Seule une question de temps

Bien que nous parlons de l'espace et le temps dans le même souffle, ils sont très différents à bien des égards. L'espace est quelque chose que nous percevons autour de nous. Nous voyons (rather, objets qu'il contient), nous pouvons passer la main à travers elle, et nous savons que si notre genou tente d'occuper le même espace que, dire, la table basse, il va faire mal. En d'autres termes, nous avons corrélats sensorielles à notre notion d'espace, à partir de notre plus précieux sens de la vue.

Time, d'autre part, n'a pas le soutien sensorielle directe. Et pour cette raison, il devient très difficile d'avoir une emprise sur elle. Quelle heure est-? Nous sentons indirectement par le changement et le mouvement. Mais il serait stupide de définir le temps en utilisant les concepts de changement et de mouvement, parce qu'ils comprennent déjà la notion de temps. La définition serait cyclique.

En supposant, pour l'instant, qu'aucune définition est nécessaire, nous allons essayer une autre question peut-être plus traitable. D'où vient ce fort sentiment de temps viennent de? une fois que je postulé que cela vient de notre connaissance de notre disparition — ce don douteux que nous possédons tous. Toutes les durées de temps que nous connaissons sont mesurés à l'aune de notre durée de vie, peut-être pas toujours consciemment. Je me demande maintenant si ce postulat est assez ferme, et d'autres ruminations sur cette question me ont convaincu que je suis tout à fait ignorant de ces choses et besoin de plus de connaissances. Ah.. seulement si j'avais plus de temps. 🙂

Dans tout les cas, même cette question plus restreinte de l'origine du temps ne semble pas être que traitable, après tout. Physique a un autre problème profond avec le temps. Il a à voir avec la directionnalité. Il ne peut pas expliquer facilement pourquoi le temps a une direction — une flèche, pour ainsi dire. Cette flèche ne se présente pas dans les lois fondamentales régissant les interactions physiques. Toutes les lois de la physique sont réversibles temps. Les lois de la gravité, électromagnétisme ou la mécanique quantique sont invariantes par rapport à un retournement temporel. C'est-à-dire, ils regardent la même chose avec le temps aller de l'avant ou vers l'arrière. Donc, ils ne donnent aucune indication quant à la raison pour laquelle nous expérimentons la flèche du temps.

Encore, nous savons que le temps, comme nous l'expérimentons, est directionnel. Nous pouvons rappeler le passé, mais pas l'avenir. Ce que nous pouvons maintenant affecter l'avenir, mais pas le passé. Si nous jouons une cassette vidéo en arrière, la séquence d'événements (morceaux brisés comme de verre qui se réunissent pour un vase) se penchera drôle à nous. Cependant, si nous avons enregistré le mouvement des planètes dans un système solaire, ou le nuage d'électrons dans un atome, et joué vers l'arrière pour un physicien, il ne serait pas trouver quelque chose de drôle dans les séquences parce que les lois physiques sont réversibles.

Physique considère la flèche du temps une propriété émergente des collections statistiques. Pour illustrer cette explication thermodynamique du temps, nous allons examiner un conteneur vide où nous plaçons la glace sèche. Après un certain temps, nous nous attendons à une distribution uniforme de gaz de dioxyde de carbone dans le récipient. Une fois étalé, nous ne prévoyons pas le gaz dans le récipient à coaguler dans de la glace sèche solide, peu importe combien de temps nous attendons. La vidéo de CO2 d'étalement uniforme dans le récipient est naturel. Joué en arrière, la séquence du gaz de CO2 dans le récipient de congélation de la glace solide sec dans un coin ne serait pas l'air naturel pour nous, car elle viole notre sens de la flèche du temps.

L'uniformité apparente de CO2 dans le récipient est dû à la quantité statistiquement significative de la glace carbonique nous y placés. Si nous parvenons à mettre une petite quantité, dire cinq molécules de CO2, nous pouvons nous attendre pleinement de voir l'assemblée des molécules dans un seul endroit une fois dans un certain temps. Ainsi, la flèche du temps se manifeste comme une propriété statistique ou thermodynamique. Bien que la directionnalité du temps semble émerger des lois physiques réversibles, son absence dans les lois fondamentales ne ressemble moins que satisfaisante philosophiquement.

Commentaires

4 thoughts on “Only a Matter of Time

  1. Time may be just the presence of motion and forces. Time could be due to expansion of space. Time is slow where expansion of space is slow like around large masses. If total motion and forces within a mass is a constant then as the linear motion is increased the internal motion as well forces within that object slow which is then percieved as slowing of time. If we think of two objects in orbit around each other and imagine time slowing down then we should observe motion slow down as well as forces get weaker. Forces are part of time. Forces determine the arrow of time. Without forces time will be perfectly symetrical and lack any direction.

  2. Your post is interesting but in my view very heuristic and thus may not be an objective description of the nature of time. In physics, formulation of dynamics (whether classical or quantum) in terms of the energy Hamiltonian is very illluminating as it establishes certain fundamental relationships called canonical conjugate pairs e.g. Energy-time and Momentum-space.

    Concentrating on the first conjugate pair (because we are interested in time) shows that Energy and time are intrinsically connected. In otherwords, the existence of energy creates time and time must exist for energy to exist. This also tells us in no uncertain terms that time is a physical quantity which has a meaning only in a physical universe (because of its connection with energy).

    Time is not a metaphysical or philosophical quantity. It is generated in a physical universe in which energy exists and energy drives the system through changes through another physical property called time.

Les commentaires sont fermés.