par. Ces règles peuvent être petits — comme ne pas regarder la télévision en mangeant. Si vous aimez votre téléviseur avec votre dîner, ne vous attendez pas les enfants à tenir à la table à manger. Ils font ce que nous faisons, pas toujours ce que nous disons.

En fait, imitant nos habitudes et les manières fait partie de leur charme pour nous. Par nature et culture, nos enfants reflètent nos regards et actions. Si nous ne l'aimons ce que nous voyons dans le miroir et de se plaindre à ce sujet, nous sommes souvent aboyer le mauvais arbre. Afin d'améliorer l'image, nous devons nous améliorer. Nous devons vivre jusqu'à un niveau élevé d'intégrité et d'honnêteté. Rien ne fonctionne.

Une autre vertu essentielle pour un parent est la patience. Dans le monde affairé d'aujourd'hui, avec des milliers de pensées et les soucis et les distractions tous en lice pour notre attention, il est toujours une lutte pour être, par exemple, un bon blogueur, un bon joueur d'entreprise, un bon conjoint et, à la fois, un bon parent. Une façon de sortir de cette est de consacrer une certaine quantité de temps de qualité pour notre Karma parentalité. Cela peut être le seul conseil pratique dans ce poste — donc attention maintenant. Mettez de côté une demi-heure (ou quel que soit le temps que vous pouvez) tous les jours pour les plus petits. Pendant ce temps, concentrer votre attention vos kids. Pas de télévision, pas d'Internet, pas d'appels téléphoniques — que vous et vos enfants. Si vous pouvez le faire sur une base assez régulière, vos enfants se souviendront de vous pendant une longue période après votre départ.

Nos enfants sont notre héritage. Ils sont ce que nous laissons derrière nous. Et ils sont, De plusieurs façons, nos propres réflexions — notre petit plus, de petits morceaux de verre coloré dans la coupole de verre multicolore coloration l'éclat blanc de l'éternité. Essayons de laisser derrière une réflexion aussi parfait que possible.

Repensant à tous les sermons je l'ai fait dans ce post, Je trouve qu'il n'y a pas si spécifique à être un bon parent. Il est plus d'être une bonne personne. Je suppose que ce qu'ils disent (de la manière zen de voir les choses) est vrai — comment voulez-vous peignez un tableau parfait? Être parfait et puis juste peindre. Comment être un bon parent? Sois sage, puis être un parent! Bonté qui se passe dans le calme de la perfection et de la paix où même “mal” les choses sont bonnes. Cette déclaration est peut-être assez mystique pour retrouver ce poste avec.

An Economics Question

To all the MBA and Economics types out there, I have one simple question. For some of us to be wealthy, is it necessary to keep some others poor?

I asked an economists (or rather, an economics major) this question. I don’t quite remember her answer. It was a long time ago, and it was a party. May be I was drunk. I do remember her saying something about an ice cream factory in an isolated island. I guess the answer was that all of us could get richer at the same time. But I wonder now…

Inequality has become a feature of modern economy. May be it was a feature of ancient economies as well, and we probably never had it any better. But modern globalization has made each of us much more complicit in the inequality. Every dollar I put in my savings or retirement account ends up in some huge financial transaction somewhere, at times even adding to the food scarcity. Every time I pump gas or turn on a light, I add a bit to the cruel inequality we see around us.

Somehow, big corporations are emerging as the villains these days. This is strange because all little cogs in the corporate mega machine from stakeholders to customers (you and me) seem blameless decent folks. Perhaps the soulless, faceless entities that corporations are have taken a life of their own and started demanding their pound of flesh in terms of the grim inequalities that they seem to thrive on and we are forced to live with.

At least these were my thoughts when I was watching heartrending scenes of tiny emaciated Congolese children braving batons and stone walls for a paltry helping of high energy biscuits. Sitting in my air-conditioned room, voicing my righteous rage over their tragic plight, Je me demande… Am I innocent of their misfortunes? Are you?