Archives de la catégorie: Le Livre Aujourd'hui

Mes colonnes publiés (ou qui sera bientôt publié) dans le journal aujourd'hui

Singapour Graceless

Nous Singapouriens ont un problème. Nous sommes sans grâce, ils disent. Donc, nous nous entraînons à-dire les mots magiques de droite au bon moment et à sourire à des intervalles aléatoires. Nous arrivons encore à travers comme un peu ingrate parfois.

Nous devons serrer les dents et faire face à la musique; nous pouvons être un peu sur le côté grossier — lorsque cela est jugé par les normes occidentales de la grâce pasticky popularisées par les médias. Mais nous ne faisons pas trop mal quand jugé par notre propre sac mélangé des cultures asiatiques, dont certains considèrent l'expression “Merci” si formel qu'il est presque une insulte à la prononcer.

Une des façons de faire les choses asiatiques est de manger des nouilles comme un mini aspirateur. Cet ami singapourien de la mine a été exactement ce que fait en déjeunant avec moi et notre collègue français. J'ai à peine remarqué les petits bruits; après tout, Je viens d'une culture où les rots bruyants à la fin d'un repas sont considérés comme un compliment à l'hôte. Mais notre ami français a jugé l'action d'aspiration très désagréable et pénible, et fait des commentaires en français à cet effet (ignorance, bien sûr, le fait qu'il est impoli d'exclure les gens en parlant dans une langue privée). J'ai essayé de lui expliquer que ce n'était pas désagréable, juste la façon dont il a été fait ici, mais en vain.

La vraie question est la suivante — ne nous peignons un mince vernis de politesse sur notre façon naturelle de faire les choses pour que nous puissions respirent grâce à la Hollywood? La finesse de ce genre de grâce écho fort et clair dans le message d'accueil standard d'un employé de la caisse dans un supermarché américain typique: “Comment’ ya à faire aujourd'hui?” La réponse attendue est: “Bon, comment allez-vous?” à laquelle le greffier est-à-dire, “Bon, bon!” La première “Bon” sans doute à votre demande gracieuse après son bien-être, la satisfaction deuxième exprimer à votre parfait état de béatitude. Une fois, j'ai décidé de jouer le fou et répondu à l'omniprésent “Comment’ ya doin '?” par: “Nul homme, mon chien vient de mourir.” La réponse inévitable et sans hésitation était, “Bon, bon!” Avons-nous besoin de ce genre de grâce profonde?

La grâce est comme la grammaire d'un langage social tacite. Contrairement à ses homologues parlées, la langue des mœurs semble exclure le multilinguisme, conduisant à un rejet quasi xénophobe d'autres normes de la vie. Nous croyons tous que notre façon de faire les choses et nos visions du monde sont les seuls bons. Naturellement trop, sinon nous n'aurions pas tenir à nos croyances, serions-nous? Mais, dans un monde de plus en plus l'aplatissement et la mondialisation, Nous ne nous sentons un étranger peu parce que nos valeurs et les grâces sont souvent classés selon les normes étrangères.

Bientôt, un jour viendra où nous conformons aux normes prescrites à nous par les médias mondiaux et des réseaux de divertissement. Notre amorphe “Comment’ ya doin '?”s et “Bon, bon”s sera alors impossible de distinguer les prescriptions.

Quand je pense à ce jour inévitable, Je souffre d'une douleur de la nostalgie. J'espère que je peux tenir à la mémoire de grâces sociales jugées par des normes inférieures — de gratitude exprimée en sourires timides, affections représentées dans les regards fugaces, et obligations déterminantes de la vie transportés dans des gestes non-dits.

En fin de compte, la grâce collective d'une société doit être jugée, pas de subtilités polies, mais par la façon dont elle traite ses très vieux et très jeune. Et je crains que nous commençons à nous retrouver vouloir en ces fronts. Nous avons mis nos jeunes enfants par quantité énorme de stress, les préparer à une vie encore plus stressant, et sans le vouloir les priver de leur enfance.

Et, quand je vois ces tantes et oncles nettoyage après nous en mangeant maisons, Je vois plus de notre manque de grâce. Je me vois dans mes crépuscule ans, aliéné dans un monde devenu étrange sur moi. Donc, nous allons épargner un sourire, et signe un merci quand on les voit — nous pouvons être montrons grâce de nous quelques décennies sur toute la ligne.

Un guide de survie Bureau

Avouons-le — personnes emploi hop. Ils le font pour une foule de raisons, être mieux l'étendue des travaux, patron agréable, et le plus souvent, salaire plus gros. L'herbe est plus verte souvent de l'autre côté. Vraiment. Que vous êtes séduit par le charme vert de l'inconnu ou de s'aventurer dans votre premier pâturage, vous vous retrouvez souvent dans un nouveau contexte de l'entreprise.

Dans le impitoyable, chien-manger-chien de jungle de l'entreprise, vous devez être sûr de l'accueil. Plus important encore, vous devez prouver que vous êtes digne de lui. N'ayez pas peur, Je suis ici pour vous aider à travers elle. Et je l'accepterai volontiers tout le crédit pour votre survie, si vous vous souciez de le rendre public. Mais je regrette que nous (ce journal, moi, nos membres de la famille, chiens, avocats et ainsi de suite) ne peut être tenu responsable de toute conséquence fâcheuse de l'application de mes suggestions. Allons, vous devriez savoir mieux que de fonder votre carrière sur une colonne de journal!

Cette exclusion de responsabilité m'amène naturellement au premier principe que je voulais vous présenter. Votre meilleur pari pour la réussite des entreprises est de prendre le crédit pour les succès accidentelles autour de vous. Par exemple, si vous avez accidentellement renversé du café sur votre ordinateur et miraculeusement abouti à la fixation du CD-ROM qui n'avait pas bougé au dernier trimestre, présenter comme une curiosité innée et la résolution des compétences qui vous a incité problème inhérent à rechercher une solution peu orthodoxe.

Mais résister à toute tentation de posséder jusqu'à vos erreurs. L'intégrité est un grand trait de personnalité et il peut améliorer votre karma. Mais, prendre mon mot pour lui, il ne fait pas de miracles sur votre prochaine prime. Il n'est pas non plus améliorer vos chances d'être le patron dans le bureau du coin.

Si votre débâcle de café, par exemple, abouti à un ordinateur qui ne seraient jamais revoir la lumière du jour (qui, vous concéder, est un résultat plus probable), votre tâche consiste à attribuer le blâme pour elle. Est-ce que votre collègue dans le prochain ronflement de cabine, ou éternuer, ou rot? Pourrait qui ont causé une vibration de résonance sur votre bureau? A été la tasse mal conçu avec un centre plus élevé que la normale de la pesanteur? Vous voyez, un diplôme en sciences est très pratique lors de l'attribution blâme.

Mais sérieusement, votre première tâche à survivre dans un nouvel environnement de l'entreprise est de trouver des gains rapides, pour la lune de miel sera bientôt finie. Dans le milieu de travail d'aujourd'hui, qui vous le savez est plus important que ce que vous savez. Donc, commencer la mise en réseau — commencer avec votre patron qui, probablement, est déjà impressionné. Il ne vous aurait pas embauché autrement, aurait-il?

Une fois que vous atteignez la masse critique dans les réseaux, changer de vitesse et de donner l'impression que vous faites une différence. Je connais un couple de collègues qui ont gardé en réseau à jamais. Agréable, gens grégaires, ils sont ex-collègues maintenant. Tous les discours et aucun travail ne va pas les chercher loin. Bien, il peut, mais vous pouvez obtenir plus loin en identifiant des pistes où vous pouvez faire une différence. Et effectivement faire un peu de cette différence sacrément.

Concentrez-vous sur vos compétences de base. Soyez positif, et développer une attitude peut-faire. Trouvez votre place dans la grande image de l'entreprise. Qu'est-ce que fait l'entreprise, comment est votre rôle important dans ce? De temps en temps, les gens peuvent vous sous-estimer. Aucune infraction, mais je trouve que certains expatriés sont plus coupable de nous sous-estimer que d'autres Singapouriens. Notre gracelessness présumée peut avoir quelque chose à faire avec elle, mais c'est un sujet pour un autre jour.

Vous pouvez prouver que les sceptiques avaient tort par des actions plutôt que des mots. Si vous êtes affecté une tâche que vous considérez en dessous de votre niveau d'expertise, ne vous inquiétez pas, regarder la doublure d'argent. Après tout, c'est quelque chose que vous pouvez faire en un rien de temps et avec un succès considérable. J'ai un couple d'amis incroyablement doués à mon lieu de travail. Je sais qu'ils trouvent les tâches qui leur sont assignées ridiculement simple. Mais cela signifie seulement qu'ils peuvent impressionner le diable hors de tout le monde.

Succès de l'entreprise est le résultat d'une guerre totale de fin. Vous devez utiliser tout ce que vous avez dans votre arsenal pour réussir. Toutes les compétences, Mais sans rapport, peut être encordés pour aider. Jouer au golf? Inviter le chef de la direction pour un match amical. Jouer aux échecs? Présenter comme la raison sous-jacente pour vos problèmes naturelle compétences en résolution de. Chanter des mélodies obsédantes en chinois? Organiser un karaoké. Être connu. Être reconnu. Être apprécié. Se rappeler. Manquer quand vous êtes parti. A la fin de la journée, qu'y at-il dans la vie?

En lisant entre les lignes

Quand il s'agit de nouvelles, les choses sont rarement ce qu'elles semblent être. Les médias peuvent colorer événements de l'actualité tout en restant techniquement objective et factuelle strictement. Face à de tels rapports insidieusement précise, nous avons peu de choix mais à lire entre les lignes.

C'est un art délicat. Première, nous développons une attitude de scepticisme. Armé de cette attitude de confiance personne, nous examinons la pièce pour se rendre à l'intention de l'auteur. Rappelez-vous, l'idée n'est pas toujours de désapprouver l'agenda caché, mais d'être conscient qu'il ya un — toujours.

Auteurs utilisent une variété de techniques pour pousser leur agenda. D'abord et avant tout dans leur arsenal est le choix des mots. Les mots ont un sens, mais ils ont aussi des connotations. Comme un exemple, regarder mon choix du mot “arsenal” dans la dernière phrase, qui dans ce contexte signifie simplement collection. Mais en raison de sa connotation négative, J'ai dépeint écrivains que vos adversaires. J'aurais pu utiliser “collection” ou “répertoire” (ou rien du tout) pour enlever la négativité. Utilisation “gimmickry” impliquerait que les auteurs ne réussissent généralement pas dans leurs efforts. Choisir “sac de cadeaux” vous donnera une sensation de chaleur à ce sujet en raison de son association avec des souvenirs d'enfance. Sauf si vous savez de mon sac à malices (qui a une bonne connotation), vous êtes à ma merci.

Lorsque connotation est utilisé pour conduire des programmes de géo-politique, nous devons examiner les choix de mots avec des soins plus grave. Dans un journal indien, Une fois, j'ai remarqué utiliser systématiquement les mots “militant” ou “militantisme” signaler un certain mouvement, tout en décrivant un autre mouvement similaire avec des mots comme “terroriste” ou “terrorisme”. Les deux usages peuvent être précise, mais si nous sommes prudents, nous pouvons obtenir facilement influencés en pensant que seul mouvement est légitime tandis que l'autre n'est pas.

Les Américains sont maîtres dans ce jeu. Chaque mot prononcé par le porte-parole du département des Etats est si soigneusement choisi qu'il serait naïf de négliger les connotations. Regardez le choix d'Hillary Clinton du mot “misspeak” — livres peuvent être écrits sur ce choix!

Qu'est-ce que le non-dit est aussi important que ce qui n'est pas, ce qui rend pour une autre tactique puissante pour façonner l'opinion publique. Imaginez un reportage à la télévision qui fonctionne comme ceci: “Pentagone a fait état d'une frappe chirurgicale avec un missile à guidage laser tiré par un avion sans pilote Predator tuant cinq terroristes dans la liste le plus recherché des États-Unis. Cependant, civils affirment que la bombe est tombée sur un meurtre fête de mariage 35 personnes, dont 15 les enfants et dix femmes. Nous n'avons pas vérifié de façon indépendante cette affirmation.” Lors de votre séjour dans les faits précis, ce rapport a réussi à discréditer les décès de civils en jouant avec les connotations de “rapport” et “revendication”, ainsi que par pas dire que le rapport du Pentagone a également été vérifiée. En plus de, comment les avions sans pilote super-duper et munitions à guidage laser peuvent pas atteindre leurs cibles?

Nous, bien sûr, n'ont aucun moyen de savoir ce qui se passait réellement là-bas. Mais nous devons discerner le processus de coloration du rapport et de développer une capacité (ou au moins un désir) de chercher la vérité et les intentions derrière les mots.

Cette capacité est particulièrement important maintenant à cause d'une tendance inquiétante dans les médias internationaux — la genèse de conglomérats de médias. Quand la plupart des pays obtient ses informations à partir d'un nombre limité de conglomérats, ils exercent un pouvoir excessif et d'emprise sur nous et nos opinions. À moins que nous gardons jalousement notre capacité à lire entre les lignes, nous pouvons être marchons tranquillement dans un nouveau monde courageux troublant.

Bon et mauvais égalité entre les sexes

L'égalité des sexes a fait de grands progrès. Il ya environ cent ans, la plupart des femmes dans le monde n'ont pas le droit de vote — pas de suffrage, d'utiliser le terme correct. Maintenant, nous avons une femme-coups plus que jamais à la fonction de président des États-Unis, considéré comme le plus puissant “homme” ici-bas. Dans la scène d'entreprise trop, nous voyons maintenant beaucoup de femmes dans des positions de pouvoir.

Mais, même les plus optimistes d'entre nous ne serait pas prétendre que l'égalité des sexes est une réalité et que les femmes sont arrivés. Pourquoi donc? Quelle est exactement la difficulté à atteindre ce Saint Graal de l'égalité?

Je pense que la difficulté réside dans notre définition, dans ce que nous entendons par l'égalité des femmes. Bien sûr, toute la question de l'égalité est un champ de mines dans la mesure où la rectitude politique est préoccupé. Et je irruption sur de la glace mince où aucune personne sensée ne songerait pas à pas dans. Mais un chroniqueur est autorisé à être opiniâtre et, avouons-le, un peu désagréable. Alors on y va…

Je pense qu'il ya de bonnes et de mauvaises raisons pour l'égalité. Prenons le cas de tennis du Grand Chelem, où “atteint” l'égalité en égalisant les sommes de prix. L'argument était simplement que les femmes et les hommes sont égaux et qu'ils méritaient le même prix en argent.

Pour moi, il n'était pas vraiment un argument du tout. C'était une forme de condescendance. C'est un peu comme la condescendance (bien que, sans doute, bien intentionné) encouragements offerts par des locuteurs natifs lorsque vous apprennent leur langue. Vers la fin de mon séjour de cinq ans en France, Je pourrais parler très bien le français et les gens me disaient, encourageant de cours, que je parlais bien. Pour moi, il a toujours signifié que je ne parlais pas assez bien, car si je l'ai fait, ils ne voulaient tout simplement pas remarqué du tout, seraient-ils? Après tout, ils ne vont pas autour de féliciter les uns les autres sur leur français parfait!

De même, si les hommes et les femmes des joueurs de tennis étaient vraiment égaux, personne ne parle de l'égalité. Il n'y aurait pas “Pour des hommes” simples et “aux femmes” simples pour commencer — il y aurait seulement célibataires! Donc, cet argument de l'égalité en prix en argent est mauvais.

Il est un bien meilleur argument. Le prix en argent est parrainé par des personnes morales plié sur la promotion de leurs produits. Les sponsors sont donc intéressés par des téléspectateurs. Étant donné que les femmes célibataires attire en autant de téléspectateurs que des hommes, l'argent du prix doit être égal. Maintenant, c'est un argument solide. Nous devrions être en regardant dimensions où l'égalité n'existe vraiment plutôt que d'essayer d'imposer artificiellement.

Lorsque ces dimensions de l'égalité englobent tous les aspects de nos vies, nous serons en mesure de dire avec certitude que l'égalité des sexes est arrivé. Nous ne devrions pas chercher pour l'égalité dans les domaines de jeu axée sur la testostérone, qui, au fait, peuvent inclure des échelons les plus élevés de la pyramide de l'entreprise. Nous devrions reléguant les débats sur l'égalité à l'insignifiance en attribuant assez de respect et de la valeur à des différences naturelles.

Articulé par un homme, cette déclaration de la mine, bien sûr, est un peu suspect. Ne suis-je pas en train de flouer les femmes en leur offrant ce qui concerne inutile plutôt que l'égalité réelle?

J'ai entendu une fois un échange similaire quand quelqu'un a fait valoir que les femmes de mon pays natal du Kerala apprécié plus haut niveau de l'égalité des sexes, car, provenant d'un système matrilinéaire, ils gouvernaient le ménage. La réfutation lapidaire à cet argument est venu d'une femme Keralite, “Les hommes sont parfaitement heureux de laisser les femmes dominent leurs foyers tant qu'ils arrivent à dominer le monde!”

Puis à nouveau, nous sommes assez près de laisser Hillary Clinton gouverner le monde avec seulement deux hommes debout dans sa façon. Alors peut-être l'égalité des sexes est enfin arrivé après tout.

Comment bienvenus est trop bienvenus?

Nous voulons tous être le patron. Au moins certains d'entre nous veulent être le grand patron à un, j'espère ne pas trop lointain, avenir. Il est bon d'être le patron. Cependant, il prend un peu pour y arriver. Il faut pouvoirs, maturité, expertise technique, les compétences des personnes, communication et l'articulation, sans parler de charisme et connexions.

Même avec toutes les qualités supérieures, être un patron est difficile. Etre un bon patron est encore plus difficile; c'est une question d'équilibre délicat. Une question délicate est, la gentillesse pouvez-vous obtenir avec votre équipe?

À première vue, cette question peut sembler absurde. Subordonnés sont aussi des êtres humains, digne d'autant que toute convivialité. Pourquoi être coincé et agir tous autoritaire pour les? La raison en est que l'amitié érode le respect formel qui est un pré-requis pour une gestion efficace des personnes. Par exemple, comment pouvez-vous en colère contre vos amis qui se présentent 30 minutes en retard pour une réunion? Après tout, vous ne seriez pas s'énerver si ils sont venus un peu tard pour un dîner.

Si vous êtes amis avec votre personnel, et trop bon patron pour les, vous n'êtes pas un bon patron du point de vue de la gestion supérieure. Si vous aspirez à être un patron tension et haute efficacité, vu de haut, vous êtes nécessairement hostile avec vos subordonnés. C'est le dilemme du patron.

Du point de vue de l'employé, si votre patron est trop facile, il est généralement de mauvaises nouvelles. Le patron aura votre numéro de téléphone à la main! Et une excuse pour vous appeler quand il / elle se sent comme il.

Une autre conséquence malheureuse de cordialité accidentelle est des attentes irréalistes de votre part. Vous ne vous attendez pas nécessairement un bonus de graisse malgré une performance de mauvaise qualité juste parce que le patron est un ami. Mais vous seriez un meilleur être humain que la plupart, sinon vous pourriez être complètement innocent d'une telle notion pieux. Et ce soupçon d'espoir doit conduire à la déception aigre car, si il votre patron est sympa avec vous, il / elle est susceptible d'être amical avec tout le personnel.

En gros, patrons autour ici semblent fonctionner mieux quand il ya un minimum de distance entre eux et leurs subordonnés. Une façon de maintenir la distance est d'exploiter toute la différence culturelle qui peut exister entre nous.

Si vous êtes un patron de Singapour, par exemple, et votre personnel sont tous des Indiens expatriés ou chinois, il peut être une bonne chose du point de vue de la distance — les différences culturelles et linguistiques peuvent agir comme une barrière naturelle à la connaissance injustifiée qui peuvent engendrer le mépris.

Cette immunité contre familiarité, qu'elle soit naturelle ou cultivée, est probablement à l'origine du succès de nos maîtres coloniaux dernières. Ses vestiges sont encore visibles dans la gestion ici.

La modulation d'attitude quand il s'agit de la quantité de l'amitié n'est pas une prérogative des seuls patrons. Les membres du personnel ont un mot à dire trop. Comme un patron mineur, Je reçois réellement intéressés par le bien-être de mes rapports directs, surtout parce que je travaille en étroite collaboration avec eux. J'ai eu du personnel qui ont aimé cette attitude et ceux qui sont devenus à l'aise avec elle.

La capacité de juger de la distance professionnelle droit peut être un atout dans votre et la productivité de votre équipe. Cependant, il ne peut pas être régi par un ensemble de règles du pouce. Le plus souvent, il a à être joué par l'oreille et modulé en réponse à l'évolution des attitudes et des situations. C'est pourquoi être un bon patron est un art, pas une science exacte.

Quand les choses se corsent, Faire demi-tour!

Elton John a raison, désolé, c'est le mot le plus difficile. Il est difficile d'admettre que l'on a eu tort. Est encore plus difficile de trouver une solution, un moyen de corriger les erreurs du passé de un. Il implique souvent marche arrière.

Mais quand il s'agit de décisions d'affaires à la tête froide, retour en arrière peut souvent être la seule chose à faire. Il est logique de réduire les pertes supplémentaires quand il ya peu d'intérêt à jeter l'argent par les. Ces efforts de confinement sont des événements courants dans la plupart des établissements.

Le plus grand effort de perte de confinement que j'avais un intérêt personnel dans arrivé aux États-Unis au début des années nonante. J'ai commencé à remarquer son inquiétante escalade dans une chambre d'hôtel à Washington DC. J'étais délégué des étudiants à la conférence annuelle de l'American Physical Society (APS). Malgré l'atmosphère heureuse APS (où de nombreux étudiants diplômés trouvent leurs futurs stages) et la belle pré-cerisiers temps, J'étais un homme inquiet parce que je venais de voir un spot TV que ledit, “Dix milliards de dollars pour un accélérateur de particules??!! Que diable est-il de quelque façon?”

Le projet de dix milliards de dollars sous l'attaque était le soi-disant supercollisionneur (SSC) au Texas, qui a finalement été arrêté en 1993. L'annulation est venu en dépit d'un investissement initial massif d'environ deux milliards de dollars.

Pour moi, cette annulation signifie que plus de deux mille physiciens brillants et expérimentés seraient à la recherche d'emplois environ au même moment je suis entré dans le marché du travail. Cette préoccupation a représenté mon intérêt personnel dans le projet; mais l'impact humain de cette marche arrière mammouth était beaucoup plus profond. Il a précipité une récession mineure dans les régions de Dallas, au sud de la rivière Trinity.

Retour en arrière similaire, mais à une échelle beaucoup plus petite, peuvent se produire dans votre organisation ainsi. Disons que vous avez décidé d'investir deux millions de dollars dans un système de logiciel pour résoudre un problème commercial particulier. Un demi-million de dollars dans le projet, vous vous rendez compte que c'était une mauvaise solution. Que faire?

Cela peut sembler évident que vous devez sauver l'entreprise d'un million et demi en arrêtant le projet. Cette décision est exactement ce que la sagesse collective du Congrès américain est arrivé à en 1993 en ce qui concerne la coopération Sud-Sud. Mais ce n'est pas aussi simple que cela. Rien dans la vie réelle est aussi simple que cela.

Retour en arrière d'entreprise est un processus complexe. Il a plusieurs, souvent interconnectés, aspects qui doivent être gérées avec compétence.

Si vous décidez de faire marche arrière, que dit-elle sur votre sens des affaires? Est-il déclencher une réaction de la haute direction, vous accusant de manque de jugement? En d'autres termes, votre nom sera tellement dans la boue que vous trouverez qu'il est impossible de trouver un travail et de soutenir votre famille?

Disons que ce n'était pas vraiment votre faute et vous avez eu des arguments valables pour convaincre tout le monde de votre innocence. Serait-ce le rendre assez simple à tirer la prise sur le projet? Selon toute probabilité, il ne serait pas, parce que tous les grands projets impliquent d'autres personnes, pour aucun homme n'est une île. Arrêt d'un projet à mi-parcours signifierait probablement en pillant toute l'équipe de projet.

Ce coût humain est quelque chose que nous devons être conscients de. Il n'est pas toujours une question d'argent. Si vous êtes âme charitable, you would have to move the team to some other (potentially unproductive) project, thereby eroding the savings that would’ve accrued from stopping the project. Wouldn’t it have been better to have continued with the original project, doomed though it was?

In most corporate cases, it will turn out to be wise to shutdown doomed projects. But don’t underestimate the costs involved. They are not always counted in monitory terms, but have human dimensions as well.

It is far wiser never to embark on dubious projects. When you must get involved in uncertain projects, review your exit options carefully. Par exemple, would it be possible to reshape the project in a different but still salvageable direction?

And if and when you do have to shut them down, do it with decisiveness. Do it with skill. But most importantly, do it with decency and compassion.

Sophistication

Sophistication est une invention française. Les Français sont maîtres quand il s'agit de nourrir, et surtout, vente de sophistication. Pensez un peu cher (et donc chic) marques. Il ya des chances que plus de la moitié de ceux qui viennent à l'esprit serait français. Et l'autre moitié serait aspirants à consonance nettement français. Cette domination du monde dans la sophistication est impressionnant pour un petit pays de la taille et de la population de la Thaïlande.

Comment prenez-vous un sac à main fabriqué en Indonésie, taper sur un nom que seule une poignée de ses acheteurs peut prononcer, et de le vendre pour une marge de profit 1000%? Vous le faites en défendant sophistication; en étant une icône que d'autres ne peuvent aspirer à être, mais jamais atteindre. Vous savez, sorte de perfection comme. Pas étonnant que Descartes a dit quelque chose qui ressemblait étrangement, “Je pense en français, donc je suis!” (Ou était-ce, “Je pense, donc je suis français”?)

Je suis étonné par la façon dont les Français parviennent à avoir le reste du monde manger des choses qui sentent et goûtent pieds. Et je suis en admiration des Français quand le monde avec impatience parties avec leur pâte durement gagné pour engloutir ces monstruosités que foie gras de canard, produits laitiers fermentés, intestins de porc remplie de sang, escargots, entrailles de veau et autres joyeusetés.

Les Français réussissent cet exploit, pas en expliquant les avantages et les points de vente de ces, ahem…, produits, mais par un point d'un affichage extrêmement sophistiquée de l'incrédulité à ceux qui ne connaissent pas leur valeur. En d'autres termes, pas par la publicité des produits, mais par vous mettre dans l'embarras. Bien que les Français ne sont pas connus pour leur stature physique, ils font un travail admirable de regarder vers le bas sur vous en cas de besoin.

J'ai eu un avant-goût de cette sophistication récemment. J'ai avoué à un de mes amis que je n'ai jamais pu développer un goût pour le caviar — cette icône par excellence de raffinement à la française. Mon ami avait l'air d'un mauvais œil et m'a dit que je dois avoir mangé mal. Elle m'a alors expliqué la bonne façon de manger. Il doit avoir été de ma faute; comment quelqu'un pourrait ne pas aimer les œufs de poisson? Et elle ne saurait; elle est une fille SIA chic.

Cet incident me rappelle une autre époque où je l'ai dit à un autre ami (clairement pas aussi chic que cette fille SIA) que je n'aimais pas tout à fait avant Pink Floyd. Il eut le souffle coupé et m'a dit de ne jamais dire quoi que ce soit à qui que ce soit; on a toujours aimé Pink Floyd.

Je dois admettre que j'ai eu mes flirts avec des épisodes de sophistication. Mes moments les plus satisfaisants de sophistication est venu quand j'ai réussi à travailler en quelque sorte un mot ou une expression française dans ma conversation ou d'écriture. Dans un récent article, J'ai réussi à glisser “tête-à-tête,” même si l'imprimante simpliste jeté les accents. Accents ajouter une fanfare pour le niveau de sophistication parce qu'ils confondent le diable hors du lecteur.

Le vague sentiment que le français peut-être tirer un rapide sur nous glissé sur moi quand je lis quelque chose que Scott Adams (de Dilbert renommée) écrit. Il se demandait ce que l'ISO 9000 mode était tout au sujet. Ceux qui obtiennent la certification ISO fièrement étalage, alors que tout le monde semble convoiter. Mais personne ne sait ce que le diable, il est? Adams a conjecturé que c'était probablement une blague un tas de jeunes en état d'ébriété conçues dans un bar. “ISO” ressemblait beaucoup “Ma bière de Zat?” dans une langue d'Europe orientale, dit-il.

Cette sophistication mode pourrait être aussi une farce? Un complot français? Si c'est le cas, chapeau aux Français!

Ne vous méprenez pas, Je ne suis pas francophobe. Certains de mes meilleurs amis sont français. Ce n'est pas leur faute si d'autres veulent les imiter, suivre leurs habitudes gastronomiques et tentative (souvent en vain) de parler leur langue. Je le fais trop — Je jure en français chaque fois que je manque un coup facile en badminton. Après tout, pourquoi gaspiller l'occasion de son sophistiqué, n’est-ce pas?

Human Virus

On one poignantly beautiful autumn day in Syracuse, a group of us physics graduate students were gathered around a frugal kitchen table. We had our brilliant professor, Lee Smolin, talking to us. We held our promising mentors in very high regard. And we had high hopes for Lee.

The topic of conversation on that day was a bit philosophical, and we were eagerly absorbing the words of wisdom emanating from Lee. He was describing to us how the Earth could be considered a living organism. Using insightful arguments and precisely modulated glib articulation (sans doute, forged by years of intellectual duels in world’s best universities), Lee made a compelling case that the Earth, en fait, satisfied all the conditions of being an organism.

Lee Smolin, au fait, lived up to our great expectations in later years, publishing highly acclaimed books and generally leaving a glorious imprint in the world of modern physics. He now talks to global audiences through prestigious programmes such as the BBC Hardtalk, much to our pride and joy.

The point in Lee’s view was not so much whether or the Earth was literally alive, but that thinking of it as an organism was a viable intellectual model to represent the Earth. Such intellectual acrobatics was not uncommon among us physics students.

In the last few years, Lee has actually taken this mode of thinking much farther in one of his books, picturing the universe in the light of evolution. Encore, the argument is not to be taken literally, imagining a bunch of parallel universes vying for survival. The idea is to let the mode of thinking carry us forward and guide our thoughts, and see what conclusions we can draw from the thought exercise.

A similar mode of thinking was introduced in the movie Matrix. En fait, several profound models were introduced in that movie, which probably fuelled its wild box-office success. One misanthropic model that the computer agent Smith proposes is that human beings are a virus on our planet.

It is okay for the bad guy in a movie to suggest it, but an entirely different matter for newspaper columnist to do so. But bear with me as I combine Lee’s notion of the Earth being an organism and Agent Smith’s suggestion of us being a virus on it. Let’s see where it takes us.

The first thing a virus does when it invades an organism is to flourish using the genetic material of the host body. The virus does it with little regard for the well-being of the host. On our part, we humans plunder the raw material from our host planet with such abandon that the similarity is hard to miss.

But the similarity doesn’t end there. What are the typical symptoms of a viral infection on the host? One symptom is a bout of fever. De même, due to our activities on our host planet, we are going through a bout of global warming. Eerily similar, in my view.

The viral symptoms could extend to sores and blisters as well. Comparing the cities and other eye sores that we proudly create to pristine forests and natural landscapes, it is not hard to imagine that we are indeed inflicting fetid atrocities to our host Earth. Can’t we see the city sewers and the polluted air as the stinking, oozing ulcers on its body?

Going one step further, could we also imagine that natural calamities such as Katrina and the Asian tsunami are the planet’s natural immune systems kicking into high gear?

I know that it is supremely cynical to push this comparison to these extreme limits. Looking at the innocent faces of your loved ones, you may feel rightfully angry at this comparison. How dare I call them an evil virus? Puis à nouveau, if a virus could think, would it think of its activities on a host body as evil?

If that doesn’t assuage your sense of indignation, remember that this virus analogy is a mode of thinking rather than a literal indictment. Such a mode of thinking is only useful if it can yield some conclusions. What are the conclusions from this human-viral comparison?

The end result of a viral infection is always gloomy. Either the host succumbs or the virus gets beaten by the host’s immune systems. If we are the virus, both these eventualities are unpalatable. We don’t want to kill the Earth. And we certainly don’t want to be exterminated by the Earth. But those are the only possible outcomes of our viral-like activity here. It is unlikely that we will get exterminated; we are far too sophisticated for that. Vraisemblablement, we will make our planet uninhabitable. We may, alors, have our technological means of migrating to other planetary systems. En d'autres termes, if we are lucky, we may be contagious! This is the inescapable conclusion of this intellectual exercise.

There is a less likely scenario — a symbiotic viral existence in a host body. It is the kind of benign life style that Al Gore and others recommend for us. Mais, taking stock of our activities on the planet, my doomsday view is that it is too late for a peaceful symbiosis. Que pensez-vous?

Rumour Mills

Employees seek insights into their organization’s heading. And they should, because what their organization does has a direct impact on their well-being. If your organization is planning to retrench 50% of its staff, par exemple, you’d better start looking for new job right away.

Who do you turn to when you pine for information? Your management would have you listen to them. Du point de vue de l'employé, this may not be the smartest move. But fret not, there is an alternative.

There is a city underground. Parallel to the world of corporate memos and communication meetings, this rumour city trades information, often generating it as needed.

Employees flock to the rumour mills, not out of their inherent malevolence for their employers, but because of a well-founded and mutual mistrust. Management tends to be cautious (and therefore less than candid) with their announcements, while over 80% of office rumours turn out to be accurate, as some studies show.

Let’s take a hypothetical situation. Suppose five years ago, your CEO took to the podium and declared that there would be absolutely no retrenchments. How many of you would have believed it? Those who believed would almost certainly wish they had listened to the grapevine instead.

This credibility gap that a typical management team suffers from can be addressed only though open and candid communication. C'est là que le bât blesse. The management cannot always be as candid as they would like to be. Et, they certainly cannot afford to be as candid as the employees would like them to be.

Lack of candour in an atmosphere of uncertainty breeds rumour. Rumours, as defined in psychology, are hypotheses with widespread impact. They abound when the management refuses to trust the employees with strategic information. This lack of trust and information leaves them with no choice but to interpret the developments themselves. In such interpretations lie the origins of office rumours.

Rumours are not to be confused with gossip. While rumours are based on conjecture and are presented as future, corporate-wide eventualities, gossip can be idle or with malicious intent directed at individuals. And gossip is usually presented as fact. In highly competitive settings, gossip can inflict irreparable damage on unsuspecting victims.

Once a rumour attains a high level of credibility, the top brass will be forced to talk. But the talk has to be candid and serious. And it has to be timely. If they wait for too long, their attempts at a tête-à -tête would resemble feeble attempts at damage control. And if the talk is a mere torrent of clichés and rhetoric, it will be taken as an effort to gloss over potentially catastrophic changes. En fait, such weak communication fuels more rumour than it quells.

Given that critical job-related information usually flows down the grapevine, the employees are going to talk. The only sure-fire strategy for any management is to make use of the underground rumour mill — the classic “if you can’t beat’em, join’em” paradigm.

If you are a part of the top brass, here is what you can do. Circulate as much accurate and timely information as you possibly can. If you cannot do it officially through formal channels, try informal ones, such as lunches and pantries. This way, you can turn the rumour mills to serve your purpose rather than let them run amok.

Do not underestimate the power of the grapevine, lest all your corporate communication efforts should come to naught.

Stress et un sens de la mesure

Comment pouvons-nous gérer le stress, étant donné que ce est inévitable dans notre existence sociale? Tactiques communes contre le stress comprennent l'exercice, yoga, méditation, techniques de respiration, reprioritizing famille, etc. Pour ajouter à cette liste, Je ai mes propres armes secrètes pour combattre le stress que je voudrais partager avec vous. Ces armes peuvent être trop puissant; afin de les utiliser avec précaution.

Un de mes tactiques secrètes est de développer un sens de la mesure, inoffensifs que cela puisse paraître. Proportion peut être en termes de nombre. Commençons par le nombre de personnes, par exemple. Chaque matin, quand nous arrivons à travailler, nous voyons des milliers de visages flottants par, presque tous d'aller à leurs emplois respectifs. Prenez un moment pour regarder — chacun avec leurs propres pensées personnelles et soins, soucis et contraintes.

Pour chacune d'entre elles, la seule contrainte réelle est leur propre. Une fois que nous savons que, pourquoi devrions-nous tenir notre propre stress plus important que quelqu'un d'autre est? L'appréciation du grand nombre de personnels souligne tout autour de nous, si nous nous arrêtons pour réfléchir, mettra nos soucis en perspective.

Proportion en termes de notre taille est également quelque chose à considérer. Nous occupons une petite fraction d'un grand bâtiment qui est notre lieu de travail. (Statistiquement parlant, le lecteur de cette colonne ne est pas susceptible d'occuper un grand bureau d'angle!) Le bâtiment occupe une infime fraction de l'espace qui est notre ville bien-aimée. Toutes les villes sont si minuscules qu'un point sur la carte du monde est généralement une surestimation de leur taille.

Notre monde, la terre, est un simple grain de poussière à quelques miles à partir d'une boule de feu, si nous pensons du soleil comme une boule de feu de toute taille concevable. Le soleil et son système solaire sont si minuscules que si vous étiez à mettre l'image de notre galaxie comme fond d'écran sur votre PC, ils partageront un pixel avec quelques milliers de stars locales! Et notre galaxie — ne me lancez pas sur ce! Nous avons d'innombrables milliards d'entre eux. Notre existence (avec tous nos soucis et contraintes) est presque inconcevable petite.

L'insignifiance de notre existence ne est pas limitée à l'espace; elle se étend à temps ainsi. Le temps est délicate quand il se agit à un sens de la mesure. Pensons à l'univers 45 ans. Combien de temps pensez-vous que notre existence est dans cette échelle? Quelques secondes!

Nous sommes créés de poussière d'étoile, dernière pour un simple instant cosmologique, puis revenir en arrière dans la poussière d'étoile. machines d'ADN pendant ce temps, nous courons algorithmes génétiques inconnues, que nous prenons pour nos aspirations et nos réalisations, ou des contraintes et frustrations. Se détendre! Ne vous inquiétez pas, soyez heureux!

Bien sûr, vous pouvez obtenir réprimandé si ce rapport ne va pas sortir demain. Ou, votre fournisseur peut se fâcher que votre paiement est retardé à nouveau. Ou, votre collègue peut envoyer que backstabbing email (Cci et votre patron) si vous leur déplaire. Mais, ne voyez-vous pas, dans cet univers de abrutissantes gigantesque, il ne importe pas un iota. Dans le grand schéma des choses, votre stress ne est même pas le bruit statique!

Arguments pour le maintien d'un niveau de stress tous reposent sur une notion mal conçue que la productivité stress aides. Il ne est pas. La clé de la productivité est une attitude de joie au travail. Lorsque vous arrêtez soucier de réprimandes et poignardages et distinctions, et commencer à profiter de ce que vous faites, la productivité arrive juste. Je sais que ça sonne un peu idéaliste, mais mes pièces les plus productives du travail qui se est passé de cette façon. Bénéficiant ce que je fais est un idéal que je vais tirer pour ne importe quel jour.